La décapitation du DRS se poursuit

dsdfdgf163

rtyrtyL’ancien patron de la sécurité de l’armée (DCSA), la Gestapo algérienne, est mis à la retraite forcée à la suite d’une décision prise par la Commission spéciale de sécurité, un machin créé par Bouteflika en décembre 2013 pour en découdre avec les casses-pieds de la sécurité militaire. La nouvelle a été confirmée aujourd’hui par le journal numérique «Tout sur l’Algérie» très proche du milieu sécuritaire. Le journal précise que le général corps d’armée et chef d’état-major Gaïd Salah a lui-même présidé la-dite commission à laquelle a pris part le général Mohamed Mediène, patron du DRS. Cette précision est de taille doublement. Le sort des haut gradés n’est plus du ressort du DRS, rendant ainsi à l’ANP ses attributions longtemps détournées par la police politique et, enfin, la commission n’est pas présidée par Marmita (Dieu merci)… telle que annoncé au début dans le communiqué présidentiel.

Le général M’henna Djebbar est connu pour ses méthodes particulièrement barbares dans la lutte contre le terrorisme. Avec la démence d’un sadique, il dirigea et exécuta à partir du CTRI de Blida les dernières trouvailles du Laboratoire de l’action psychologique, dont les sinistres manipulations du GIA.

Après «son héroïsme» et son «combat», personne ne songe à rendre hommage au premier bras droit de rab Edzayer. Le patron direct de Djamel Zitouni (voir les témoignages de Mohamed Samraoui et Abdelkader Tigha notamment) disparaît de la scène sécuritaire sur la pointe des pieds. En témoigne l’absence de communiqué de son départ ou son relais par la presse. Quelle ingratitude! Lui qui a dû tuer et torturer des milliers d’Algériens pour sauver la démocratie, il doit débarrasser le plancher tel un intrus encombrant l’Institution militaire. La chute doit être dure pour un homme puissant qui a vécu dans une sorte de demi-divinité. Il ne sera pas étonnant si des «sources sûres» rapportent qu’il soit la proie d’une dépression nerveuse chronique. Il serait d’autant plus accablé que son principal garant, rab Edzayer, présent dans les délibérations, a endossé son éviction déguisée en retraite.

En attendant la mort, M’Henna Djebbar doit ruminer le restant de sa vie les secrets qu’il n’ose révéler à sa progéniture ni aux médias. Il a le triomphe modeste… Tant et si bien qu’il redoute qu’un autre les divulgue… Il vivra avec cette hantise jusqu’à la tombe oubliant que ses secrets, au pire, sont comme l’au-delà, tout le monde finira par le connaître…

http://www.tsa-algerie.com/actualite/item/4448-mise-a-la-retraite-de-quatre-hauts-grades-du-drs-la-decision-effective-depuis-ce-1er-fevrier

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.