Verbatim d’un témoignage spécial. Première partie

dsdfdgf205

Heureux ceux qui, comme HL, passent des marches du FIS à la Jet Set en passant par le camp de concentration, les hôtels de luxe et la députation. Heureux ceux qui, comme HL, ont regardé le saint visage de RDZ et du coup, la baraka financière et politique leur est tombée du ciel…

dsfgdfhdgfh

  • HL était militant islamique depuis les années 70
  • Originaire de Tebessa, il aurait été un des cadres actifs du FIS après le multipartisme
  • HL a conduit certaines marches de la désobéissance civile connue par «la grève politique»
  • Il fut arrêté et transféré aux camps du sud (durée non révélée) après l’APE (arrêt du processus électoral)
  • Après son emprisonnement au sud, HL noua une relation étroite avec l’appareil sécuritaire
  • HL est député actuellement
  • L’auditeur dilue la grave accusation de connivence dans l’exemple de Nahnah et la recherche d’une solution politique
  • HL aurait été une interface entre le pouvoir, le maquis et les choyoukh
  • HL a joué des rôles entre le DRS et des parties diverses à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Algérie
  • HL est un homme d’affaires et voyage beaucoup à travers le monde
  • HL reconnaît la réputation de son allégeance au DRS, mais la nie.
  • Il affirme avoir intégré le mouvement d’AD (Abdellah Djaballah) en 1979
  • HL affirme que sa rencontre avec RDZ (Rab Edzayer) était un «accident fortuit». Malgré son arrangement cousu sur fil blanc, il assure que la rencontre n’a été planifiée ni de près ni de loin.
  • Il prétend qu’AD l’a encouragé de garder le contact avec RDZ
  • Il pense qu’il a été choisi parce que le DRS cherchait des interlocuteurs islamiques qui pouvaient avoir une influence sur les dirigeants du FIS emprisonnés
  • Le début de son histoire avec RDZ. Il comptait aller en pèlerinage en 93. Quand, arrivé  à l’ambassade d’Arabie Saoudite pour le visa, il est abordé par un certain docteur MM qu’il ne connaissait pas. Il croit qu’il est agent ou un supplétif du DRS. MM originaire de Souk Ahras connaissait l’Ambassadeur saoudien, il contacte celui-ci et règle les papiers en un tour de main pour HL et son père. Il discutèrent sur un ton convivial de la situation politique et les issues possibles de la crise. HL apprend à MM qu’il séjournait à ce moment à l’Aurassi.
  • MM aborde HL une 2e fois à l’Aurassi. Il lui demande la permission de poursuivre la conversation sur les moyens de sortie de la crise politique algérienne. A l’issue de la discussion, il lui propose de voir quelqu’un au Tagarin. HL accepte par obligeance.
  • HL se rend au MDN dans la BMW de MM.
  • HL fait face à un général-major (GM) qui lui est étranger. Il n’a pas cherché à le connaître.
  • HL et GM ont discuté sur l’escalade de la violence armée. GM voulait savoir si HL pouvait jouer un rôle dans la solution et arrêter les combats.
  • HL conseille GM de parler directement aux chouyoukh détenus dans la prison de Blida.
  • 1ère apologie. HL pense que GM cherchait sincèrement une solution, mais il n’a pas dit à quel prix. Il conseille GM de libérer les choyoukh.
  • Le lendemain à l’Aurassi, MM lui demande de prolonger son séjour d’un ou deux jours et lui apprend qu’il a un autre RDV avec GM.
  • HL demande à connaître l’identité du GM. MM refuse.
  • 2e apologie. A la 2e rencontre, HL  trouve GM en de meilleures dispositions pour une solution (politique? HL n’a pas dit laquelle à ce stade de son témoignage). GM aurait dit «Nous sommes dans une crise, elle va nous entraîner tous dans les abîmes de la violence. Il faut que chacun de nous contribue à l’arrêter… »
  • Au sortir de l’entretien, MM lui apprend que le GM est RDZ lui-même. HL tombe des nues. Il pense que RDZ a dû être consulté avant de laisser MM divulguer son identité.
