Un sondage d’enfer dans le pays du pharaon

afedf3684qerq4erL’Egypte n’a pas basculé encore dans la fange du terrorisme et le chaos, mais au regard de l’austérité et la sauvagerie du dictateur Sissi, elle ne saurait tarder à rejoindre le club de l’Algérie, l’Irak, La Libye ou la Syrie. Son économie qui repose sur la mendicité internationale n’aide pas à endiguer le flot de la contestation armée. Tous les jours, l’actualité de ce pays apporte sa part des mauvaises nouvelles. Le Général Sissi est en train de bouillir sur un chaudron.

Une enquête de l’opinion publique, publiée par un journal égyptien et rapportée par les réseaux sociaux, en dit long sur le mépris et la désinvolture du système de Sissi imposé par le fer et par le feu. La question posée au panel était d’une logique ordinaire : « Est-ce que vous êtes d’accord avec la politique du président Sissi ? » Le choix des réponses proposé était, quant à lui, déroutant. Il s’agissait de se positionner sur une échelle des « accords ». Les personnes sondées avaient le choix entre « parfaitement d’accord », « d’accord », « un peu d’accord »… Un travail de « pros » ; il est si bien fricoté que l’enquête ne pouvait conduire qu’à un seul résultat : la popularité du général. Il rappelle une certaine question posée, selon un fable, par un loup devenu propriétaire d’une basse-cour. «Démocrate comme je suis, je ne peux prendre une grande décision sans vous consulter», leur avait-il dit après les avoir tous réunis.  Et il ajouta sans ciller, «Aujourd’hui, ma question est simple. Avec quel sauce vous voulez être cuit?».

L’humiliant sondage des partisans du général Sissi rend compte de l’énorme joug qui entrave la liberté des Égyptiens. Il représente un indice, un petit indice, de ce qu’endure le peuple égyptien. Ils sont à plaindre plus que tous autre peuple de la région.  Ni Dieux ni maître, la dictature égyptienne qui y sévit est si répressive, si barbare qu’elle est certaine de son emprise sur le pays, elle se soucie de sa crédibilité et de son image comme de l’an quarante… Le Laboratoire de l’action psychologique du DRS, du haut de sa grande expérience dans l’art de la manipulation de l’opinion publique et sa parfaite maîtrise des procédés d’endoctrinement, n’a jamais songé à pareil subterfuge, il tenait à une certaine crédibilité et tenait à masquer sa dictature.

 

 

 

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un sondage d’enfer dans le pays du pharaon

  1. aghilas-koseila dit :

    azul fellawen,
    une idée geniale dans cette fable  » le loup devient le roi de basse-cour.mais ici nous sommes confrontés a deux loups : les loups domestiques et les loups errants ou des champs.
    -dans cette fournaise de cuisson,pour le moment on n’a pas le choix entre la democratie du loup domestique sissi et le loup des champs ou des sables comme el-baghdadi ou aboubaker shekay dit le chacal de boko haram et les autres…
    -pour l’instant le peuple s’est resigné! quelle difference entre tiphus et le colera..!
    -si on avait une foi de papillon,les choses auraient changés avec les memes effets papillon..!
    tanmirt ar timlillit.

Les commentaires sont fermés.