Le DRS perd le droit de regard sur les achats d’armement !

srgsrt36552sert41

HJFGHJQuel diable donne-t-il des forces à Saïd Bouteflika et son clan pour pousser le bouchon encore plus loin dans leur assaut contre le DRS ? Au train où les sacrilèges se succèdent, Rab Edzayer risque de finir dans la poubelle de l’histoire avant même de tomber dans le trou éternel. Tout indique que le tandem de Si Saïd et Gaïd Salah et leurs amis entreprennent par à-coup un long travail de sape avec en toile de fond la mise à mort politique du général Mediène.

Non contents du séisme de septembre 2013 et de la torpille dévastatrice lancée sans préavis en février 2014, les deux raides avaient retenu le souffle des Algériens, non contents d’avoir charcuté, gaulé le DRS et neutralisé plusieurs de ses officiers pivots, les voilà aujourd’hui s’amuser a en remettre une couche. Pourtant, sauf informations secrètes contraires, les jeux sont faits et le général a jeté l’éponge et ne montre plus de résistance au 4e mandat. Selon ses thuriféraires, il est discipliné et n’osera jamais interférer dans la vie politique ou les décisions du président (le pauvre !). Quel est le secret cette obsession, de cette rancœur tenace ? C’est à perdre le nord. Une chose est sûre, ce n’est pas pour lui faire payer ses crimes contre l’humanité.

S’ils avaient des soupçons de complot ou des velléités d’obstruction à leur domination sur le champ politique, ils auraient déjà été ébruités. Les journalistes ont des carnets d’adresses épais de sources anonymes qui feront courir les rueurs avec grande joie. Mais, c’est le silence radio. Justement, le silence, peut-être, ne dit rien qui vaille au clan de Bouteflika. Le calme n’est pas un bon signe, « Ce n’est pas normal », l’ennemi est encore dangereux…

Peu importe les dessous de table, le président vient d’instruire la Direction de la sécurité de l’armée, une structure de fraîche date et dépendant du MDN, de prendre en charge la mission de suivi et du contrôle de tous les contrats d’armement que la Défense conclura avec ses partenaires étrangers et vérifier sa parfaite conformité avec les lois liées à l’achat de l’armement. La décision inclut des dispositions diverses dont la présence des agents de la Direction dans tout le processus d’acquisition dont la participation aux négociations en Algérie et à l’étranger. Cette petite information, mais d’une grande portée politique, a déjà nourri les spéculations sur la guerre des clans. La mission de contrôle des contrats d’armement, une mission extrêmement sensible, revenait de jure au DRS qui s’en trouve ainsi dépossédé. Publiée sur un ton lapidaire et froid, la décision du président prend aux yeux des observateurs l’allure d’une mesure coercitive visant directement Rab Edzayer.

L’article d’El Khabar, publié aujourd’hui et signé Mohamed Ben Mohamed, abonde dans ce sens et va plus loin. La guerre des clans étant maintenant très engagée, tous les moyens sont bons pour mettre l’adversaire hors d’état de nuire. Se fondant sur ce principe basique, le transfert du DRS vers le DSA des dossiers et de la charge du contrôle des contrats d’armements qui souvent se chiffrent en milliards de dollars répondait à deux impératifs importants. Soit qu’ils ont considéré que les dossiers étaient trop lourds et avaient des liens avec la grande corruption militaire et de ce fait constituaient une arme puissante entre les mains de Rab Edzayer, soit que des généraux proches de Bouteflika ont souligné l’incompétence de Rab Edzayer et son équipe qui furent aveugle ou se sont compromis dans le scandale des MIG défectueux qui avait obligé le président à se rendre à Moscou et d’en renégocier le contrat. Présentée sous ses deux conjectures, la mesure de Bouteflika n’est pas arbitraire. En général, l’Algérie patauge dans un tel bourbier que de nombreux Algériens se posent des questions sur la raison d’être du DRS. D’autres ont la nette conviction que la malédiction des victimes de la décennie rouge poursuit le général Mediène. Il est peut-être inscrit quelque part dans le ciel qu’il périra dans l’humiliation et la solitude.

http://www.elkhabar.com/ar/politique/425671.html

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le DRS perd le droit de regard sur les achats d’armement !

  1. Ouas Ziani dit :

    et que raconte el watan à ce sujet ?

  2. Lhou Dziri dit :

    C’est grâce à l’extraordinaire échec de Tiguentourine et les innombrables coups tordus du DRS qui ont touchés les intérêts de l’occident (les moines, l’enlèvement des 32 touristes allemands, l’enlèvement des employés consulaires français, ….etc) que le clan présidentiel a pu défaire le DRS. En fait cela n’est rendu possible, qu’après l’intervention et la pression exercé par les américains, français, anglais et allemand pour restructurer le DRS.

  3. aghilas-koseila dit :

    azul fellawen,
    mon commentaire n’est pas posté. peut-etre vous avez raison il ya eu des revelations qui fachent.
    revenons a notre sujet. si la d.r.s est ecartée des contrats farineux.ce n’est pas parceque les derigeants sont plus honnetes mais parceque les français tiennent a leur rafale. idem pour les allemandset les americains. en plus des commissions et des pots de vin. tout peut couler a flots…!
    -pensant que ces français,americains,anglais,allemands ne vont pas restructurer cette institution pour nos interets…!
    tanmirt ar timlillit.

Les commentaires sont fermés.