  • HL panique. Dès son retour à l’hôtel, il prend sa voiture et se rend directement chez AD à Drarïa. Après la surprise, celui-ci approuve et voit d’un bon œil l’initiative de RDZ. Il conseille à HL de garder la liaison avec le DRS.
  • L’auditeur interroge HL. Il veut savoir s’il n’avait pas pensé à sa réputation ou à sa sécurité du fait qu’il est entré en relation direct avec le DRS et son patron. C’est très mal vu par les islamistes. HL dit croire en la volonté de Dieu et n’a pas peur de mourir.
  • HL réaffirme qu’AD a cautionné ces contacts. Il dit qu’AD croyait que l’état-major a reconnu enfin l’erreur du coup d’État de 92 et qu’il allait se rattraper avec des canaux discrets.
  • Question importante. Que pensait RDZ de l’APE? Réponse : Il importait peu à RDZ si  l’Algérie se nommait république islamique, démocratique ou populaire. HL croit savoir que RDZ avait peur que la violence n’augmentât et que les discours incendiaires de certains dirigeants du FIS deviennent plus virulents.
  • RDZ avait appuyé ses craintes avec un exemple. Au lendemains de l’annonce des résultats du scrutin (un jeudi soir), 188 députés, dans les prêches de vendredi, certains chefs du FIS ont prévenu qu’ils allaient changer le mode vestimentaire et culinaire des Algériens; certains ont même déclaré qu’ils allaient juger les responsables et les généraux et tous ceux qui se sont impliqués avec ce régime dans les places publiques (l’index pointé)
  • Selon HL, ce sont les raisons principales qui ont fait réagir le camp laïc de l’armée dirigé par les généraux KN, (Khaled Nezzar), MT (Mohamed Touati) et les anciens officiers de l’armée française (AOAF). Ils étaient déterminés à faire avorter le processus électoral.
  • HL ne sait pas si RDZ a joué ou non un rôle actif dans l’APE.
  • HL accuse les AOAF qui ont gravi les échelons de la hiérarchie militaire et ont trôné indûment dans les hautes sphères du pouvoir. Leur ascension fulgurante était un cadeau que CB (Chadli Bendjedid) leur a offert pour satisfaire des cercles étrangers et autres. Ce sont eux les responsables de la crise, dit-il, avec l’appui du camp des francophones et le courant laïc algérien et en particulier celui qui s’appelle RM (Réda Malek) et les PL (partis laïcs).
  • L’auditeur demande la description de RDZ ( selon certains, il serait taciturne, énigmatique, comploteur et d’autres accusations, alors que d’autres disent qu’il est bienveillant, travailleur, sympathique, écoute plus qu’il parle, etc.)
  • 3e apologie. HL dit témoigner devant Dieu et le peuple. L’homme, RDZ, est extrêmement humble. Il a un grand sens de la responsabilité. Il est extrêmement serviable. Quand on lui demande des services ordinaires…, il ne refuse pas. Il a eu l’obligeance de résoudre un grand nombre de problèmes ordinaires auxquelles HL lui-même avait fait la requête. C’est un moudjahid. Il n’y a pas de doute là-dessus. Selon HL, RDZ est un nationaliste loyal à sa patrie.

Les références de ce témoignage seront fournies dans la ou les parties suivantes. Ceux qui  connaissent HL, tant mieux pour eux.
A suivre.

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS, Hommes du système, Islamisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Verbatim d’un témoignage spécial. Première partie

  1. Djamil dit :

    Il faut dire que HL a gardé la trésorerie du parti FIS, depuis, il est devenu un milliardaire de sa région. Pour plus il faut lire l’article suivant : http://www.algerie-express.com/ae/chronique/revers/3878-l-avocat-du-general-toufik

  2. Belahreche dit :

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    ——————————————————-
    Bingo! La référence sera publiée vers la fin de la série. Merci
    Echergui

  3. Zidni Ilman dit :

    Est-ce lui?

  4. Zidni Ilman dit :

    Si c’est lui, merci pour le résumé, cela m’a permit d’économiser mon temps pour (57minutes).
    Avez-vous vu ceci: http://www.youtube.com/watch?v=_DxYORJzxC4&list=WL4LsA0aVQ8ND1Y3vdCoEWsiuFf8UKA73d

Les commentaires sont fermés.