Dans le pays du DRS, des jeunes appellent au jugement du général Hassan!

dsdfdgf238

jdgjfgjfg586

Une génération qui n’a pas vécu la grande tragédie veut conjurer le sort de ses frères et sœurs ainés et veut sauver son époque.

33sdfgsdfg

Une revendication explicite pour la souveraineté du peuple

Le rejet public de l’omnipotence du DRS est-il un signe des temps ou un feu de paille ? Difficile de répondre à cette question, mais les faits sont là, devant nous, tangibles et observables. Impensables hier, les protestations et les mises à l’index des services de renseignement par une partie de l’opinion publique sont de plus en plus remarquées dans les manifestations et les sit-in des Algériens à l’intérieur du pays comme à l’extérieur. L’image de rab-Edzayer frappée du signe d’interdiction et la formule «Non au D.R.S.» brandie en gros caractères, côtoient allègrement les habituels slogans contre le 4e mandat, elhogra, contre la dénonciation du pouvoir assassin ou du système inique. La liberté et la souveraineté gagnent du terrain à chacune de ces revendications publiques qui ne paient pas de mine. Assistons-nous au début de la démolition du mur de la peur et une gestation de la renaissance de la souveraineté ? Qui vivra verra.

Si le phénomène se poursuit et prend de l’ampleur, les efforts et la lutte de la génération de la décennie noire n’auront pas été vains. Le mouvement des activistes, limité et disparate au demeurant, aura su passer le flambeau aux jeunes générations malgré le rideau de fer qui limitait son combat depuis 1992.

L’impossibilité de descendre dans la rue pour revendiquer la vérité et dénoncer les crimes contre l’humanité perpétrés par les généraux du DRS, elle est en passe de gagner la bataille de la vérité et de la justice. La flamme de la vérité et de la liberté continuera à brûler longtemps et léchera le visage hideux de l’imposture et de la tyrannie. Rien ne saura donner du baume aux véritables patriotique qu’une fin à la police politique et le jugement de ses hauts responsables. L’Algérie n’est peut-être pas loin de réaliser ce vœu légitime.

Sur le même registre, les protestations contre le DRS, une structure militaire synonyme de mort et de torture, vont de l’avant et se diversifient. Elles reflètent des victoires contre la peur. Un slogan des plus audacieux fut scandé par un groupe de jeune le 29 mars devant la poste centrale. «Jugez d’abord le général Hassan», avaient-ils calmé, entre autres revendications en soutien pour un blogueur arrêté arbitrairement par les autorités suite à une plainte du journal Ennahar. La stigmatisation d’un général puissant du DRS a de quoi surprendre. Quand on songe à la panoplie considérable des instruments de répression, dont dispose le DRS, on ne peut qu’admirer le courage de ces jeunes.

Le link par les jeunes entre l’arrestation arbitraire d’un blogueur et le laxisme, dont bénéficie le général Hassan accusé de fautes graves passibles de potence, a d’autres corollaires évidents. Il met en évidence la sempiternelle question de la justice à deux vitesses. Cependant, il devrait mettre la puce aux oreilles de la classe politique sur un autre lien insécable et autrement plus grave. Le général Hassan et Chakib Khalil. Les jeunes activistes pourraient faire d’une pierre deux coups tout en forçant la main des politiciens qui soit dit en passant lutte contre la corruption. Les deux personnalités, en effet, font face à des accusations graves dont personne n’a de preuves. Pourquoi demander la tête de l’ex-ministre de l’Énergie et faire taire les crimes de l’ex-barbouze responsable des faux maquis qui ont fait régner un climat de terreur et fait des centaines de morts?

 

 http://www.echoroukonline.com/ara/?news=199726

A Paris devant l’ambassade algérienne : http://youtu.be/IHMp3yXjny0

Voir aussi dans ce blogue :  Rab Edzayer dans le collimateur de l’opinion publique

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Convulsions, DRS, Vidéo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Dans le pays du DRS, des jeunes appellent au jugement du général Hassan!

