Belkhadem limogé

srgsrt3654sert14cokjhewfrfjb

Deux fois plutôt qu’une. L’éviction du conseiller du président et ministre d’Etat Abdelaziz Belkhadem est tombée comme un couperet. Une dépêche présidentielle a non seulement fait fin à ses fonctions sans même prendre la peine de le convoquer et de lui communiquer les motifs de cette grave décision, mais, chose inédite, elle a fait fi de la neutralité de l’Etat vis-à-vis de la vie partisane. Le président ou ses affidés sont allés au-delà de leurs prérogatives et ont donné des instructions fermes pour l’exclure du FLN. Sans autre forme de procès. Jamais un haut commis de l’Etat n’a subi un tel opprobre public.

Plusieurs médias nationaux ont expliqué les dessous du limogeage. Abdelaziz Belkhadem aurait payé pour sa participation à l’université d’été à laquelle l’a invité le Front de changement de l’islamiste Abdemajid Menasra et où étaient présents les principaux ennemis du régime. Un comble pour un ministre d’Etat et conseiller du président, ont dû juger non sans raison ses adversaires dans l’entourage du président.

Les partisans d’Ammar Saadani, son rival pour le leadership du FLN, attendaient ce moment avec impatience. Aujourd’hui, ils doivent jubiler dans les coulisses. Aussi, ils n’auront aucun scrupule pour mettre à exécution « l’instruction du président » pour le chasser du FLN. Sans prise sur les militants du FLN, la mort politique de Belkhadem est inéluctable. Le sentiment d’amertume et de trahison qui le ronge maintenant est plus dur à supporter que lors de son éviction de la tête du parti unique l’année dernière. Même dans le climat houleux de l’époque, les formes ont été respectées. Sa dignité fut préservée et il fut nommé ambassadeur. Cette fois, il perd tout et quitte le pouvoir la queue basse.

Les observateurs s’accordent à dire que l’étrange participation de Belkahdem à l’université d’été, organisée par une formation politique dont l’objectif clairement déclaré est de faire débarquer le président, n’est pas fortuite. Beaucoup y ont vu une façon pour l’ex-conseiller du président de chercher des alliances et tenter de gagner un supplément d’électorat. Plus personne ne doute de ses ambitions présidentielles inavouées. D’ailleurs il n’a jamais voulu nier cette réputation. Pour les décideurs, passer outre de leur volonté dans une question taboue qui relève du droit régalien, ne pardonne pas. L’inimitié et la brutalité de la réaction du président étaient alors inexorables. Bouteflika et son clan n’attentaient qu’un faux pas. A Boumerdes, Abdelaziz Belkhadem le leur a offert sur un plateau d’argent.

Belkhadem n’est pas le parangon de la vertu, trempé depuis des lustres dans les manœuvres déloyales du pouvoir, il n’es pas crédible dans tout ce qu’il déclare, il fut lui même l’instrument d’une destitution malhonnête. En cela, il ne fait que boire la cigüe qu’il a fait boire à d’autres. Mais pour autant, sa témérité de Boumerdes n’est pas condamnable. Tant s’en faut. On peut même y trouver du courage du suicide politique. Il savait bien à quoi s’en tenir. Les Algériens auraient voulu voir des « kleenex » tels que lui, dotés de caractère, pourvu d’ambition légitime, n’ayant pas peur de prendre certaines libertés à l’égard du système et montrer qu’ils savent être des hommes politiques même s’ils appartiennent à la classe des ruminants… Saïd Bouteflika et Ammar Saâdani et cie, quant à eux, n’en sortent pas plus fort qu’avant le lynchage de Belkhadem. Leur conduite est malsaine et ils n’échapperont pas au sort qu’ils lui ont réservé. Ils viennent de s’aliéner un courant dans leur propre camp. Et c’est mauvais.

