Entre la peste et le choléra, le coeur de Saïd Bouteflika balance

dsdfdgf214

Par Abdeljabbar Seghir

tyuturtPour une fois, Said Bouteflika est dans une position peu enviable. Il est devant un dilemme. Il a lui aussi à choisir entre la peste et le choléra. Il a à sa disposition un dégoûtant embarras du choix : Sellal, Ouyahia, Belkhadem, Hannoune, Saadani…

A ses yeux, ces énergumènes sont tout aussi méprisables et haïssables l’un que l’autre, mais il faut bien qu’il en choisisse un ou une parmi ces véritables candidats à la présidence. Ne pouvant se décider, et on le comprend, il s’accorde du temps. Des prolongations qui peuvent peut-être départager ces candidats à la vice-candidature.

La balle est dans leur camp. Lequel d’entre eux saura faire usage de dosages subtils entre un maximum de chita d’une part, et un minimum d’antipathie d’autre part ? Ce n’est pas facile. Les paris sont ouverts. Ira-t-on jusqu’aux penaltys et coups de poings sous la ceinture, voire au tirage au sort ? Le report de la décision n’est pas à écarter non plus. A moins que la solution de legs à l’héritier naturel devienne la solution salvatrice. Dans ce cas la bataille se reporterait au vice – vice – présidence.

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Contribution, Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Entre la peste et le choléra, le coeur de Saïd Bouteflika balance

  1. aghilas-koseila dit :

    azul fellawen,
    les jeux sont fait… un changement al’horizon…certains sont hors jeux..
    tanmirt ar timlillit

Les commentaires sont fermés.