Le journal l’Expression : «Que sera l’Algérie sans le DRS ?»

dsdfdgf195 dsfghdfg

L’article au titre accrocheur qui érige le DRS en mythe appartient à un chroniqueur de LExpression. Brahim Takheroubt, le journaliste racoleur serait un tantinet timide, puisqu’il est difficile de trouver une photo de lui sur la toile. Apparemment, il n’aime pas les feux de la rampe à l’instar des agents secrets… Il ne sera pas étonnant si sa signature ne se révèle un nom de guerre… En Algérie les légendes sont écrites en grande partie par des fantômes qui s’inspirent des gorges profondes, elles-mêmes esprits volatils.

Celui qui mord dans l’hameçon du titre, que va-t-il trouver? Les grandes réalisations des services de renseignements? Un rappel soporifique de la prétendue gloire de la lutte contre le terrorisme, cette ritournelle que rab Edzayer utilise comme fonds de commerce ou comme une laisse avec laquelle il tient fermement l’Algérie? Curieux de savoir jusqu’où peut aller la propagande du système, dont l’Expression constitue un des nombreux minbars, mais aussi mû par le désir de découvrir des esprits libres et rationnels, décision fut prise de lire l’article.

Contrairement aux «préjugés», monsieur Takheroubt a eu la délicatesse de ne pas verser dans le discours démagogique lourd et insipide que laisse redouter le titre. Cependant, le lecteur n’a pas eu le temps de dire ouf qu’il est saisi par une autre désillusion : l’objectivité, la clarté et la concordance des idées laissaient à désirer. Le zélote de rab Edzayer – un trait qui se dégage au fil de l’article – a voulu se surpasser, il a fait tout de travers. C’est à se demander si le journaliste avait toute sa tête quand il a pondu l’article. L’article est un ramassis d’arguments fallacieux et de contre-vérité avec quelques inepties en sus. L’idée principale sur laquelle il a construit son réquisitoire contre Saâdani se résume à prétendre que le DRS est le cœur battant de l’Algérie. Le toucher, demander des comptes à ses officiers supérieurs ou pointer du doigt ses faiblesses, ses échecs et ses graves dérives comporte, selon lui, de graves menaces pour le pays. Pour preuve de l’importance du DRS, il balance la fonction vitale de la CIA, de la DGSE, du MI6 ou du KGB qui entretiennent la sécurité de ses grands pays.

Le journaliste de L’Expression ouvre le bal avec une incroyable étourderie. Elle prête plus à pleurer qu’à rire. La lutte pour un état de droit revendiqué par Saâdani serait «une propriété intellectuelle» appartenant exclusivement au FFS et au RCD. Saâdani ou tout autre parti politique n’a pas le droit de s’en prévaloir! Et d’ajouter sans se démonter que Saâdani serait condamné dans un Etat de droit qui respecte les droits d’auteur… A-t-on vu une perle pareille? À noter au passage que Taberkhout ne trouve aucune gêne à confirmer que le pays du DRS n’est pas un pays de droit… Une question se pose alors. Comment se fait-il que rab Edzayer, malin comme il est, selon le général Benhadid du moins, n’ait pas pensé à ériger un état de droit où le discours subversif et militant contre son pouvoir absolu ne doit pas être libre de droits, autrement limités à une ou deux personnes? Renversant!

À la «génialissime» réflexion s’ensuit un mensonge flagrant indigne d’un journaliste sérieux et respectueux de son lectorat. Amar Saâdani n’a pas traité le général Mediène de traître, mais simplement d’incompétent dont les échecs sont nombreux, graves et très coûteux pour l’Algérie. Takheroubt que le zèle ou la soumission aveugle, se dérobe piteusement du débat de fonds initié par les arguments massue de Saâdani. Il n’en a relevé se limitant à noyer le poisson.

La mauvaise foi du journaliste suinte tout au long de l’article. Pour la comparaison avec les autres services de renseignement des autres pays par exemple, il oublie de rappeler que chacun de ces services a fait l’objet de critiques, d’objections, de remaniements majeurs en plus d’être contrôlé par le pouvoir politique. Ce qui est loin le cas de l’Algérie.

Enfin, l’article de Taberkhout se termine par une extraordinaire contradiction : il soutient exactement le contraire de ce qu’il défendait au départ. En admettant que le système algérien tienne en place grâce aux deals conclus entre la présidence, le DRS et les chefs de région, il  pense in fine que le général Mediène est un bel escroc, puisqu’il fait pas partie des trois pôles du pouvoir qui s’écharpent et s’entendent sur la rente. Autrement, il serait un membre puissant d’une bande de pillards, ce qui, du fait de la malveillance et de la préméditation qu’elle sous-entend, est une accusation plus grave que l’incompétence ou l’omnipotence soutenue par Saâdani. Ce à quoi une évidence s’impose, il y a au moins un hurluberlu dans le journal d’Ahmed Fettani.

