Des généraux se sont vus présidents…

2dr58wedfo83
dfyeryrty65rey65erMohamed Tahar YalaIl remue ciel et terre pour déloger un président dans le but, croit-on, de redresser la situation globale et mettre enfin l’Algérie sur les rails. Sauf qu’on se demande bien si un général retraité, avouant du bout des lèvres être au parfum de la pratique de la torture, des exactions et des liquidations extrajudiciaires et est conscient des vagues incessantes de violations des droits de l’homme commises par ses pairs bruts, peut prétendre à la magistrature suprême. La stature de l’homme providentiel ne saurait souffrir du recel de terribles secrets ou de complicité passive avec les tyrans. Ne pas assister les victimes des généraux à obtenir justice, laisser la vérité s’estomper avec les années en croyant que cela servira « la stabilité », ne pas combattre les méthodes barbares de l’armée, toutes ces prévarications honteuses reviennent à couvrir les criminels, à en être complice et, le plus grave, à perpétuer la sauvagerie, les sévices dégradants et les crimes contre l’humanité au nom de l’armée, l’Institution qui devait être dans le cœur de chaque citoyen.

La barbarie militaire épisodique, son impunité, mais aussi le lâche silence de la plupart des généraux ont littéralement détruit l’aura des officiers supérieurs et de l’armée en général dans l’opinion publique. Les galons deviennent des échelons de la brutalité militaire et de puissance négative et la pléiade des généraux, une coterie, une lie. Plus haut est le grade, plus sales sont les mains et la conscience. Que prévoit la loi si un civil lambda, témoin d’un crime, se garde de dénoncer les coupables et refuse d’assister la justice ? Elle le prend et chasse, lui tombe sur le paletot et le jette en prison manu militari. Pour un haut gardé, la Loi algérienne « agit » autrement. Mièvre et frileuse, elle avance sur la pointe du pied, elle attend les ordres et interroge les équilibres. Si un dossier criminel a la rare chance d’être ouvert, il est le plus souvent classé sans suite. La justice fait délibérément l’autruche, elle oublie jusqu’aux corps des victimes des militaires, dussent-ils être des centaines de milliers. Toutes les portes se ferment devant leurs familles.

D’aucuns diront que tout cela est redondant jusqu’à l’ennui, qu’il ne sert à rien à remuer le couteau. Certes, mais quand un général s’infatue, se toque de politique – pour compenser une carrière sans éclat – et s’use les poumons en prétendant qu’il veut le bonheur du peuple et la prospérité du pays, il convient peut-être de lui jeter à la figure les quatre vérités qu’il feint d’oublier.

La grande muette est le repaire de monstres, de dangereux criminels sans parler des véreux et de la pourriture. Les généraux muets le savent et leur silence est lâche. Le mal algérien prend sa racine dans cette triste réalité. Un général qui a peur de ses pairs ne peut pas devenir président, ne devrait pas faire de la politique, ne peut pas donner des leçons de morale ou signer des pétitions. Pour cela il faut être intègre et brave. Selon une expression arabe, il porte sur sa nuque l’empreinte de la main de ceux dont il couvre les crimes. Un maraud n’a pas le droit à la considération et encore moins à la gratitude ou à l’honneur du peuple.

Lire aussi :
https://elergechergui.wordpress.com/2014/02/24/ali-yahia-abdenour-desaprouve-amar-saadani/

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Des généraux se sont vus présidents…

  1. En general Dans tous les pays arabes ,les pays musulmans et les regimes totalitaires ,pour acceder au pouvoir (et aux richesses) et s’ y maintenir il faut controler l’ armée ,etre rusé , cruel et machiavelique.Ou comme en algerie l’innovation des maitres militaires du pays consiste a detenir le pouvoir occulte, qui est en fait le vrai pouvoir, tout en plaçant des marionnettes civils(cupides et stupides) qui jouent un role de figurant. Il existe Meme des lois non ecrites.

