La fête des islamistes ou la charia-show version Maldives

la charia des Maldives

Place publique bondée, immense foule bigarrée, beaucoup de barbus, des femmes en tchador noir dans les premières loges, le service de garde leur demande de reculer, les toits pris d’assaut. L’échafaud, le fouet dur et torsadé, le banc, un homme d’âge inconnu étendu sur le ventre, face contre la surface du banc, mains protégeant le visage, trois bourreaux masqués se relaient sur lui. Mœurs de modernité, un barbu d’humeur égale, en avant de la scène, prend des photos souvenirs en gros plan avec son portable. Il manque les autographes. Celui des bourreaux ou du supplicié. Qu’importe, les deux sont des stars. La valeur de la photo n’en seras que plus élevée. Le spectacle est sidérant, hors du temps. Ce n’est ni Hollywood ni Bollywood, ça se passe en ces temps, aux îles Maldives, et c’est un vrai châtiment.

Les Algériens intéressés ne vivant pas dans ce pays, peuvent imprimer la photo et demander des autographes à Ali Benhadj. Elle aura autant de valeur. Le prédicateur national nous invite à ce genre de spectacle. C’est même le combat de toute sa vie.

http://www.lejournalinternational.fr/Maldives%C2%A0-%C2%A0coups-de-fouet-sous-les-cocotiers%C2%A0_a605.html

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Islamisme, Terrorisme d'Etat. Ajoutez ce permalien à vos favoris.