N’importe quel autre hurluberlu doté néanmoins d’un semblant de bon sens, dira que si le DRS participe avec la présidence à la corruption institutionnalisée, sans Rab Edzayer ni les criminels apparus pendant son règne, l’Algérie sera belle, propre et prospère…

http://www.lexpressiondz.com/article/0/0-0-0/189961.html

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS, Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Le journal l’Expression : «Que sera l’Algérie sans le DRS ?»

  1. Ouas Ziani dit :

    Il est regrettable que les services de renseignements du pays et leur responsable soient défendus si piteusement.

  2. jamal dit :

    si les journaux independants nous laissaient debaler les noms des mafieux du DRS qui couvrent
    les actes de delinquence financiere ,la contre bande et les trafics de tou genre a la douane
    j’ai vu des convois de voitures de materiel medical recyclé alors qu’il est officiellement interdit ,passer a la douane au port d’alger et l’energumene qui organise ce convoit est sous protection d’un certain responsable du DRS de benimessous et controle ces convois hebdomadaires que plusieurs jours apres reception par un gardien de cité (alors qu’il le precede en prenant l’avion.afin de ne pas pris au cas où)
    les douaniers n’ont meme pas controlé les papiers des conducteurs de voitures
    je suis sur que chaque algerien a vu ce genre de deli et qu’on attend l’occasion de les denoncer par leur nom
    chiche que le drs ouvre une tribune aux citoyens et qu’il enquete sur les actes mafieux de ses
    corrompus

  3. anonyme dit :

    le DRS est utile à notre Pays, mais il doit laisser de coté la police politique
    et s’occuper de l’espionnage et du contre espionnage et de la lutte contre la grande corruption qui a fait des ravages durant son règne ,ce qui n’était pas le cas avec la SM

  4. Ouas Ziani dit :

    Pas de problème. Que le nom du journaliste soit Takheroubt, Taberkhout ou Takherboub, tout le monde aura compris ce que cela veut dire et aura corrigé de lui-même.

  5. Tamzra. dit :

    Sans les vampires du DRS et de son armée; l’ algerie serait au meme niveau , en qualité de vie, que les pays scandinaves. Helas la malediction de nos martyrs nous poursuivra toujours parce que nous avons trahis le serment que nous avons fait le 1er nov 54.

  6. Bonny dit :

    Est ce que un jour ce DRS a gratifié notre pays d’espionnages industriels ou techniques , jamais !
    Sinon ça se saurait !Car un pays qui ne fabrique rien est la démonstration que ces « services » ne servent qu’à mater le peuple !

  7. Ait Amar dit :

    Il ne faut pas se tromper, le DRS est une police politique, mais pas un Service de renseignements ou Service secret.. Le DRS a pour mission la surveillance et la répression de la Population civile et l’Institution militaire. Il faut réfuter ces dénominations lénifiantes et glorifiante. Le DRS est  » organisation criminelle et mafieuse « ….Relise le texte  » Djameleddine Benchenouf aux journalistes qui défendent le DRS
    https://elergechergui.wordpress.com/2013/09/29/djameleddine-benchenouf-aux-journalistes-qui-defendent-le-drs/
    et mon commentaire intitulé  » Le DRS : « ORGANISATION CRIMINELLE » et « MAFIA TENTACULAIRE ». « 

  8. nacerharrach@yahoo.com dit :

    DRS organisé en mafia occulte »en liaison avec les francs maçons organisateur années d’un système kleptocrate
    l’algerie n’est pas peuplé que d’aveugles comme tente de le faire croire la presse écrite et electronique complice du système kleptocrate je vous invite si vous le voulez a lire 2 liens
    -http://www.pauljorion.com/blog/?p=17684
    31 oct. 2010 – sur la kleptocratie,en algerie

    -[PDF]
    La corruption politique en Algérie: l’envers de l … – exil-ciph.com

    exil-ciph.com/htdocs/ressources_dwnld/textes/H/Hachemaoui.pdf‎
    de M Hachemaoui –

    -http://fr.scribd.com/doc/156261695/Hachem-a-Oui

  9. nounou dit :

    comme la presse sans l’expression: propre !

  10. harraga dit :

    Voici mon reve cette nuit
    lger, ….2014

    ————————–
    Mon frère votre de cette nuit rêve a été fait en 2008 par quelqu’un d’autre et raconté dans plusieurs sites… (:
    Désolé.
    Echergui

  11. harraga dit :

    si on avait une ame revolutionnaire il y aurait eu des hommes qui seraient sortis et appelés dans le sillage de amar saadani à la dissolution des casernes des DRS et de leurs representaux locaux régionaux et nationaux
    les pseudo journaux independants ne sont pas aux mains d’ intellectuels mais de ratons qui sont là finalement que comme des extensiosn du DRS qui nous censurent et nous muselent
    voila pourquoi j’ai voulu rappeler ce reve de ce qu’est le premice d’une révolution ..pas des policiers et gendarmes gavés par la corruption aux ordres de pourris en 1er boustela qui se pavane avec le grand flic binational kamal zouaÏ (soit disant de la famille du grand parfumeur feu son pere) le cheine de garde de djilali mehri dans les salons du geoge v

Les commentaires sont fermés.