Louiza, Ferhat et MAK, tous des instruments du DRS

Par Amokrane

agsdgdfgdfagsdgdfgdf1Luiza n’est pas à son premier dérapage. Elle récidive en permanence avec ses coups de griffes, sciemment, car dans son esprit, ceci lui assure sa visibilité et perpétue son existence politique. Mais, en vain. Cette fois-ci elle a franchi le Rubicon, et pire encore, avec ce mensonge éhonté, gobelsien et très grave, elle donne une image de victime et un atout inouï à l’adversaire qu’elle désigne. De telles allégations, sans la moindre preuve, se retournent contre leur auteur. C’est comme cracher vers le ciel, et ça retombe sur la figure. Sinon, la critique d’un parti quelconque est légitime, pourvu qu’elle se fasse dans le respect, et l’analyse objective.

D’ailleurs, Luiza est aussi controversée et critiquable que Ferhat. Luiza soutient le Clan Boutef (arrimé à l’ex-MALG), Ferhat roule pour une frange du Clan Mediène (arrimé au DRS). Tous deux prônent des positionnements vers les extrêmes, versent dans le sensationnel et l’émotionnel, ne remettent pas en cause le Pouvoir militaire en général, s’attaquent à un seul Clan, épargnent certains Cercles de la Junte militaire, etc., etc.

Pour une analyse raisonnée de l’échiquier politique (partis, positions, etc.) :

Ce sont les mises en scène, les actions et démonstrations, la production discursive, les affichages et compagnonnages, les iconographies et la sémiologie des partis qu’il faut passer au crible afin de débusquer et déceler leurs positionnements réels, leur place dans l’échiquier politique…..

Le caractère ambigu et confus du discours politique en général :

Le propre du discours politique est son ambiguïté, son ambivalence, sa confusion, son obscurité, son flou, ses zigzags… Ce qui est dit ou affirmé n’est pas forcément ou directement ce qui est visé. On se souvient que, par le passé, les analystes politiques (très rares) disaient du Pouvoir algérien  » qu’il clignote à gauche, et passe à droite  » : une façon d’insinuer  » qu’il le chantait le Socialisme spécifique (gauche), et pratiquait le Capitalisme d’Etat (droite). Une formule éloquente qui dit toute la difficulté de cerner  » la chose politique « , un domaine multidisciplinaire, donc pas facile à décrypter et décoder… En conclusion, on est amené à dire que lorsque Ferhat parle de l’indépendance/l’autodétermination (avant c’était l’autonomie), avec un registre essentialiste, identitaire, et culturaliste, et pas du tout politique (oppositionnel), lequel dénote un positionnement marqué à la droite extrême,  » vise réellement  » à parvenir  » au point de non-retour, à l’achèvement  » de  » la division l’isolement la séparation-la délégitimation-et-le discrédit  » de la Kabylie : c’est bel et bien les termes de la Stratégie du DRS pour fragiliser, affaiblir et neutraliser politiquent la Kabylie, et la frapper plus facilement donc…

Ferhat s’en prend au seul et unique Boutef.

Dans la présente déclaration, Ferhat s’en prend au mourant et agonisant Boutef, à lui seul, comme si celui-ci peut commander les tout puissants Généraux du DRS et de l’Etat-major. Il y a donc un égarement de la part de Ferhat. Une faute grave, pas une petite erreur. Car, d’abord Boutef n’existe que par son Clan, et en suite, le Président ne préside pas (et le Gouvernement ne gouverne pas), c’est le Commandement militaire (DRS + Etat-major) qui tient tout, décide et exécute….. On est amené à déduire qu’à travers sa dernière déclaration, c’est un Clan qui attaque un autre Clan. D’ailleurs Ferhat ne cite pas du tout le DRS (le vrai pouvoir, le Pouvoir réel), ni le tout puissant Clan Mediene-Nezzar-etc (amarré au puissant DRS). D’où la suspicion, légitime et justifiée… Mais, il y a encore pire que le MAK : c’est kabyles.net

Autres fourvoiements de Ferhat :

Ferhat oppose Kabylie contre Algérie, dédouane la SM et le DRS dans les assassinats de journalistes, opposants et intellectuels durant la Guerre interne (1991-2014) qui continue, alors que les familles des victimes (Asselah, Yefsah, Matoub, Mammeri, et….), les Organisations internationales et plusieurs journalistes et opposants ont dénoncé publiquement la responsabilité de ladite Police politique dans les assassinats, les massacres, les enlèvements et autres crimes, mais aussi la création et la manipulation de Groupes terroristes, Milices et et Escadrons de la mort….

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Berérisme, DRS, Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Louiza, Ferhat et MAK, tous des instruments du DRS

  1. Idhourar dit :

    Commentaire parfaitement Lucide, pertinent et très juste.Bien resumé, chapeau.

  2. aghilas-koseila dit :

    azul fellawen,
    @ya da mokrane,dans votre texte il ya des passages tres interessants.mais soyons un rational.si j’etais mois le roi d’algerie,homme le plus puissant d’algerie. pourqui me laisserais-je pietiner par un clan ou president qui ne sont pas meilleurs que moi sur tous les plans…il ya beaucoups de zones d’ombre…l’argent trebuchant influence meme le tink thank.
    -les choses qui se disent a sidi yahya ou ziyaya agaoua (hydra) ne sont pas forcement justes….ce que racontent certains journalistes .nous laisse perplexe.a voir et a lire la biographie du locataire d’algerie sur JEUNE AFRIQUE….
    tanmirt ar timlillit.

Les commentaires sont fermés.