Bénie soit la main de l’étranger

dsdfdgf89

llljklhgikyQu’on le fasse par le gros bout de lorgnette ou non, lorsque sont examinées les sociétés des pays où la modernité, le développement technologique et la prospérité économique y sont établis, un constat s’impose. Ils se démarquent tous du reste de la planète par des traits indiscutables : le multiculturalisme, l’immigration et la relative tolérance même si des mouvements de xénophobes ou de repli identitaire commencent à se manifester. Pendant longtemps, le flux migratoire était étroitement lié avec l’essor économique. Il ne s’agit pas des clandestins, mais de la masse des émigrés qui s’est établie depuis longtemps de manière régulière et qui s’est fondue dans le pays d’accueil. Mine de rien, ils participent au développement économique sans tambour ni trompette. Les échanges qu’ils entretiennent naturellement avec leur pays d’origine créent une dynamique économique et culturelle enrichissante autant pour leurs pays d’origine que pour leur pays d’accueil. De nombreux pays jadis tiers-mondistes ont fait de véritables bonds économiques grâce à leurs diasporas. Les membres de ces exilés forment aujourd’hui un pont entre le pays d’accueil et les économies émergentes. Un échange profitable à tous. Pourquoi l’Algérie ne suit-elle pas ce modèle ?

Depuis que le prix du pétrole a flambé, une main-d’œuvre étrangère a afflué dans notre pays. Des Chinois, les plus visibles, des Turcs, des Arabes ainsi que d’autres communautés moins importantes se sont accumulés au fil des années. Avec les immigrés clandestins des pays subsahariens qui font «escale obligatoire» chez nous, les réfugiés syriens, les réfugiés maliens, les clandestins marocains et tunisiens, la présence des étrangers en Algérie commence à atteindre des chiffres substantiels. Une situation que l’Algérie semble subir plutôt qu’exploiter à son profit.

Les Chinois, pêchus et vieux routiers du commerce, sont déjà à l’œuvre. Ils ont su pénétrer le marché algérien et leurs produits sont partout. Ceux qui vivent en Algérie, parallèlement à leur travail dans les chantiers pour la plupart d’entre eux, ils sont partis à la conquête de l’Algérie. Ils ont su arracher leur part de l’activité commerciale légale autant que dans les marchés et les souks informels. Sans complexe aucun, ils ont tissé des relations avec les Algériens. Certains  ont même conquis le cœur des Algériens… Bref, ils se sont imposés et font partie du décor. Il reste qu’ils ont besoin de grands quartiers chinois et d’autres facilités juridiques pour atteindre une activité industrielle et faire de notre pays, comme ils le le sugèrent, une base arrière économique pour la conquête de l’Europe.

Les «Africains» qui transitent illégalement notre pays et qui à la longue se sont installés définitivement chez nous peuvent aussi apporter leur part dans la richesse économique et culturelle. Ils peuvent constituer une communauté qui ouvre les portes vers des marchés importants dans leur pays d’origine. Il suffit de peu pour atteindre ce but. Une régularisation, une répartition géographique adéquate sur tout le territoire national et une aide financière via l’ANSJI sous certaines conditions seraient une politique rentable. Bien sûr il y aura toujours des cas de mauvaise foi ou des insuccès, mais le gros du lot préférant une stabilité en Algérie à une aventure périlleuse au-delà des mers sera intéressé.

Pour les ressortissants arabes, le problème est plus facile à résoudre. Du fait du voisinage et de l’appartenance à la même culture, ils ont l’avantage de s’intégrer plus rapidement à notre société.

La présence des étrangers en Algérie ne doit pas faire peur. Bien maîtrisée, elle peut jouer un facteur de développement économique et culturel important. Il suffit de tracer une politique réaliste et ambitieuse pour le concrétiser. Mais, est-ce qu’il a de bonnes volontés en Algérie? Ou préfère-t-on se vautrer dans un chauvinisme éculé?  That’s the problem.

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Économie, Société, Vidéo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Bénie soit la main de l’étranger

  1. Ouas Ziani dit :

    Ce chinois parle arabe mieux que Sellal !

    • Saida zarga dit :

      Et pour cause !
      la chine et l’Afrique du Nord sont à équidistance de l’Arabie
      ceci explique peut être cela

  2. Ouas Ziani dit :

    Je pense plutôt que le chinois et l’arabe ont commencé à parler et à écrire, chacun sa langue, très tôt dans l’histoire. Ceci explique peur être cela.

Les commentaires sont fermés.