Enfin soulignons, cette étonnante coïncidence. Le jour même où le conseiller du président a appris son éviction brutale, l’Elysée avait annoncé la formation d’un nouveau gouvernement à la suite de l’éviction fracassante de trois importants ministres accusés de fanfaronnade et de dissidence envers Manuel Valls, le chef de gouvernement, et le président François Holland. Le discours critique des trois ministres ne cadrait pas avec la politique du gouvernement et menaçait sa cohésion. Au plus fort de la crise, avant de renvoyer les trois trublions, Valls, encore écorché par leurs écarts de conduite, avait pris la peine de les convoquer, de les recevoir, de leur expliquer et de leur signifier leur fin de fonction. Dans les règles de l’art. La France n’est pas une République bananière…

http://www.tsa-algerie.com/2014/08/26/bouteflika-signe-la-mort-politique-de-belkhadem-de-plus-en-plus-incontrolable/

Lire aussi :

https://elergechergui.wordpress.com/2012/08/27/belkhadem-le-harki-du-systeme-dit-vouloir-repondre-a-nezzar-en-temps-opportun/

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hogra, Hommes du système, Politique algérien. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Belkhadem limogé

  1. aghilas-koseila dit :

    azul fellawen,
    Comme vous le dites c’est bien.ce ruminant tres avide et pretentieux.a vu ses chances de devenir vice-president voler en eclats…sa chitta avec son frere adelaaziz n’a pas donné le resultat escompté. parait-il les agents iraniens ne trouvent d’echo favorable chez nos gouvernants ces derniers temps…
    -il va bien mediter sur les plages de benmhidi ou il a ses demeures…!
    tanmirt ar timlillit.

  2. Bonny dit :

    Pourquoi « agents iraniens »?On aurait aimé qu’ils soient iraniens au lieu d’agents pro-sionistes et sionistes(qui ont même été invités en Israël) comme les Khalida Toumi et consort !

    • aghilas-koseila dit :

      azul fellawen,
      @mon cher bonny,
      Dabord quelle difference entre le sionisme,l’arabisme,l’islamisme et l’iranianisme ou autre isme. il n’ya que des interets…sont tous les memes..
      -quanta khalida toumi et consort.je ne sais pas si elle a fait sa ALAYA. !
      -a tous les cas le mal revient a ce president qui a envoyé les journalistes en mission visiter l’etat hebreux avec l’argent des contribuables ou de l’argent provenant des ressources du sud ou les enfants sont carencés…et mal-nouris…!comme au temps de kadafi un autre hypochrite qui faisait sa alaya en famille.si vous allez a l’aeroport de ben gourio vous allez avoir des surprises ,a raffaa,les points de controle en jourdanie,au liban vous allez encore a avoir des grandes surprises…alors a EILAT encore des surprises meme les islamistes ou soit-disant les chefs ou autres se prelassent sur les bords de la mere noire…
      -il faut bien regarder attentivement les photo provenants de la reunion de bruxelles des ministres de la defence de l’algerie et d’israel cote a cote. TRES SOURIANTS. un abime separe entre ce qu’ils nous disent,et ce qu’ils font…!
      Enfin nos maghrebins tetus (taghanent) les seuls au monde qui ne savent pas ou sont leurs veritables interets…!
      -les pilotes du bedouin frere emiratis qui ont bombardés nos freres lyiens .en fait sont de quelle nationalité…!
      -le bedouin hollande qui a bombardé l’azaoued,en fait ses avions ont traversés quel territoire..!
      -les gens qui tuent dans la vallée du mzab,financés par qui…!
      -les gens qui massacrent en syrie,en irak, financés,armés par qui..!
      -un jour on trouvera les reponses..j’attends votre argumentation…!

      • Amar Bouzwar dit :

        OK mais une autre fois Pourquoi « agents iraniens »? c’est Nezzar qui parle!

        • aghilas-koseila dit :

          azul fellawen,
          @ da amar bouzwar,
          -je n’arrive pas a saisir votre pensée.essayez s.v.p de nous eclairer.pour en profiter les gens de ce site merveilleux… j’attends egalement mohand.j. et les autres apparement depuis longtemps n’aont pas donné signe..
          tanmirt ar timlillit.

Les commentaires sont fermés.