Hacen Ouali emboîte le pas à Mouloud Hamrouche et implore l’armée de destituer Bouteflika (2)

srgsrt36552sert25

Hacen OualiPour quelques années de plus
Hélas, on ne peut dire autant pour le journaliste d’El Watan Hacene Ouali qu’il est difficile de classer tant ses écrits soufflent le chaud et le froid. Tantôt il paraît un électron libre, osant l’incroyable, dessillant les paupières de ses lecteurs sur la puissance du DRS (lire « Le DRS, l’armature du régime »), tantôt il déçoit en les bernant avec des « critiques » politiquement corrects où le seule la vitrine du pouvoir est mise en cause.

Avant-hier il a publié une lettre ouverte adressée à l’armée. Bruyante et suppliante, elle émanerait d’un naufragé condamné à une réclusion à vie dans une île perdue au milieu d’un océan infini. Prêt à toutes les compromissions, pourvu que l’on arrache de son trou. Que l’aide viendrait du diable lui-même, il n’en a cure. Pour ce faire, il usera de tous les moyens de bords. Les flatteries à gogos et sans retenues, la citation de personnalités publiques et pour finir il parsème son SOS avec un fatras d’arguments dont les meilleurs sont tirés par les cheveux. Rien n’arrêtera l’élan pathétique d’un désespéré.
Lorsqu’on finit de lire sa lettre, on a le sentiment de revivre janvier 1992. Il réclame une destitution déguisée du président. Un putsch à l’amiable en somme. Oui l’Algérien sait être délicat avec une massue. N’est-ce pas ce qu’ont soutenu les janvieristes ? Ces derniers jurent la main sur le cœur qu’il n’y a pas eu de coup d’Etat et que Chadli Bendjedid avait démissionnée de son propre chef. Monsieur Ouali préconise un expédient semblable. Une intercession auprès du président pour le convaincre d’accepter de passer la main serait dans les cordes de l’armée. Elle en a les moyens et le culot surtout. Il le fait savoir en évoquant son passé noir qui, par la une rhétorique envoûtante, est écrit à l’eau de rose. Les séquelles de l’histoire du peuple deviennent sous sa plume des lauriers de l’armée.

L’armée, la dépositaire du pouvoir réel, celle qui a toujours fabriqué des présidents (dixit l’avocat Mokrane Aït Larbi) et sans laquelle rien ne pourra se faire (dixit Hamrouche) est appelée, au nom de « son rôle historique », au nom de l’Etat de droit, du peuple, de prendre ses responsabilités. Il renforce ces arguments propres aux sujets inféodés et dépourvus d’amour-propre, avec des prétextes tout aussi spécieux. La situation d’urgence, le danger se fait imminents, l’impasse périlleuse, etc., autant de leitmotive invoqués par les partisans de l’intervention militaire pour justifier leur appel pressant. On croirait entendre Ali Haroun clamer, en 1992, son fameux « la situation exceptionnelle a dicté l’interruption du processus électoral ». Tout un baratin usé jusqu’à la corde pour apitoyer l’armée et l’implorer de donner un coup de pied au président Bouteflika. L’armée a toujours fait valoir un contexte particulier pour confisquer le pouvoir au peuple. Toujours.

Si Mouloud Hamrouche, un ex-responsable issu de l’armée, pétri dans la culture autoritaire et chevillé à sa préséance, cherche un coup de main pour entrer à El Mouradia — le temps presse pour lui —, le journaliste, lui, surprend par un pari extrêmement périlleux pour les civils. Le premier suit d’instinct une vision militaire anachronique profondément ancrée dans son esprit et tant pis si elle conduit vers les bains de sang, le second irrite les frelons qui vont le piquer. Avec une insouciance coupable, il met l’eau à la bouche des monstres. On se demande presque s’il n’a pas une attirance perverse pour les dominateurs. D’ailleurs, vers la fin de son article, il montre qu’il n’est pas tout à fait aveugle danger de son appel. Il ose un petit doute : « est-il sage de croire à l’illusion des vertus démocratiques des prétoriens qui ont établi un ordre autoritaire ? » Quelle imprudence, monsieur Har…, monsieur Ouali !

http://www.elwatan.com/actualite/crise-politique-pourquoi-l-armee-est-elle-sollicitee-03-09-2014-270069_109.php

 

https://elergechergui.wordpress.com/2014/09/03/hacene-ouali-del-watan-emboite-le-pas-a-mouloud-hamrouche-et-implore-larmee-pour-destituer-bouteflika-1/

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, Hommes du système, Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Hacen Ouali emboîte le pas à Mouloud Hamrouche et implore l’armée de destituer Bouteflika (2)

  1. aghilas-koseila dit :

    azul fellawen,
    sincerement cette armée si elle veut donner un coup dans le nid ou cocotier des bouteflika n’attends ni notre hamrouche ni notre ouali ni amar bouzouar..
    -reste une hypothese. en algerie lorsque une chose est decidée,avant de le mettre en pratique…elle a grandement besoin de certains politiciens et certains journalistes comme relais pour preparer le peuple a accepter leur sentence…
    -Ce qui est sur il n’ya pas de fumée sans feu..!
    -tanmirt ar timlillit.

Les commentaires sont fermés.