L’Office national des statistiques se couvre de ridicule à nouveau

dsdfdgf138

sdfhdfhgfhLe président Bouteflika peut mourir en paix, il laisse l’Algérie dans le meilleur des mondes… Son «programme» fut une réussite totale. Et comment ? Le très «scientifique» Office national des Statistiques nous le reconfirme sans façon… En plus de «la paix» qu’il a fait recouvrer à l’Algérie, les millions de logements et les milliers de kilomètres d’autoroutes, Bouteflika a réussi un tour de force économique jamais réalisé dans le monde. Au beau milieu d’une récession mondiale, sans une économie palpable et sans un chiffre de croissance appréciable, son programme a permis de faire chuter le taux de chômage d’un niveau inquiétant vers un niveau standard. Selon l’Office, le chômage a continué son recul en 2013, et suprême couronnement «des efforts et des déploiements en tout genre» de l’État, il est passé sous la barre des 10 % ! Dans le règne de Boutflika-DRS, plus de neuf personnes sur dix seraient actives. Mais, quelle nouvelle sensationnelle! Les journaux relais, tel l’Expression et el Mohdjahid, n’ont pas manqué de l’annoncer urbi et orbi…

Attention, l’ONS se dégage de toute responsabilité des résultats qu’il annonce. Sachant que les statistiques font partie du domaine scientifique et que ses chiffres peuvent être passés sous loupe d’autres scientifiques à la minute même où il l’annonce, l’auguste Office prend la précaution de préciser que ses statistiques se conforment à la méthode BIT… Ah bon! Ça fait une belle jambe pour le citoyen lambda de savoir que l’ONS a suivi telle ou telle méthode; tout ce qu’il retiendra, c’est que le chômage est marginal, maîtrisé et qu’un autre mandat de Bouteflika suffira à lui donner le coup de grâce…

Les citoyens qui ne l’entendent pas de cette oreille, qui voient que la réalité dément largement ce chiffre mirobolant, ont cherché de quoi retourne ce «BIT». Ce qu’ils ont trouvé est exactement à l’image de ce qui fait la force de la réussite de Bouteflika : la magouille et la fraude. Il s’agit ni plus ni moins d’une façon assez élastique de comptabiliser les «travailleurs». Dans cette catégorie, sont pris en compte, pêle-mêle, les travailleurs au sens connu du terme (propriétaire, employés, journalier, fonctionnaires, etc. avec revenu stable travaillant légalement), mais aussi une autre catégorie qui fausse complètement le calcul. Pour eux, les choumara qui vendent des cigarettes au coin des rues, les vendeurs ambulant de galantika, ou s’occupant illégalement des gardiennages de voiture, en général les «travailleurs du marché noir», les pré-emplois qui reçoivent un salaire de misère font partie des travailleurs. Pour eux l’essentiel est que la personne sondée a un revenu quelconque et ne crève pas la dalle.

Cette façon de calculer n’est pas orthodoxe, non seulement le marché noir n’est pas un emploi puisque l’état est censé le combattre, mais il est précaire et n’a pas été pris en compte par les concepteurs du BIT. Par ailleurs, des milliers de jeunes du pré-emploi sont jetés à la rue dès que leur misérable contrat arrive à terme. Maintenant, ils crient au scandale et gonflent les rangs des protestataires contre le chômage.

Dernier détail et non des moindres. Personne ne croit une seconde que l’emploi chez les femmes soit comparable à celui des hommes; ni dans le secteur «légal» et encore moins dans le marché parallèle. Les statistiques les plus optimistes font état d’un taux de chômage des femmes deux fois plus important que celui des hommes. Si l’on songe à leur nombre qui est au moins égal à celui des hommes, comment l’ONS a-t-il pu considérer cette catégorie dans ses calculs? La seule explication plausible est qu’il a estimé que les femmes sont actives d’office, puisqu’elle est sous le toit familiale…

Dans le merveilleux monde de Bouteflika-DRS, même la science se met au garde-à-vous. Selon le BIT toujours…

Le chômage passe sous la barre des 10%, selon l’ONS

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’Office national des statistiques se couvre de ridicule à nouveau

  1. rachid dit :

    Cette vermine , ces ordures qui emargent à L’ ONS n ‘ont aucune dignité, aucun honneur , ils s ‘apparentent plus à des clowns lamentables, que dis je à des prostitués avérés.

  2. Ait Hamza dit :

    C’est un pays qui ne crée le moindre emploi puisqu’il ne produit rien du tout même les allumette »khaybar »sont importées du Pakistan , l’industrie est quasiment laminée !
    Le taux de chômage dépasse allégrement les 50% !

Les commentaires sont fermés.