Abdelaziz Bouteflika a bafouillé les deux mots indispensables pour régner une dernière fois sur l’Algérie

dsdfdgf200 sgsfgf

Le clan est sain et sauf et son avenir est garanti pour quelques années encore. Sellal, Belaïz, Medelci, Ghoul, Saâdani, Benyounes, pour ne citer que les plus en vue, ont été soulagés d’entendre à la télévision le président Bouteflika bafouiller pour la 4e fois sa candidature officielle à la magistrature suprême. Suspendus à ses lèvres, ils craignaient devoir expliquer aux journaux, l’absence d’apparition du président au moment du dépôt de son dossier de candidature. Après une attente interminable et des inquiétudes sur sa santé, ils l’ont enfin vu. Bouteflika s’est déplacé en personne et dans un effort surhumain…, il a ouvert sa bouche devant les caméras. Oui, il a parlé, le peuple l’a vu et entendu sa voix. C’est la délivrance dans le clan. «Vous voyez, on vous…», lance-t-ils à l’unisson. Si se n’était la pudeur, ils auraient fêter l’évènement comme il se doit, baroud et feux d’artifice…

Quelle émotion! Le souffle court, la voix éraillée et faible, le vieillard perclus d’El Mouradia est apparu souriant et a gratifié le peuple avec «je… viens… déposer… mon dossier… de candidature… à la présidence… selon l’article…». Il ne fallait pas plus pour que son entourage saute de joie et crie victoire. Pour le clan, le reste est une formalité, la machine est bien huilée. Que Bouteflika soit présent physiquement ou non durant la campagne électorale qui s’approche à grands pas, qu’il marche ou reste rivé sur son fauteuil roulant, le 4e mandat est dans la poche.

Pour ce qui est de la longévité de son règne, Bouteflika est un génie. Il a défié l’âge et  l’AVC, résiste à la mort, a mis en échec rab Edzayer, les généraux sanguinaires, les journaux qui les torchent, s’est moqué de l’histoire, de la logique, de l’entendement… Il est indéboulonnable et têtu comme une mule. Il est fort. Il a suffit qu’il bredouille deux mots, pour que les meilleurs prétendants jettent l’éponge et rentre bredouilles… Il continuera donc à distribuer la rente dans un pays au point mort depuis 1992. Comme dit sa légende, Bouteflika est né pour régner. Au nez et à la barbe du dieu de l’Algérie. Le 4e mandat sera celui du grand combat entre un dieu et une légende… Qui des deux va triompher et incarner l’Algérie? Rien ne presse, tout vient à point au peuple qui sait attendre…

Djamila Bouhired, de son côté, doit suffoquer maintenant. Elle a prévenu qu’elle descendra dans la rue pour protester au cas où Bouteflika dépose sa candidature. Elle a dû recevoir les images de Bouteflika chez son obligé Medelci comme une foudre sur la tête. Que va-t-elle faire maintenant? Jouer à Jeanne d’Arc avec la valetaille de rab Edzayer pour partisans? Sa souffrance doit être immense. Elle est à plaindre, mais si elle a un cœur capable d’oublier vite 20000 disparus, elle, et tous les hommes et les femmes de sa trempe, avaleront bien quelques couleuvres de plus avant de rendre l’âme.

http://youtu.be/2KcqRFnUQxI

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hommes du système, Vidéo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Abdelaziz Bouteflika a bafouillé les deux mots indispensables pour régner une dernière fois sur l’Algérie

  1. harraga dit :

    Pour resumer cet article voila les declarations d’un autre general du DRS

    KHALFAOUI MOHAMED SALAH un militaire du drs DRS ancienne securité militaire SM qui menace le president DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE ALGERIENNE OU RADP

  2. fakir dit :

    djamila bouhired avant de mourir et en bonne musulmane ferait mieux de se confesser sur les porteurs de valises du tresor du FLN detourné ,porteurs dont a fait partie jacques verges avocat de la franc maçonnerie c.a.d les renseignements généraux .
    certains journaux se posaeint la question sur une periode où verges s’etait eclipsé et se demandaient d’où lui sont provenus les fonds qui lui ont permis d’acheter un hotel particulier

  3. JIJI dit :

    la necessité de provoquer un choc émotionel chez le people algérien n’est à démontrer et semble selon une etude anglaise faire partie de la stratégie du choc de fredman pour para lyser les esprits et poursuivre la politique ultralibérale

    http://www.leblogfinance.com/2013/12/fort-risque-social-pour-les-pays-du-maghreb-en-2014-proies-de-choix-pour-un-ultra-liberalisme.html

Les commentaires sont fermés.