A 86 ans Yacef Saadi flingue Zohra Drif , écorche Bouteflika et décoche des flèches contre les Dafistes

dsdfdgf154

dsfgsdfgdfs« Révélations explosives de Yacef Saadi. Zohra Drif a balancé Ali Lapointe», ainsi titrait en manchette hier le quotidien El Khabar. Lorsqu’on lit une telle énormité à la dimension d’un scandale historique, on y plonge les yeux fermés. C’est que Yacef Saadi et Zohra Drif ne sont pas du menu fretin. Pour les vieux, les deux personnalités sont des moudjahidine et des héros. Les allégations de l’ex-chef de la zone autonome d’Alger sont extrêmement graves. Pour eux, ils remettent en question l’histoire apprise sur la bataille d’Alger. Pour les nouvelles générations, les deux antagonistes sont des sénateurs autrement des rentiers du système. Ils se prélassent dans une sinécure scandaleuse et n’ont d’autre contribution à la vie publique que celle de jouer au faire-valoir d’un pouvoir illégitime.

   Elles enflamment les uns et titillent la curiosité des autres, les quatre vérités de Yacef Saadi intéressent, pour ainsi dire, toutes les générations et promettent d’animer pour quelques jours ou quelques semaines, une vie publique ankylosée par l’immobilisme et la médiocrité générale.

    Mohamed Allal, l’auteur de l’article et la rédaction du journal semblent sûrs de leur coup, les révélations de M. Saadi sont une bombe médiatique et historique. Mais qu’y a-t-il d’explosif ? Yacef Saadi a flingué Zohra Drif à bout portant. Il l’a foudroyée. La grande moudjahida, l’épouse de Rabah Bitat, la vice-présidente du Sénat et enfin et l’illustre femme publique devient ipso facto une ignoble traîtresse. Elle gît maintenant dans une mare d’ignominie et de déshonneur. Les poseurs de bombes professionnels ne font pas dans la demi-mesure… Si la victime réussit à relever la tête, l’Algérie vivra une deuxième bataille d’Alger, entre deux belles potiches du système…

    En effet, pour des lecteurs jeunes, le pétard d’El Khabar est tout relatif. Si on les demande pourquoi, ils se déchaîneront et vomiront leur trop-plein de rancoeur. D’abord les histoires de guerre de libération ne les concernent pas. Pas plus que le présent, les droits, l’égalité et la justice n’ont été une préoccupation pour les moudjahidine. Depuis qu’ils ont vu ce que les héros de la libération ont fait de leur pays, les jeunes, formant la couche la plus large de la société, ne jurent plus que de partir loin de cette terre devenue inhospitalière. Rares sont les moudjahidine restés fidèles au serment de Novembre-54. La plupart ont aimé le veau d’or et ont couru derrière le pouvoir. Les uns, nombreux, se sont commis avec les nouveaux maîtres de l’Algérie, les autres, moins cupides, sont restés retranchés dans leur tour d’ivoire laissant le pays aller à vau-l’eau, ignorant le mal qui se propage et ronge en profondeur la patrie depuis des lustres. Ils ont oublié le peuple, ses souffrances, ses sacrifices… Leur image est ternie à jamais et leur gloire oubliée. Autant Yacef Saadi que Zohra Drif en sont des exemples vivants. Qui peut blâmer les jeunes d’assimiler les graves allégations de Saadi à de la bisbille entre deux vieux gâteux? Qu’il ait raison ou que Drif arrive à réhabiliter son honneur, ils n’en ont cure. Le mal est déjà fait, les traîtres dont Saâdi parle à demi-mot, ont déjà pris le pouvoir et ont fait massacrer des populations entières et ont torturé et fait disparaître des milliers d’Algériens sans que ni l’un ni l’autre ne daigne intervenir. Mohamed Boudiaf est le fondateur du FLN, sa carte de membre porte le n°1. Il a été abattu comme un chien devant tout le monde. Les vrais moudjahidines ne se seraient pas tus devant le cadavre d’un frère de combat.  C’est déjà une traîtrise. Au minimum, ils devaient demander la démission de rab Edzayer, de Nezzar, et de Belkheir.

