Les criminels de guerre ne connaîtront pas la paix

dsdfdgf160

fghdfghdg24olu«Nous sommes devenus des criminels, merde!» Le morceau est dégueulé tel un lambeau de chair infect dégoulinant de venin. Plus le crépuscule s’approchait plus la honte devenait pesante et insupportable. Ni la jouissance de la liberté ni l’usure du temps n’ont entamé la vivacité des remords et la clarté des souvenirs des crimes commis sur ordre pendant la guerre d’Algérie. Un demi-siècle après leur service militaire, des soldats et officiers français ordinaires enrôlés sous la bannière de la patrie ont découvert et avouent au monde entier qu’ils ont servi de suppôts à des monstres. Ces aveux terribles qui éclaboussent l’armée et la nation française rappellent que pour la nature humaine les crimes contre l’humanité  sont révoltants et inacceptables, qu’aucune cause juste ne justifie, qu’ils sont imprescriptibles, y compris pour la justice immanente.

Les Boumaârafi, les soldats et officiers algériens que l’infortune a mis sous le commandement de Rab Edzayer et de celle de Smaïne, de Mohamed Lamari Lamari, de Kamel Abderrahman, de M’henna Djebbar ou de Ghoul Benaknou et furent chargés de missions ignobles, doivent se morfondre dans la honte et la ruine de l’âme. Ceux qui ont servi d’agents de manipulation démentielle, de bourreaux, de tortionnaires, de sbires ou de bouchers contre les personnalités et les populations sans défense, sont aujourd’hui la proie à des hantises grandissantes. L’âge avance et le jour des comptes approche. Les crimes gratuits qu’ils ont commis, ils les voient inscrits partout, dans les yeux pétillants de leurs enfants, dans les sourires radieux des voisins, dans les joies bruyantes des mioches du quartier et sur les visages paisibles des gens anonymes qu’ils rencontrent. La honte les travaille sans cesse, les pourchasse chaque minute de leur vie. Pour beaucoup, comme celles de ces soldats français, elle cultive leur componction.

Chez les êtres humains, le pouvoir de l’âme transcende la puissance de rab Edzayer. Ceux qui ont commis des crimes contre l’humanité et ont retrouvé une conscience savent que les démons humains auxquels ils ont obéi aveuglément sont mortels et deviendront bientôt poussière, certains le sont déjà, il serait insensé de rester leurs otages. Ils savent que la justice divine finira par frapper et qu’un péché avoué est à demi pardonné.

http://youtu.be/PaoRb3NzxXM

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, Confidences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Les criminels de guerre ne connaîtront pas la paix

  1. Djamil dit :

    Cher Monsieur, connaissez vous une association 4ACG ‘Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis contre la Guerre). Je vous transmets leur adresse de leur Website : http://www.4acg.org/. Je les connais depuis plusieurs années.Personne n’en parle et pourtant ils font un travail de mémoire de grande importance. Ils ont organisé des voyages en Algérie, avec des anciens appelés, sur les lieux où ils étaient affectés. Làà, où ils ont parfois commis l’irréparable. Ils ont organisé des rencontres avec leur anciens ennemis les fellaguas avec prise de photos,discussions et échanges de histoires de maquis. J’ai assisté a quelques une de leur réunion, c’était très émouvants. De telles initiatives sont louables et encourageantes, car une ayant un pied dans la tombe il faut exhumer ces souffrances refoulés. Oui, pour tout être un crime contre l’humanité est déjà une mort dans un corps vivant.

  2. samir dit :

    Ce qui est terrifiant , abominable, et qui fait froid dans le dos , c est de savoir qu’ ils sont des milliers ,voir des millions qui ont participés a ces tueries ,directement ou indirectement.Meme ceux qui savaient ce qui se tramait et qui n’ ont pas voulu parler ou qui n’ ont pas denoncés ces crimes contre l’ humanité, sont responsables, Des algeriens assassinaient d ‘autres algeriens uniquement par amour du pouvoir et de l’ argent . Tous sont responsables et meme coupables, car « qui ne dit mot consent »Ils sont partout, aujourdhui, ces criminels, ils coulent des jours paisibles, sans aucun remord, ni regrets.On les croise partout , leur progeniture sont devenus des hommes d’ affaires ou des patrons d’ entreprise , milliardaire,grace à l’ argent rouge de par le sang des suppliciés de bentalha, de rais, de djidjel, de ramka et des dizaines de fosses communes ou des corps carbonisés d’enfants, de femmes sont entassés et enseveli sous la terre meurtrie d’ algerie..

Les commentaires sont fermés.