  2. Mounafeq dit :

    @ EEC
    Vous etes trés dur avec le general Yala. De bonne foi certainement , mais vous etes trés dur avec lui.
    Je m’explique : Yala est un general de la marine de 64 ans; Universitaire , il a été  » retraité » à 55 ans .Faites vos comptes c’est l’age ou un universitaire est sensé avoir acquis l’experience , le savoir , le recul et la sagesse necessaire pour apporter un plus à son corps d’orgine  » La marine , larmée en general et à l’Algerie que l’on choisit chez nous pour « retraiter  » les militaires diplomés . Des centaines voir des milliers de cas comme lui ont été ainsi ejéctés du circuit aprés les 25 ans de services ; un cadet de la revolution , apres le college , le lycée les etudes sup ( 12 ans) ne passe en fait que 13 ans de service et HOP!Là n’est pas le probleme . En Algerie vous pouvez etre GENERAL et ne pas detenir une once de pouvoir ! Oui absolument ! En dehors du fait que vous pouvez user de votre poste pour puiser dans l’ordinaire des soldats sous votre coupe ou d’utiliser les moyens de votre unité ( pas toujours possible au demeurant) pour construire votre villa , vous ne pesez rien mais alors rien devant un simple OFFICIER du DRS; J’ai vu pendant mes années du SN des officiers superieur de l’armée faire carpette à des PCA (personnel civil assimilés ) parce que pretendus proches de …..
    Pour comprendre pourquoi , je vous donne la reponse du General Yala à la QUESTION que vous posez et que se posent à juste titre la majorité des citoyens;
     » Quel credit , accorder à un general qui etait au coeur du SYSTEME et qui vient maintenant nous demander de l’accompagner pour amorcer le Changement .
    Le general Yala à repondu ceci ;
    « Je n’etais pas au coeur du systeme; L’armée de bataille n’a jamais été au coeur du systeme,
    Le coeur du Systeme ce sont les services d’intelligence en d’autres termes le DRS;
    Pour etayer son propos il a comparé le systeme Algerien à un computer ou les services seraient le SOFT et l’armée et la sociéte le Hard ;
    Je ne sais pas pourquoi , mais j’accorde du credit à cette thése.
    OUA ALLAHOU A3LLAM comme diraient certains

  3. imoula dit :

    @Mounafeq:qui s ‘assemble se ressemble.Rien ne justifie que l on fasse carriere dans une institution qui a les mains taches de sang et qui a detruit les valeurs et les reperes de toute une societe .Un universitaire a largement l ’embarras du choix pour se caser ailleurs dans un creneau qui n ‘a pas de ramification
    avec le pouvoir occulte ne dites surtout pas que c ‘est sa vocation de servir le systeme. La nature du pouvoir occulte ne laisse aucun doute quant a son objectif a moins que l on soit aveugle ou ………..complice.

  4. Mounafeq dit :

    @ EEC
    Bonsoir
    Ci dessous une video du general assez longue pour vous permettre d’avoir une idée plus « aérée » du bonhomme. Je ne le connais pas et je l’ai decouvert comme tout le monde à travers la presse et la tv aprés sa candiadature à la candidature !
    Quelque chose me dit qu’il est sincére !;
    Pour ce qui dise que c’est un homme du systeme je reponds mais nous sommes tous des enfants du systeme ; Tous les algeriens à quelque poste de responsabilité ou d’echelle sociale ou ils se trouvent forment chacun une partie infime du systeme . le general d’un corps de bataille est exactement comme un directeur d’entreprise publique , d’un administrateur ; Ils ne sont là ; nous ne sommes là que pour donner le change et faire tapisserie pour l’exterieur ;Imaginez donc quelle serait la durée de vie d’un general d’un directeur de banque d’un wali d’un directeur central qui refuserait de repondre au telephone ou de ne pas suivre les directives !
    Conclusion le Hard ne sert que de courroie à ce qui est decidé par le soft et ça ce n’est pas de la philo ou de la science po c’est de l’informatique ; OU C blanc OU C noir

Les commentaires sont fermés.