«Gaïd Salah n’est pas crédible. Ne l’appelez plus chef d’état-major »

dsdfdgf180

retweregrtLa crise politique s’envenime et passe à un niveau dangereux. Désormais, les grosses pointures de l’armée entrent en lice dans la guerre des clans et attisent les brandons de la discorde sans se soucier du risque de l’éclatement de l’armée, le seul rempart pour le moment contre l’effondrement de l’État algérien.

Au lendemain du message présidentiel qui mettait en garde contre les atteintes à l’armée, un général à la retraite, et non des moindres, a pris le parti du général sanguinaire Mediène. Il a tiré à boulets rouges sur le frère du président Bouteflika et, suprême inconscience, il a mis au pilori le chef d’état-major Gaïd Salah. L’attaque d’un général à la retraite contre un chef d’état-major encore en fonction est sans précédent. Ses conséquences risques d’être tragiques pour l’Algérie.

Dans un entretien intempestif et outrancier, le général Hocine Benhadid, ancien commandant de la 8e Division blindée, s’en est pris vertement à Saïd Bouteflika et au clan du président qu’il assimile à une organisation mafieuse. Jusqu’ici, il n’a fait que répéter les graves accusations qui sont sorties des bureaux du DRS, un organisme qui a des centaines milliers de morts dans son placard et qui passe pour le maître de la manipulation des masses. Le général n’en a donné aucune preuve. Comment le pourrait-il dans un pays où personne n’est en mesure de dire si les accusations de corruption portées contre de hauts responsables sont fondées ou non? L’opacité du pouvoir algérien, l’impunité du DRS, son indépendance inconstitutionnelle, l’inféodation de la Justice et les tensions entre les clans sont autant de facteurs qui rendent illusoire tout jugement rigoureux et impartial. À ce titre on se demande pourquoi, il croit que l’opinion publique lui fera confiance; sa parole contre celles de ses adversaires.

Le pire chez le général Benhadid n’est pas dans la charge contre le clan présidentiel devenue classique, ni dans le soutien aveugle pour le général Mediène, ni dans le manque de courage de débattre sérieusement du fond du problème soulevé par Amar Saâdani. La gravité de son entretien est qu’il s’attaqua frontalement au chef de l’État-major Gaïd Salah. Il dit de lui, qu’il n’est pas crédible, que tous les autres membres de l’état-major ne le soutiennent pas, qu’il ne faut pas l’appeler «chef d’état-major» et qu’il fait partie du clan mafieux du président. C’est littéralement du délire. Il vient de donner un coup mortel à l’Etat algérien. Dans le jargon de la justice militaire, cela s’appelle une incitation à l’insubordination et au coup d’État. C’est tout simplement de la haute trahison.

Le général Benhadid irresponsable et indiscipliné fera une autre bavure grave. Elle souillera sa mémoire à jamais. Révélant son mépris pour la Constitution et confirmant que les Algériens sont les sujets d’un Etat-DRS, il déclara sans ciller que le président de la République pas plus que le chef d’état-major n’ont une autorité sur le DRS et que rab Edzayer, souverain, est le seul rempart de l’Algérie. Une telle énormité sape les fondements de la République et bafoue sa Constitution sans parler de la vanité de ses Institutions croupion infestées par les colonels du DRS.

Honte à vous M. Banhadid! Vous méritez la potence.

http://www.elwatan.com/actualite/hocine-benhadid-bouteflika-doit-partir-dignement-et-gaid-salah-n-est-pas-credible-12-02-2014-245523_109.php

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, DRS, Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour «Gaïd Salah n’est pas crédible. Ne l’appelez plus chef d’état-major »

  1. Djamil dit :

    Je ne défends personne dans la faune des charognards du régime, DRS, Etat majors, présidence. Il ne faut pas se poster dans un tranché contre un autre. C’est leur guerre, ils ont leurs propres intérêts. Nous, on a rien de matériel hormis notre amour pour patrie et notre peuple. Il faut d’emblée marquer son impartialité et se positionner hors de la mêlée. Cependant, Gaid Salah, fort de son record mondial du plus vieux militaire actif sur la planète, n’est pas d’une odeur de sainteté. Wikileaks révéla les câbles entre L’ambassadeur français à Alger Bernard BAJOLET et son homologue américain sur l’élément le plus corrompu de l’ANP. Gaid n’a pas daigné de démentir les accusations graves venant des représentations diplomatiques. Oui, Gaid et un corrompu et incompétent et irresponsable. Toufik, est l’Ivan le terrible de l’Algérie, et la famille Boutef n’a d’algérien les papiers, des voleurs, et destructeur de l’Algérie. Seul le peuple est éternel.

  2. Zidni Ilman dit :

    Il faut admettre que ce général (mis à la retraite forcée à 52 ans) est un sacré patriote, il lui a fallu 15 ans pour que sa fibre nationaliste soit touchée et le pousse et réagir et le faire sortir de l’opulence dans laquelle il vit.
    A croire que le meilleur diplôme ou cursus pour devenir grand homme d’affaires c’est l’armée algérienne, et non pas les grandes écoles et université US et UK.

  3. Ait Amar dit :

    En attaquant l’Etat-major de l’ANP, les criminels et mafieux du DRS, actionnés par Mediene, passent ainsi à la vitesse supérieure. C’est toute l’Institution militaire (l’Armée) qu’ils veulent déstabiliser, par les menaces directes, les injonctions terrorisantes, les invectives, les rumeurs et les ragots. Il y’a là un signe qui ne trompe pas, un message clair :  » vous nous laissez libre, ou en sème de nouveau la terreur généraliser « . Entendre, de nouveaux Benthala, Rhais, et pire encore. Sinon, comment décoder et décrypter ces menaces ? Ils veulent dire qu’ils qu’ils sont capables de tout, et prêts à re-passer à l’action de grande envergure, à la violence de masse !

    La Police politique (DRS, ex-DGPS, ,ex-SM, ex-MALG) est le mal originel, l’origine du mal, le démiurge ! Le DRS est formé sur le modèle de la Gestapo, la violence meurtrière permanente étant sa marque principale, la ruse et la force son principe d’action. Le DRS est anticonstitutionnel, il doit être dissout, et ses dirigeants différés à la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité, la casse et le pillage de tout un pays !

    Les Maitres gestapistes du DRS  » sont allés très loin  » dans les exactions et les violences de masse, et sont  » allés très loin  » dans le pillage des milliards du pétrole, et c’est bien pour cela qu’ils persistent à poursuivre dans la politique de la  » guerre totale  » !

Les commentaires sont fermés.