Assassinat de Hervé Gourdel

Tant et aussi longtemps que le général Mediène demeure en poste et son esprit imprègne l’appareil sécuritaire, l’Algérie ne sortira jamais du terrorisme. Elle ne verra jamais clair. L’un est lié à l’autre par un cordon ombilicale. Le lâche assassinat de monsieur Gourdel et toute l’insécurité dans le Djurdjura sont l’expression d’une tentation d’embrasement, de vengeance et de retour à la puissance sécuritaire.

Il est aberrant que la classe politique fasse beaucoup de bruit autour de l’âge, de la santé et des échecs de Bouteflika et trouve le courage d’exiger son départ et de l’autre côté n’en a rien pour le patron de la sécurité, un septuagénaire dont les échecs sécuritaires sont plus graves.

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS, Islamisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Assassinat de Hervé Gourdel

  1. aghilas-koseila dit :

    azul fellawen,
    mes pensées sinceres vont a ce hote touriste,mes condoleances a sa famille.mais sincerements les grands de ce monde qui gerent cette planete houleuse et leurs vaseaux portent une grande responsailtés de ces morts,de ces massacres…pour des interets mesquins.
    -la kaylie ,l’algerie,le maghreb ou tamazgha restent des contrées clements,plus accuillantes et moins violentes qu’ailleurs…dommage nos diregeants et ceux de la planete ne sont pas hauteur des attentes de leur population.
    tanmirt ar timlillit.

Les commentaires sont fermés.