Le haut commis de l’Etat dans le système Bouteflika-DRS

2dr58wedfo71

Abdelaziz Ziari Nouri AbdelwahabCet article expose des réflexions sur quelques-unes des facettes de l’archétype des responsables algériens. Ces êtres sortis de la boîte à malice de rab Edzayer et de Bouteflika auxquels ils doivent leur carrière. Le texte n’est pas au point, mais vu le manque de temps, je le balance dans le blogue et demande clémence…

Il n’est pas fréquent de voir un ministre sourire d’un air sincère à la caméra ou montrant un visage rayonnant. Les arlequinades, les calembours et le légendaire pataquès de Sellal sont loin de démentir cette réalité. Ce n’est pas que les dignitaires algériens soient « constipés » de nature, mais le poids de la fonction officielle exige, selon eux, qu’ils affichent une mine de «grand responsable », sérieux et austère. Par un visage sévère et inexpressif, ils pensent refléter l’autorité et la grandeur de l’État. Sur un plan personnel, ils se soucient aussi de singer une image acceptable aux yeux de leurs paires et surtout des grosses légumes qui tirent les ficelles. Les tares, les tics, les mimiques, les postures ou les démarches inélégantes, le trémolo, les signes de nervosité, de panique, de confusion…, sont autant de disgrâces et de vices nuisibles à l’image de ces hommes publics. Ils en sont si hantés que ça leur donne de l’urticaire.

Prendre de la hauteur en public, autrement, relever le nez plus haut que la moyenne des gens au risque d’apparaître hautain est arrogant a une autre vertu chez les hauts fonctionnaires algériens. Elle leur permet de camoufler leurs maigres bilans. Ils sont incapables de parler clairement au peuple qu’ils représentent. Certes, certains s’en tirent plutôt bien devant un micro. Ils peuvent discourir avec fluidité et une langue châtiée qui leur fait honneur. Malheureusement, ce genre de responsables est en voie de disparition. Il a fait la gloire de l’Algérie pendant les deux premières décennies de l’indépendance. Mais, aujourd’hui, le système Bouteflika-DRS a tout bouleversé. Pour un règne pérenne sans trop de tracas, le pouvoir s’est entouré de bataillon de ringards, de bègues, de ploucs et les a portés jusqu’au sommet de l’État. Au moment où l’on parle de langue « officielle » et de ci et de ça, l’Etat parle, encourage et banalise le sabir de Marmita, de Temmar et cie. En entendant ces hommes d’État accouchés par le nouvel ordre, l’Algérien a l’impression que son pays a bigrement régressé.

En parallèle à ce défaut, signe des fonctionnaires tocards qui depuis des années n’ont pas pris la peine de soigner leur langue maternelle alors que leur désir le plus ardent est de gravir le plus haut possible les échelons de l’Etat, il y a le rendement du travail accompli. Les performances proprement parlées. Là où « les avant-gardistes » de la langue de Molière, pour titiller le journaliste d’El Watan l’autre jour qui s’était érigé en bouclier pour Benghabrit, insistent pour justifier et couvrir les baragouineurs et entraver la progression de l’arabe soutenue par les « arrière-gardes » et les « esprits rétrogrades ». Eh bien, sur ce point crucial, non plus, ils ne sont brillants. Sinon l’Algérien l’aurait déjà su et longuement commenté. Peut-on citer un seul ministre, un seul wali auquel le peuple voue un grand respect ou se souvient de lui ? Nada. C’est toujours le mauvais qui défie le pire. Avec plus ou moins de bonheur.

En plus de servir donc de simagrée à se donner une certaine prestance et conviction, l’attitude du collet monté du haut fonctionnaire a un lien avec sa médiocrité et par ricochet au blocage multiforme de l’Algérie. Elle permet aux fonctionnaires incompétents d’éviter le profil bas qu’ils auraient dû adopter dans une vraie démocratie et de grimer leur affligeant rendement professionnel.

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le haut commis de l’Etat dans le système Bouteflika-DRS

  1. Idhourar dit :

    Tout s’ achete et tout se vend sauf la dignité et l’integrité.Comment oseront ils se regarder dans la glace et se dire et dire a ses enfants:  » je suis quelqu’ un de droit et j ‘ai reussi honnetement ma vie ? C ‘est vrai qu ‘un rat ne sait pas qu ‘il est un rat, mais nous qui l’ observons nous savons ce qui il est vraiment!Viendra le crepuscule de sa vie quand les rales l’ etoufferont, ,ses yeux ecarquillés, il verra se defiler les images de ceux qu’il a ecrasés du mal incommensurable qu ‘il a fait a des milliers de gens et des mensonges qu’ il a profere juste pour de l ‘argent rien que pour de l’ argent.

  2. e sais ce n’ est pas l’ article ci dessus qui me fait reagir, mais je vais quand meme donner mon point de vue sur le match entre l ‘Algerie et la Roumanie.J’ai été completement sidéré en regardant le nombre de supporters algeriens qui se sont deplacés en Suisse.Alors je me dis au fond de moi meme, jamais les algeriens ne chasseront ce pouvoir illegitime parce qu’ avec de tels algeriens qui vont en masse assister a un match de foot et ne pas se preoccuper de l’ avenir de leur pays et de leurs enfants….. c’ est grave, très grave.Un degrès d’abrutissement jamais atteint avec d’ autres nations en terme d’ inconscience et de stupidité.Alors moi je dis aprés avoir vu ce spectacle desolant de milliers d algeriens partir jusqu en suisse voir un match de foot et ne pas avoir reagis aux massacres de leur peuple durant la decennie rouge, je me dis c est foutu! ce peuple est le plus stupide de la planete, nous ne parviendrons jamais a nous elever au rang des nations civilisés.

Les commentaires sont fermés.