Le DRS, manipulera-t-il les Touaregs de Ghadamès ?

Touaregs de Ghadames lors d’un festival

Que va faire l’Algérie des Touaregs de Ghadamès qui ont trouvé refuge en Algérie après avoir été chassés par les rebelles libyens qui les considèrent comme des mercenaires de Kadhafi ? Quelque 500 réfugiés terguis dont des femmes et des enfants ont été en effet autorisés à franchir la frontière algérienne. Ils ont été convoyés par l’armée algérienne jusqu’à la ville de Debdeb, située à 20 km de la frontière, où ils ont été accueillis à bras ouvert si l’on croit l’information rapportée par France 24.

L’un de ces réfugiés a expliqué qu’une minorité de leur communauté a été armée par Kadhafi pour le soutenir et que pour cette raison, ils ont été pourchassés par les rebelles quand ils ont pris le contrôle du pays. Un autre facteur aurait joué contre eux et aurait augmenté le fossé entre les rebelles et les Touareg de Ghadamès: les rebelles font la confusion entre leur communauté et d’autres Touaregs mercenaires venus du nord de Mali et du Niger pour combattre aux côtés de Kadhafi. D’autres Touaregs ont déclaré que le conflit n’a rien à voir avec le conflit libyen et remonterait aux années 60. Selon eux le problème serait d’ordre ethnique. Les rebelles de la région (majorité arabophone) considèrent la communauté des Touareg (amazighophne) de Ghadamès comme allochtone, étrangère à la Libye. Elle serait issue de pays limitrophes et aurait immigré en Libye pour y trouver refuge suite à des violences qui ont éclaté entre les Touaregs et les Etats du Mali et du Niger. Les Touaregs de Ghadamès réfutent cette thèse et soutiennent que la région de Ghadamès est leur terre et ils n’ont pas l’intention de l’abandonner. Ils ont déclaré qu’ils sont décidés à y retourner et se battre pour leur terre… Pour le moment, ils mettent leurs familles en sécurité dans différentes villes du Sud algérien où ils ont des relations de parenté.

Si les menaces seraient exécutées, un conflit éclatera. Le problème risque de devenir grave et risque compromettre les futures relations algéro-libyennes déjà soumises à de fortes tensions diplomatiques depuis quelques mois. Les Rebelles n’ont pas apprécié que Kadhafi ait mis en sécurité, lui aussi, sa famille en Algérie pour pouvoir se consacrer à la résistance contre eux et contre l’OTAN.

Au-delà du différend entre les communautés supposées de Ghadamès, quelle est la position de l’Algérie sur cette question ? Il y a maintenant des groupes de Touaregs hostiles aux rebelles libyens qui se trouvent sur le sol algérien et promettent de leur faire la guerre. Quel est le sort de cette communauté ? Ni l’Algérie, ni la Libye ne se sont prononcés sur cette question qui pourrait mal tourner et échapper à tout contrôle. Aucune déclaration officielle n’est venue d’Alger pour rassurer la Libye contre d’éventuelles incursions de Touaregs de Ghadamès à partir de l’Algérie.

Cette question n’est pas sans rappeler la triste situation des réfugiés du Sahara occidental à Tindouf et leur branche armée… La crainte, maintenant, est que la communauté des Touaregs subira dans sa chair encore une fois les violences d’une guerre qui serait artificielle, liée à des manœuvres politiques qui les dépassent. Des manœuvres qui se font à leur insu et seraient ourdies dans des officines obscures peu sensibles à leur cause, mais exploiteront leur bravour pour d’autres desseins.

Espérons que les Libyens trouveront rapidement une solution à ce problème avant que le DRS ne s’en empare à la faveur d’une détérioration des relations entre l’Algérie et la Libye.

Source :  http://observers.france24.com/fr/content/20110901-touaregs-ghadames-ligne-mire-combattants-libyens-algerie-kadhafi-mercenaires

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Galerie | Cet article a été publié dans DRS, Libye. Ajoutez ce permalien à vos favoris.