    Le plus intéressant dans le «testament» de Yacef Saadi concerne la vie politique actuelle et récente. On y relève une confession que Bouteflika lui aurait faite quelque temps avant d’être investit de la magistrature suprême. Bouteflika avait la ferme intention de se maintenir au pouvoir jusqu’à ce que mort s’ensuive. On ne sait pas si cet aveu doit honorer M. Saadi ou le confondre davantage. Pourquoi livre-t-il cette information s’il ne l’a pas jugée indigne d’un homme politique? Une autre question pourrait gâcher ses derniers jours sur terre. Est-il digne d’un moudjahid de sa trempe de se mouiller avec un président qui ne lui a pas caché sa détermination d’accaparer le pouvoir pour de bon?

   Sur le même registre, Yacef Saadi a décoché des flèches contre les généraux dafists qui ont régné sur le pays. El Khabar, le journal «indépendant» n’a pas publié en quels termes l’ancien combattant avait évoqué ces généraux, se limitant à rapporter leur passé peu glorieux d’avant l’indépendance. Le premier concerné par ctte flèche à n’en pas douter doit être l’ancien ministre de la Défense. L’inénarrable Khaled Nezzar l’a déjà reçue en plein cœur, il de doit avoir piqué une colère noire. Ses six livres et ces innombrables déclarations et entretiens à effet de repousser les accusations n’ont pas donné un résultat probant. Le sujet  des dafists resurgit comme une blessure lancinante dans la mémoire collective. Seuls ses anciens valets et ses obligés font mine d’être convaincus par ses explications…

   Pour conclure, les deux dernières «bombes» de l’ancien lion d’Alger sont venues beaucoup trop tard pour croire qu’il a repris du poil de la bête ou que ses mises au point historiques vont influencer la vie politique actuelle. Son dard empoisonné contre Zohra Drif fera long feu autant que son sale coup contre Ighil Ahriz, une autre moudjahida, qui en vain l’a défié de démissionner du Senat et de l’affronter devant un tribunal. Lui et ses frères de combat ont perdu toute crédibilité et partiront la queue basse chez leur Créateur devant qui ils doivent expliquer leur compromission et leur silence devant tant de forfaitures.

http://www.elkhabar.com/ar/politique/381196.html

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour A 86 ans Yacef Saadi flingue Zohra Drif , écorche Bouteflika et décoche des flèches contre les Dafistes

  1. memoiredalgerie dit :

    apres avoir confisqué la mémoire de la revolution et assassiné ses hommes cette meute de chiens
    goumia et harka (faussaires du FLN et Daffistes le clan d’ oudjda et le clan BTS )qui ont été mis en place avec la promessesse de devenir les nabab tels de narco traficants jusqu’à leur fin de leur vie
    ils sortent maintenant à tour de role pour narguer le peuple algerien et nous faire un bras d’honneur pour nous expliquer qu’ils nous ont eu ,qu’ils nous ont joué un fim depuis 1962 et que tout est faux et usage de faux
    car la rumeur a toujours sussuré que c’est yacef qui a vendu ali lapointe

  2. memoiredalgerie dit :

    yacef sadi ou quelqu’un d’autre peut il nous donner la liste des faux moudjahidines et des fausses moudjahidate ils sont tres nombreux et très nombreuses
    ainsi que la liste des DAF eux aussi sont tres nombreux an dehors de ceux qui ont été jeté en pature
    sur la liste des DAF il y a aussi le pieu zeroual et son beau frère abdelmadjid cherif

  3. Djamil dit :

    Lire cet article en 2011 lorsque Madame Drif interpelle le premier ministre Ouyahya sur le délabrement de la situation économique alors que les finances sont au bout fixe, une réponse cinglante de l’auteur : http://lequotidienalgerie.org/2011/02/18/taisez-vous-madame-drif-vous-derangez-nos-martyrs/

  4. karim bendjemaa dit :

    Yacef Saadi peut faire le beau et piétiner Zohra Drif; il ne vaut guère mieux, si ce qu’il rapporte est avéré!
    Le Président de l’UNHAS (association d’anciens harkis) m’a révélé personnellement qu’un militaire haut gradé, collaborateur de Bigeard et Aussaresses, lui avait confié que Larbi Ben M’hidi a été balancé par Yacef Saadi afin que ce dernier évite la torture !
    Authentique ! Je jure que je n’invente rien !

Les commentaires sont fermés.