Ghoul Benaknoun se serait retourné contre rab Edzayer

srgsrt36552sert29

Avec Kasdi Merbah

Avec Kasdi Merbah

jhgdjh645lhb2

Avec Nezzar à Paris

Inutile de s’attarder sur les dessous du choix de Hicham Aboud de publier ses analyses bruyantes sur Monde-Afrique, un journal numérique qui a fait irruption dans le paysage politique algérien à travers la fortune douteuse d’Amar Saâdani. Quel lien lie les deux parties ? Bien malin, celui qui pourra le deviner. Pour le moment de telles questions sont accessoires. De toute façon, une bonne tête ne manque pas de chapeaux. En particulier quand elle sort de la maison de « rab Edzayer ».

Sortant d’une longue éclipse médiatique, Hicham Aboud, à partir d’un passage au crible du journal officiel et d’une indiscrétion dont il a le secret, nous sert cette fois un scoop à faire sortir les mirettes de leurs orbites. Selon ses conclusions, un autre cador du DRS aurait flingué le général Mediène dans le dos et s’est mué en toutou de Saïd Bouteflika. Monsieur Aboud, persécuté par le clan présidentiel exilé en Europe, ne l’a pas exprimé avec ces termes quelque peu taquins, mais il ne demeure pas moins que le fin mot de son article publié le 5 septembre dernier n’est rien d’autre que la brouille entre les deux faucons de la décennie rouge. L’allégeance pour le clan présidentiel du général-major Bachir Tartag, limogé d’après certains médias, conseiller de Salah Gaïd d’après Aboud, fait ainsi suite à celle du général Ahmed Kherfi, son prédécesseur à la tête de la Division de la sécurité interne (DCI).

Sans qu’il soit impossible, un tel scénario fait partie des fantasmes. Pour une raison toute simple. Bachir Tartag et Mohamed Mediène sont liés par le pacte du sang des milliers de victimes innocentes. Si l’on croit le témoignage du général Hocine Benhadid le 12 février 2014, l’esprit de corps serait très fort au sein des dirigeants des poids lourds du DRS. A ce niveau de compromission, la moindre défection déclenchera une gigantesque explosion dont les retombées atteindront tous les membres. Si Ghoul Benaknoun décide de trahir l’autre et louer ses services au clan adverse qui l’aurait alléché avec la direction des services secrets, il s’expose aux mêmes dangers qu’il fait encourir à son ancien patron. Le général-major Benhadid, s’était-il trompé sur la réalité des rapports entre les généraux du DRS ? L’on sait déjà qu’il a mal jugé la fourberie de Saïd Bouteflika. Il assura aux médias que Bouteflika sera incapable de prêter le serment…

Alors on se demande pourquoi, Aboud Hicham, wa ma adraka ma Aboud Hicham, se permet de faire une supputation si hasardeuse. Lui qui s’est déjà sérieusement décrédibilisé en portant la polémique politique sous la ceinture, méthode très prisée par les relais voyous du DRS comme le Jeune indépendant qui en guise de réponse à la cinglante bordée d’Amar Saâdani, le traita d’homo…

Signe des temps, l’analyse de Hicham Aboud n’est pas la seule qui fait état de trahison au sein du DRS. Un cataclysme s’est produit. Le conflit entre les deux pôles du pouvoir algérien a atteint « l’échine dorsale de l’armée ». Désormais, l’image dévalorisante qu’elle induit pour le DRS fait florès dans les médias. Rab Edzyer n’est plus rab Edzayer, mais il est perçu comme un vieux général, dépassé par les évènements, par le temps, il veut la paix, mais ne peut pas. Il est aux abois et accuse les coups par-devant et par-derrière… Est-ce les prémisses de la vengeance de ses victimes ? Peut-être, mais il est certain qu’il a déjà un pied dans la tombe et attend à tout moment le coup de grâce. Avec le soutien de la bande de Benhadid ou non, les hyènes qu’ont ameutées les milliards de dollars sont en passe de le jeter aux oubliettes. Si un jour on entend que Bachir Tartag a succédé à son patron, alors nul doute, rab Edzayer mourra triste et rien au monde ne pourra le consoler du mal qu’il a fait à son pays.

Du reste, la phrase la plus sensée qu’a dite l’ex-directeur du Journal « Mon Journal » (interdit de publication) dans l’article aux contours estompés, c’est « Wait ans see ». Ce qui chez, nous, signifie L’khbar yjibouh twala.

 http://mondafrique.com/lire/politique/2014/09/05/algerie-mise-a-la-retraite-de-hauts-fonctionnaires-et-officiers-generaux

 

 

 

 

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ghoul Benaknoun se serait retourné contre rab Edzayer

  1. Condor dit :

    Il est claire que le Bombardier n’accédera jamais aux commandes du DRS. Aboud Hicham, idéal-type de mercenaires des temps des temps nouveaux, exécute un jeu de diversion. derrière ses diatribes contre ce tortionnaire, il y a une autre à peine voilée: ses attaques contre Ali. Celui n’est épagné par la pegre du Toufik, ni sur sur « Mondafrique » (nouvelle acquisition du DRS en France) ni sur facebook. à lires les TAMALT et Bensedira, suggère que Toufouk se comprte comme une bête féroce, blessée et à l’agonie.

Les commentaires sont fermés.