Les représailles de Marmita contre Double Kanon

dsdfdgf147

Abdelamalek SellalLe premier ministre Abdelmalek Sellal a du nif? Sans blague? Il a surtout une langue qui fourche et, on le sait maintenant, un esprit revanchard. Quelques semaines après la diffusion du tube satirique de Double Kanon qui l’a descendu en flamme, la riposte est déclenchée selon les pures lois de l’arbitraire et du despotisme. Après avoir instrumentalisé dans un premier temps un autre chanteur en mal de notoriété de le venger par une chanson, Sellal, non satisfait, actionne illégalement les appareils de l’État pour sévir contre le chanteur populaire.

Algérie-Focus a révélé des représailles décidées en haut lieu à l’encontre de Double Kanon. Trois spectacles ont été annulés purement et simplement sans préavis. Les directeurs des salles de spectacles se sont excusés auprès de son manager de l’impossibilité pour lui d’organiser des concerts. Le motif invoqué par l’hôtel le Meridien d’Oran, où DK devait se produire le 4 janvier, était on ne peut plus clair : «il était dangereux de maintenir le concert après la diffusion de la chanson-choc de Lotfi.» À Annaba et à Oued Souf, le chanteur s’est heurté au même obstacle.

Ainsi, Marmita a fait preuve de responsabilité et a lavé son honneur… En plus du nez de Pinocchio et sa réputation de bouffon, Sellal qui ne paie pas de mine politiquement ne révèle pas moins une autre qualité, il peut incarner les tyranneau et frapper fort ses détracteurs. Quand ils sont de simples citoyens… En interdisant les concerts à DK, Marmita savoure sa vengeance tout en prononçant, dans ses pérégrinations, ses discours consommés sur les valeurs de la République et sur la nécessité de préserver la stabilité et la sécurité de l’Algérie. N’est-elle pas belle la République de Sellal?

S’ils se confirment, les représailles de Sellal contre le chanteur ne vont pas passer comme une lettre à la poste. Marmita le sait. Ce sont des mises en garde grave et des menaces de persécution contre les chanteurs et les artistes qui s’en prendront au pouvoir.

Priver un chanteur de son public est une entrave à la liberté d’expression. Mijotée dans l’ombre des institutions de la République, la sanction n’a pas été prise à la légère. Les parrains du système savent qu’elle coûtera beaucoup de tracas et de mauvaise presse à l’État . Ils ne s’y sont résolus qu’après avoir jugé que la chanson anti-Sellal de Double Kanon représente un danger pour tout le pouvoir. Elle a touché un point sensible du régime. L’éclat et la popularité de son auteur parmi la jeunesse donnent une dimension nationale à la chanson anti-pouvoir. Une telle situation était trop dangereuse. Il fallait parer au plus vite pour empêcher que ce genre de contestation ne fasse tache d’huile.

Les «dignitaires » occultes du pouvoir qui, autour d’un repas copieux, ont décidé d’étouffer Double Kanon n’ignorent pas une autre réalité : sa chanson n’a pas surgi du néant. Elle est l’expression d’une large partie de l’opinion publique. Aussi, sont-ils parfaitement conscients que ce nouveau arbitraire ne fait qu’exacerber une situation tendue. Ils l’ont pris à leur risque et péril. Autrement en croisant les doigts…

http://www.algerie-focus.com/blog/2014/01/parce-quil-a-ose-critiquer-sellal-lotfi-double-kanon-est-prive-de-concerts-en-algerie/

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hogra, Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.