Quand le dernier potentat, sera-t-il pendu avec les intestins du dernier imam?

dsdfdgf173

dsfgdfyjvcPendant que les médias publics et les courtisans attribuaient au président Bouteflika une dimension messianique et pendant que la presse de l’autre clan, francophone en grande partie, jetait en pâture Amar Saâdani, le secrétaire général du FLN, pour avoir blasphémé son bâilleur de fonds, le généralissime Mediène, un autre général est porté au pinacle de la gloire par la presse égyptienne et trouve des idolâtres jusqu’au sein du haut lieu de la l’Islam sunnite : la mythique université d’El Azhar.

Pour l’un d’eux, en l’occurrence le professeur Saâdeddine El Hilali, Chef de Département de la jurisprudence comparative en islam, a sanctifié Sissi et l’a élevé au rang des messagers de Dieu. Comme jadis Moïse, Allah aurait envoyé pour le peuple d’Égypte le général Abdelfettah Sissi, pour le délivrer de Morsi, le pharaon… démocratiquement élu. Il révéla cette illumination avec la ferveur d’un fanatique devant un parterre d’officiers de police qui ne demandait pas tant pour soulager sa conscience du sang des milliers de leurs victimes. Le professeur maboul qui «cherre dans les bégonias» a dû faire sensation chez les militaires et la police qui sont trempés dans le sang de milliers de victimes. Non seulement il leur accorda bénédiction et billet d’entrée pour le paradis, mais il les nimba d’une auréole divine.

En écoutant les délires du professeur d’El Azhar, les Algériens sauront gré presque à rab Edzayer, M’henna Djebbar et Ghoul Benaknoun et la Cie de la décennie rouge pour leur avoir gardé un peu de dignité… Les «sauveurs algériens» n’ont pas poussé leur tyrannie jusqu’à exiger de leurs thuriféraires religieux une place parmi les élus du Ciel…

Enfin, dans le chapitre de la vénération des dictatures pars les chouyoukh d’El Azhrar et de la manipulation des institutions religieuses officielles, il faut rappeler qu’un autre docteur d’Al Azhar, Ali Djoumouaâ, un ex-Mufti de l’Égypte rappelé pour l’occasion par la junte, avait lancé un appel au massacre des manifestants contre le général Sissi donnant une dimension religieuse à un conflit politique.

Ainsi va le monde fou des musulmans. De Charybde en Scylla et de fanatisme en délire en passant par l’intransigeance éradicatrice. La dignité de prophète s’y décrète et s’accorde au vainqueur comme une décoration suprême. La religion de paix se mue en instrument de barbarie et son croissant en faux de la mort aux mains d’hommes cruels et sanguinaires. À travers des mythes mensongers, les enfants y sont élevés dans le culte des tyrans et les généraux sanguinaires. Ils grandiront dans le mépris de la vie humaine. belliqueux, ils perpétueront la culture du sang et s’enflammeront comme des diables dans des guerres fratricides qui au nom de Dieu et qui au nom de l’unité de la nation. Les guerres et les conflits continueront à endeuiller longtemps l’Algérie et le monde arabe jusqu’à ce qu’un grand leader, intellectuel, démocrate convaincu et juste apparaît et fera un exorde historique dans laquelle, il ordonnera : « Pendez le dernier potentat avec les intestins du dernier imam…» Ce serait, au demeurant, la formule magique qui a sauvé l’Occident du moyen-âge et de l’obscurantisme et avec d’autres évènements,  fut le prélude de la naissance du monde libre…

http://youtu.be/FwzV-5k-Dsg

http://www.aljazeera.net/news/pages/cc6454cd-5750-403b-8805-414f5bd587e0

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans International, Islamisme, Terrorisme d'Etat. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Quand le dernier potentat, sera-t-il pendu avec les intestins du dernier imam?

  1. boukezouha abdelouahab dit :

    OH … vous savez l’occident n’est pas le bon exemple pour nous ,ils ont toujours soutenus tous les dictateurs pour passer en premier leurs intérêts …

Les commentaires sont fermés.