Il était une fois un wali et un petit entrepreneur

dsdfdgf57

Abdelmalek BoudiafHistoire authentique, rapportée par la presse, probablement El Khabar si l’on se fie à l’image qui suit. Elle s’est passée au cours d’une assemblée qui a réuni le wali d’Oran, premier responsable administratif d’une wilaya, et les directeurs de l’aménagement et des entrepreneurs locaux. Courroucé au sujet des retards dans la réalisation de certaines infrastructures, Abdelmalek Boudiaf s’est emporté et a tancé vertement l’assistance. À plusieurs reprises, d’après l’entrefilet, il leur martela comme une insulte imparable, le sérieux et la célérité des Chinois dans la réalisation des chantiers. Il ne comprenait pas pourquoi l’Algérien traîne et lambine dans son travail. Jusqu’à ce qu’il insultât personnellement un petit entrepreneur. Là, le wali comprit tout…

S’adressant à un entrepreneur qui se plaignait des difficultés qu’il rencontre avec l’administration , le wali voulut lui tirer les oreilles et lui dit « si j’avais confié ton projet à tes maîtres les Chinois, ils auraient déjà fini le travail en un temps record». Piqué dans le vif, la réplique de l’entrepreneur ne s’est pas fait attendre. «Donnez-nous un wali chinois, des directeurs chinois, une administration chinoise et nous finirons les chantiers dans les délais… » Le wali est resté interdit. L’entrepreneur était un homme gentille, de bonne extraction, il ne voulait aller plus loin dans la hiérarchie des responsables à changer, il n’est pas du genre à tirer sur les ambulances…

On ne sait pas ce qu’est advenu de l’entrepreneur oranais, mais Abdelmalek Boudiaf fut promu ministre de la Santé quelques mois après. On risque de voir des Chinois dans les hôpitaux algériens…

Avant de finir, il faut souligner que des Algériens, de nature chinoise probablement…, ont eu le malin plaisir de ressortir cette anecdote dans leur compte Facebook quelques jours après la nomination du ministre de la Santé….

fhdfhdf

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.