Yes we can! Don’t worry Mr Bedjaoui. We can inflate turnout

2dr58wedfo38

Tous pourris, pourriture toute.
Mohamed Bedjaoui-2Quand, président de la commission de surveillance des élections présidentielles de 1999, il apprit le retrait de tous les challengers d’Abdelaziz Bouteflika, il fut peiné. Avec un seul candidat en lice, sa fonction n’aura pas de sens, son étoile ne brillera pas dans ces élections. Abdelazziz Bouteflika sera élu sans éclats ni triomphe, sans une vraie légitimité. Les élections auxquelles il s’est promis de donner une apparence de transparence et d’honnêteté seront à tout jamais entachées de suspicion. Par la faute des autres candidats, le président putatif ne lui saura pas gré pour un rôle manqué.

L’homme au prestigieux parcours national et international dans le domaine du Droit et la diplomatie commençait à s’inquiéter de la légitimité du nouveau président qu’il savait désigné par l’armée. Il redoutait surtout un fort taux d’abstention dans un scrutin fade et sans enjeu. Comment tirer les marrons du feu pour un candidat qui pourrait le remettre sur le devant de la scène politique nationale ou internationale à travers une probable nomination subséquente à de hautes responsabilités?

Mohamed Bedjaoui, ancien juge à la Cour internationale de justice de La Haye pendant près de vingt ans en était à ses petits soucis quand, soudain, quelqu’un lui apprend une information capitale. Un wali ordinaire ayant eu vent de ses soucis lui tape amicalement sur les épaules et le réconforte. «Ne vous faites pas de soucis pour la légitimité de l’élection, monsieur Bedjaoui, dit-il avec un sourire malice, le taux de participation sera gonflé». Le président de la commission de surveillance, interloqué, se tourna vers le wali et le regarda dans les yeux. «Ah bon ? Vous pouvez faire ça ? » Le wali accentua son sourire et rétorqua «Mais bien sûr M. Bedjaoui ! On a l’habitude… Ne vous tarabustez pas pour Bouteflika». Le président de la commission de surveillance chargé d’assurer l’honnêteté de l’élection présidentielle, l’expert en Droit international, ne répondit pas, mais ses yeux brillaient de mille feux et avait l’air de dire : «Quel soulagement ! Vous ne savez pas quel poids vous venez d’enlever de ma poitrine».

Tout est bien qui fini bien. L’heureux élu avec un taux gonflé est toujours président, il aspire maintenant à mourir de sa belle mort sur le trône. Après l’heureuse élection replâtrée par les valeureux walis, monsieur Bedjaoui fut nommé ministre des Affaires étrangères et coule aujourd’hui des jours heureux en France avec la conscience d’un grand patriote qui a accompli un devoir envers son peuple. Il est une fierté nationale. L’Algérie de Bouteflika-DRS en recèle toute une collection, depuis quinze ans, il font tout pour sortir l’Algérie du point mort et de la mort tout court. Quant à monsieur Bachir Frik, lui aussi mourra heureux d’avoir contribué à toutes les fraudes salvatrices. L’Algérie ne le remerciera jamais assez d’avoir eu le courage de faire son grand témoignage pour l’histoire.

Ce conte de fées a été tiré et adapté du témoignage de Bachir Frik sur la fraude électorale. Le titre est écrit en anglais dans l’espoir que «la probité» de son honneur Mohamed Bedjaoui, démontrée lors des élections 1999 où Bouteflika a mis la première fois ses pieds dans l’étrier de la présidence, arrive à la connaissance de l’ONU, de la Cour Internationale de  la Haye et de l’Unesco où il a longtemps travaillé. Son intégrité morale exemplaire, sa dignité d’ancien juge et expert en Droit international, sa droiture ainsi que sa loyauté envers le peuple doivent absolument être versés à son riche curriculum vitae international… Le témoignage de Bachir Frik faisant foi.

https://www.youtube.com/watch?v=AcprkyHZC24

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Mohammed_Bedjaoui

 

PS : Translater Wanted. Quelqu’un peut-il avoir la gentillesse de traduire en anglais «gonfler le taux de participation»? Please!

 

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Élections, Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Yes we can! Don’t worry Mr Bedjaoui. We can inflate turnout

  1. Belahreche dit :

    Et, l’histoire de « l’air marin ». Lorsque les signatures du candidat Taleb El Ibrahimi en 2004 furent entreposées dans les locaux de la commission électorale présidée par le Sieur Bejaoui au Club Des Pins et visitées par les visiteurs nocturnes. Le nombre de signature a été subitement diminué d’un quart afin de disqualifier un candidat potentiel. Et bien le Sieur Bejaoui a trouvé une explication judicieuse dans la défaillance des cadenas des placards. C’est la faute à « l’air marin » .

  2. Lwanes dit :

    science sans conscience n’ est que ruine de l’ ame(rabelais ne s ‘est pas trompé).: “ Le monde entier est plein de gens savants, de précepteurs très doctes, de bibliothèques très vastes (…) Je vois les brigands, les bourreaux, les aventuriers, les palefreniers d’aujourd’hui plus savants que les docteurs et les prêcheurs de mon temps. ”ça s’est Rabelais qui l’ ecrivit en 1532 dans pantagruel et c ‘est toujours d’ actualité

Les commentaires sont fermés.