Après l’attentat d’Iboudraren, Salima Tlemçani veut la tête de Gaïd Salah

2dr58wedfo36 Salima Tlemçani

Écoutez cette grande nouvelle, Salima Tlemçani exige la démission de Gaïd Salah. Elle le tient pour le premier responsble de l’attentat sanglant D’Iboudrarène. Oui, ce n’est pas un canular. La revendication est écrite noir sur blanc aujourd’hui à El Watan. Depuis quand? Depuis quand la célèbre journaliste demande-t-elle des comptes à une autorité militaire? Et quelle audace! Elle veut la tête du chef de l’état-major. Rien que ça.

Il est exceptionnel de  voir sa conscience s’exprimer. Le choc d’Iboudraren l’a fait sortir de ses gonds? Ou est-ce le traumatisme de l’éviction des faucons de rab Edzayer? Un ras-le-bol calculé ou l’expression d’une conscience coupable, morte depuis longtemps. Ces questions méritent d’être posées à plus d’un égard.  C’est qu’elle passe pour le premier relais des services secrets. Les rapports sur les attentats terroristes et la tragédie nationale, c’est sa tasse de thé, elle en a fait sans compter. Les analyses qu’elle pondait à longueur d’année n’ont jamais, ô grand jamais, fait allusion à une responsabilité du DRS, de  Liamine Zeroual, de Mohamed Lamari, de Benhadid et on passe. Et encore moins à l’incompétence du général Mediène de ses lieutenants arrogants et puissants. Leur professionnalisme, leur patriotisme et leur gloire ont toujours été chantés et relayés par sa plume prolifique. Pourtant, les défaillances graves et négligences criminelles de cette suprastructure sont mondialement connues. Pour la manipulation des terroristes, l’implication directe dans les crimes, n’en parlons pas. Jamais l’esprit perçant et la plumes effilée d’une Salima Tlemçani n’en ont osé effleurer le soupçon de soupçon. Messelmine m’ketfine ; yahafid ya settar…

La réponse à ses interrogations nous ne l’aurons probablement jamais, mais l’évènement était grandiose et méritait d’être «fêté»… Enfin Tlemçani humaine et consciencieuse! Cependant, risquons une petite hypothèse sur les non-dits et les tréfonds de la question. Depuis un certain temps, des journalistes d’El Watan et d’autres relais médiatiques moins chichiteux quant à leur allégeance au DRS, semblent prendre une certaine liberté de ton vis-à-vis de l’état-major actuel de l’ANP. Hasard ou non, ce grand bouleversement dans les mœurs spécifiques dans nos médias privés a coïncidé avec les raides sur le DRS, des raides spectaculaires attribués à Bouteflika. La mise à la retraite des poids lourds de la redoutable police politique avait interloqué toute la valetaille que le général Mediène s’est construite à l’ombre de la Constitution et sous couvert de la lutte contre le terrorisme. Depuis, les anciens grands éradicateurs sont montés au créneau pour défendre le dernier carré de l’ancien DRS et se sont attaqués directement au chef de l’état-major. De nombreux experts avaient alors conclu à une rivalité rab Edzayer-Gaïd Salah… Tlemçani, en soldat fidèle, ne ferait que poursuivre la mission de sauvetage du dieu de l’Algérie en exploitant le drame d’Iraboudrène.

http://www.elwatan.com/actualite/le-temoignage-d-un-patriote-22-04-2014-254327_109.php

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hommes du système, Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Après l’attentat d’Iboudraren, Salima Tlemçani veut la tête de Gaïd Salah

  1. Supplicié dit :

    Ils n’ont d’humain que l’ apparence ces charognards ,ces monstres, leur arrive il de se regarder dans la glace.?j ai des frissons de savoir que ces predateurs cotoient, comme si de rien n etait chaque jour leur victime ou leur proche Je plains leurs enfants.Comment peut on taire et encourager les crimes contre l’ humanité et avoir le culot de demander des comptes a ses maitres?

  2. Bonny dit :

    Cette hyène éradicatrice mérite une balle dans la tête ainsi que toute la racaille qui soufflait sur les braises !

Les commentaires sont fermés.