Addi Lahouari mise sur «la clairvoyance» des jeunes officiers et affirme

dsdfdgf198

fhdfhfL’un des derniers intellectuels qu’on respecte, est-il tombé sur la tête? On sait que le professeur Addi aime marquer ses théories avec des formules percutantes, on se rappelle à ce titre «la régression féconde, le pouvoir adore le peuple et déteste la société, etc.», mais de là à choquer avec des élucubrations qui, pour l’Algérien lambda comme pour un grand nombre d’observateurs, ressemblent à du délire, il y a de quoi s’interroger sur son sérieux et de la crédibilité de l’élite résiduelle dont il est un chef de fil. Qu’il pense que le bras de fer entre la présidence et le DRS est de la poudre aux yeux, c’est une chose. Qu’il pense que le président Bouteflika, après 15 ans de règne, offre le sceptre de la présidence sur un plateau d’argent à son ennemi juré, voilà qui ne manque pas de frapper de stupeur l’opinion publique. A un mois du scrutin, l’illustre professeur, en tout les cas, joue gros dans ce qu’il avance. Il n’y a que lui qui pense que l’armée puisse imposer à Bouteflika le rôle de lièvre. Il n’y a que Addi qui pense que Bouteflika se laisse faire comme une carpette à cette injonction humiliante.

Certains ont prétendu que Bouteflika a décidé de briguer le 4e mandat uniquement pour faire barrage à Benflis. Maintenant, monsieur Addi, dit tout le contraire et met dangereusement sa crédibilité dans la balance dans un jeu électoral fermé qui ne vaut pas un sou. Allez savoir pourquoi un professeur honorable, célèbre et respectable, prend inutilement ce risque.

Le 17 avril, il y aura du dégât : si Benflis n’est pas élu, un grand sociologue sera déchu. L’Algérie avait déjà connu un précédent où un scientifique de renom s’est compromis avec des analyses abracadabrantes avant que sa réputation ne connaisse une chute vertigineuse. Bachir Ridouh, l’auteur de «La dynamique Boudiaf, la mécanique Boumaârafi», s’est décrédibilisé et a terni sa réputation aux yeux d’une grande partie de la population. Wait and see.

http://www.maghrebemergent.com/actualite/maghrebine/item/35313-algerie-bouteflika-jouera-le-role-de-lievre-pour-benflis-lahouari-addi.html

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Élections, Politique algérien. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Addi Lahouari mise sur «la clairvoyance» des jeunes officiers et affirme

  1. Mounafeq dit :

    Bouteflika joue le lievre contre Benflis et le Professeur joue la credibilté de la SOCIOLOGIE en tant que science en ces contrées

  2. lhou Dziri dit :

    Je ne comprends pas pourquoi il joue sa reputation. Ce n’est qu’une hypothese, d’ailleurs qui tiens la route, comme il est incense d’avoir un candidat comme Bouteflika. D’ailleurs je commence a penser que c’est un piege du DRS et consoeurs.

  3. Izem dit :

    Vous avez le droit de ne pas être d’accord mais pourquoi employer des mots aussi forts ? Pourquoi vous attaquez vous à l’homme ? C’est vous qui perdez votre crédibilité en agissant de la sorte !!!

  4. ihachkouléne dit :

    Tu sais el erg echergui au royaume de machiavel, qu’ est l’ algerie, tout est possible, On peut meme dire que la realité depasse la fiction chez nous.Les demons de l’ enfer ne sont que des enfants de choeur comparés aux monstrueuses entités des tenebres qui composent le regime algerien

  5. Zidni Ilman dit :

    A Izem et Ihachkoulene, au sujet de Addi Lahouari, j’aurai aimé que ce point de vue puisse avoir une once de vérité, cela veut dire qu’en Algérie la parole du peuple est respectée à tel point que le pouvoir se doit d’être machiavélique pour faire passer ses pions, mais bien sur que non, ni machiavel ni théorie du complot sont nécessaires à ce pouvoir pour faire passer celui qu’ils veulent, (ce sont des brutes, ils ne réagissent qu’à la force, la seule démocratie en Algérie actuellement c’est YOUTUBE et FACEBOOK) le vote en Algérie est une mascarade la seule fois ou le choix du peuple fut respecté c’était en 1990 et 1992, puis les généraux ont repris les choses en main et depuis ils décident de celui qu’ils veulent.

    La situation actuelle n’est due qu’au fait que les « maitres » de l’Algérie ne s’entendent pas, car si entente y a ils peuvent élire un chameau s’ils le désirent, ils s’entre-tuent car l’argent coule à flot et apparemment un cercle en a prit plus qu’un autre, peut-être que les affaires SONATRACH ont éveillées des jalousies? Qui sait pourquoi un cercle ne veut pas de Boutef. ce n’est ni par amour au pays, ou au peuple et encore moins à la démocratie, alors laissez les Addi dire, leur point de vue n’a d’intérêt que s’il devient un débat!

  6. sensobligatoire dit :

    et Louwary Addy sait maintenant que les envahisseurs sont là !!!

Les commentaires sont fermés.