L’ANP, lave-t-elle enfin son honneur ?

dsdfdgf176 assdasd

Les évènements s’enchaînent à un train d’enfer. Jamais l’Algérie n’avait vécu un tremblement de terre dont l’épicentre se situe à l’intérieur de l’Institution militaire. Jamais elle n’a assisté médusée au démantèlement de la sa «colonne vertébrale». L’actuel état-major, uni autour de son chef Gaïd Salah, aurait décidé de prendre le taureau par les cornes et mettre fin à une sale réputation qui n’a que trop duré. Certains médias évoquent un climat de tension extrême et de rapports qui ne cessent de se dégrader entre le ministère de la Défense et rab Edzayer et sa probable ex-DRS.

Le général de corps d’armée Gaïd Salah, également vice-ministre de la Défense, aurait décidé de juger les officiers criminels qui durant la décennie rouge, au nom de l’ANP, ont crée ou ont manipulé des groupes terroristes qui ont sévi contre les populations sans défense. Cette stratégie inhumaine, démentielle a fait des dizaines de milliers de victimes.

Le 6 février, une information époustouflante a été transmise par le journal Djazaïnews. Elle fait en effet état de l’arrestation d’un général du DRS. Il s’agit du général Abdelkader Aït Ouarabi, dit Hassan,  ex-chef de la direction de lutte contre le terrorisme, et un des faucons du général Mediène. Il aurait été arrêté et serait prochainement déféré devant un tribunal militaire pour plusieurs chefs d’accusation, dont les plus graves sont : «Constitution de bandes armées, détention d’arme de guerre, fausse déclaration sur le stock d’armes ». Contacté par des journalistes, le MDN a refusé de commenter l’information laissant la folle rumeur enfler. Certains journaux ont rapporté que dans un premier le général Hassan aurait refusé d’obtempérer à la décision de son arrestation et qu’il aurait été molesté avant qu’un démenti ne parvienne pour dire que l’arrestation du général s’est faite sans heurt et qu’elle s’est déroulée conformément à la loi militaire.

L’arrestation du général Hassan porte un coup mortel au général Mediène et à son empire sécuritaire. Les chefs d’accusations, s’ils s’avèrent authentiques, seront fatales non seulement pour le DRS dont la doctrine doit être refondée et son fonctionnement revu de fond en comble, mais à l’honneur des généraux Bentalha qui ont souillé l’ANP et l’Algérie en faisant du peuple algérien de la chair à canon. Après ces coups de boutoir, le général Mediène n’a d’autre alternative que sortir par la petite porte et sauver les meubles. Toute résistance ou toute manœuvre de déstabilisation de l’État, maintenant qu’il est dans l’oeil du cyclone, ne ferait que l’enfoncer dans son propre jeu.

Il est dit que le royaume de la terreur créé par le général Mediène s’effondrera sur sa tête et le déshonneur sera son nouveau nom. Les morts de Bentalha, de Raïs et de toutes les victimes qui n’avaient rien à voir avec le terrorisme réel seront peut-être vengés et leurs âmes dormiront enfin en paix. Pour ces victimes, le nom du prochain président, intègre ou prédateur, importe peu. Plus tard, le peuple, débarrassé des préjugés orchestrés par un organisme qui polluait la vie politique et propageait des rumeurs plus ou non fondées sur la corruption, verra plus clair et saura lutter contre la mafia de l’argent sans faire du tort à quiconque.

Dieu fasse que tout ça est vrai, nous mourrons moins inquiets pour l’Algérie.

http://www.elkhabar.com/ar/politique/385143.htm

http://www.algerie-focus.com/blog/2014/02/arrestation-dun-general-du-drs-le-ministere-de-la-defense-refuse-de-reagir/

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.