  1. anonyme dit :

    si dissolution du DRS qui va protéger notre pays contre ceux qui ne nous ont jamais pardonnés la façon dont nous avons obtenu notre indépendance? qui va nous protéger contre les organisateurs de printemps ? contre les gros trafiquants ? contre nos frères voisins ? contre toutes les menaces extérieures .
    tous les pays puissants ont des services de sécurité puissants.
    il faut demander la dissolution de la police politique pas plus.

  2. aghilas-koseila dit :

    azul fellawen,
    C’est une evidence un pays fort c’est un pays possedant des structures fortes de l’armée et de securité au service du peuple et de sa protection. tout le monde actuellement sa democratie malgré ses inperfections reste l’unique chemin pour un certain bonheur. un etat sans structures fortes sera de l’anarchie. c’est cette anarchie,la non-claire-voyance de nos gouvernants,leurs manque de courage,la violence des uns et des autres,la peur de l’autre toute cette alchimie complexe ont donnés les violences qu’on connait…. ou tout lemonde est responsable ali belhadj,general hassan et des milliers d’autres y compris peut-etre-moi meme…
    -donc on peu juger un systeme et certains haut responsables de l’epoque qui avaient accepter d’aller aux urnes prematurement et dans un climat electrique…!!!
    – quant a nos freres de l’ouest et de l’est ont d’autres chats a foueter…!
    -sauf a la guerre des sables s’etait une provovation du president benbella originaire d’ait-ounir (marrekech) pour detourner la crise interne. un marrekchi qui criait  » hagrouna merrakchia «  » entendu maroc.
    – quant au regionnalisme n’existe pas sauf pour des interets..des luttes intestines pour apprivoiser le tresor…!!! et de la poudre aux yeux pour des incorrigibles que nous sommes…!
    – boutef originaire de dar tata appelé kbail de nedroma,sa fianée ou sa femme de pere koulougli de tlemcen et de mere kabyle de annaba..!
    hamraoui habib chaouki natif de setif originaire de tizi-ouzou et sa femme est tlemcenienne…
    -benbella natif de ait-ounir (marrekech),enfance a lalla maghnia et d’une femme de msilla…
    -boumedienne kabyle n’ait-foughal sa femme el-mansalli algeroise d’une mere suisesse….
    -boudiaf de ouled masi (msilla) sa femme est de ghazaouet (rifains de l’ouest)
    – chadli bendjeddid de sbaa (tarf) et sa moitié est de la zouiya de l’ouest…et des milliers d’exemples…
    -regionalisme sert de paravent lorsque on veut exclure qu’ilqu’un de la part de la rente d’algerie…!!!
    -et,lorsque on a peur de l’autre…!
    le reste c’est du theatre pour les naifs que nous sommes…!
    tanmirt ar timlillit

  3. Idhourar dit :

    merci anonyme, mais on n ‘a pas besoin d ‘etre protégé par des charognards , tu devrais plutot dire « qui nous protegera de ces charognards!!! ».Car n oublions pas tous nos malheurs viennent de ces services secrets et de tous ceux qui portent une arme.Sans eux l’ algerie aurait sans doute une qualité de vie egale ou superieur à celle des pays scandinaves.Ce sont eux qui se sont accaparés toutes nos richesses et qui ont elevés la malhonneteté et la fourberie au rang de valeur, ils ont detruits les nobles valeurs de la société algerienne, plus rien ne pourra fonctionner dans les normes tant qu ‘ils seront là.Chez les arabes c ‘est celui qui porte une arme qui gouverne , qui a toujours raison et qui pille allegrement les richesses de son pays, sans qu ‘il soit inquieter ,ce sont eux qu’ on appelle « patriote  » et qu’on considere à leur mort comme des heros.On baptisera en leur nom des quartiers, des places des boulevards, etc.Pourtant c etaient des monstres, des tyrans, des voleurs!

Les commentaires sont fermés.