Kamel Daoud en parfaite harmonie avec Alaa El Aswany

srgsrt36552sert46

oijae5870oijae5871Kamel Daoud, le chroniqueur du quotidien d’Oran, attend une grande nouvelle. Bientôt, son nom brillera dans le firmament. Il décrochera peut-être le prestigieux prix Gancourt cet automne. Ce sera une grande première en Algérie, tout le microcosme littéraire algérien retient son souffle. En attendant la consécration, l’auteur de « Meursault contre-enquête » a vu sa notoriété internationale faire un grand bond. En France, Daoud est homme couru. Divers médias le sollicitent pour présenter son parcours d’écrivain, de journaliste patenté, présenter sa biographie, etc. Mais, surtout, il est invité pour commenter avec le recul ou à chaud l’actualité nationale et internationale. Un exercice incontournable pour les lauréats des prix littéraires, leurs déclarations pèsent aussi bien que leur talent d’écrivain dans la décision des jurys…

Fin octobre dernier, monsieur Daoud fut l’invité de l’émission « Les Matins » de France Culture animé par Marc Voinchet. Un autre écrivain arabe, lui aussi aficionado de la langue de Molière, fut également invité et mis en face de notre célèbre chroniqueur. L’auteur égyptien, connu pour son opposition aux règne des frères musulmans, publiera sous peu un livre en français sur l’extrémisme religieux et les dictatures. Dans l’émission, il était question pour chacun de présenter son propre livre et de commenter la décapitation d’Hervé Gourdel ainsi que l’actualité du monde musulman marquée par le terrorisme de Daech, en particulier.

Ceux qui connaissent, même superficiellement, les deux invités s’attendaient à une passe d’armes, du moins à quelques frictions d’ordre intellectuel ou éthique sur l’alignement aveugle, irresponsable, des intellectuels laïcs derrière les dictatures ou un débat sur la position de ces intellectuels sur les crimes des dictatures qui prétendent défendre la démocratie. Il n’en fut rien. Les questions choisies n’étaient pas faites pour les pousser dans des retranchements. Echange de sourires, des hochements de tête, convergence des points de vue, l’ambiance était à la décontraction et à la bonne humeur comme si l’un s’était satisfait de la présence de l’autre et se rassurait des convictions de l’autre. Et pourtant.

Alaa El Aswany est une version plus sombre que notre Saïd Saadi, Khalida Messaoudi, Abdelhak Benhammouda et tant d’autres complices qui, avec les généraux génocidaires, baignent dans le sang des centaines de milliers de victimes. Il a soutenu le coup d’État et couvert le massacre de Rabbaa et toutes les boucheries du général Sissy auquel il a fait allégeance. Poussé par la seule idée de faire tomber le président Morsi qui à ses yeux a commis le sacrilège de cadenasser la Constitution, l’auteur de «L’immeuble d’Yacoubian» a pris fait et cause pour le nouveau régime égyptien et accepta sans broncher le recul brutal de la démocratie et toutes les graves dérives totalitaires. En dépit d’une nouvelle Constitution plus plombée, qui fait la part belle aux militaires et au président, il soutient à bras le corps le nouveau régime. L’intellectuel qui l’habite ne ressent rien, absolument rien pour les victimes ni pour son pays soumis par la dictature. Une seule folie guide ses pensées, la haine du religieux. Il renouera avec son humanité et criera à l’abomination uniquement quand un djihadiste tue ses ennemis ou des innocents.

La position de Kamel Daoud sur ces questions, jusque-là, était plus nuancée. Dénonciation et lutte contre de l’extrémisme religieux, mais ses écrits laissaient penser qu’il n’est pas du genre à accorder un blanc-seing aux militaires pour sévir sans respecter la dignité humaine. Il s’est désolidarisé de la politique des disparitions, même s’il ne l’a pas condamnée. Il s’est même, subrepticement, au tournant d’une ironie, posé la question sur les commanditaires des massacres sans prendre le parti des qui-tue-qui. Des réserves qui le démarquèrent de la classe des éradicateurs et faisaient de lui un journaliste sérieux, impartial et relativement juste. Depuis qu’il est un ressortissant algérien VIP, ce profil risque de connaître un bouleversement. Son entretien sur France Culture en compagnie d’un suppôt des génocidaires sans mettre les points sur les I, sans se démarquer et marquer son territoire, a démontré l’élasticité de sa position « médiane ». Kamel Daoud a péché par le silence compromettant envers Alaa El Aswany qui a autant de respect pour l’âme arabe que les djihadistes ont pour la dignité humaine.

La contradiction de Kamel Daoud est pourtant flagrante avec les fondements de la trame qu’il a tissée dans son œuvre. Il prétend replacer la dignité de «l’Arabe» au cœur de sa polémique de «l’Etranger», l’ouvrage de Camus. L’écrivain «pied-noir» aurait négligé la dignité de « l’Arabe » tué malencontreusement par Meursault… C’étaient un être informe, anonyme qui n’a ni nom ni prénom. Peut-être dans sa prochaine œuvre, Daoud daigner-t-il montrer à son public pourquoi l’Arabe tué par les généraux arabes n’est pas digne de respect et pourquoi sa mort dans l’indifférence générale n’arrive pas à remuer ses tripes ? Une autre question cruciale attend une réponse de Daoud, «l’Arabe» a-t-il changé depuis Camus? A-t-il trouvé la faculté de discerner entre le bien et le mal ou de s’ouvrir à la sensibilité humaine, à la conscience?

Last but not least, si notre journaliste décroche le Gancourt, il sera soumis à des pressions intellectuelles et politiques du milieu pro-israélien. Sa prestation avec El Aswany n’augure rien de bon, elle présente les allures d’un prélude sombre. D’ignobles compromissions sont à craindre. Ce sentiment est légitime eu égard aux trajectoires suivies par nombre d’autres écrivains et artistes algériens et arabes, ils ont mordu à l’hameçon de « la lutte contre l’antisémitisme ». Il y a à craindre que notre Daoud ne finisse par mettre la kippa et fouler de ses pieds la terre de «Jérusalem»…

Source : Compte de France Culture sur Dailymotion
http://dai.ly/x26noh0

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Arabe, Audio, Entretien, Islamisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Kamel Daoud en parfaite harmonie avec Alaa El Aswany

  1. Inawid dit :

    croyez vous que kamal daoud aurait reçu les honneurs des occidentaux s ‘il était honnete?

    • Amazigh dit :

      On aime pas les intellectuels qui nous critiquent, mais on adore les politiciens qui nous disent qu’on est les meilleurs dans le monde alors qu’on est derniers dans tous les domaines, et on aime croire que nous sommes les seuls à aller au paradis, puisque à part notre religion, toutes les autres religions sont fausses; on est un peu le nouveau peuple élu. Kamel Daoud soutient le peuple palestinien, mais refuse de participer à ces pleurnicheries collectives hypocrites qui n’apportent rien au peuple de Ghaza et il condamne ce deux poids deux mesures chez les Musulmans, qui pleurent Ghaza mais ne pleure pas les morts en Syrie ou ailleurs. Kamel est une chance pour nous, car il ne nous caresse pas dans le sens des poils. W el fahem yefhem ! Pour son anti-Islamisme, personne ne pourra effacer le comportement des chefs et des militants du FIS entre 1988-1991 (Donc avant l’interruption des élections) emperchaient la musique (Ait menguellet à la salle l’Atlas, Linda de Souza à Alger etc…) et le FIS qui fermait les théâtres et les cinémas l’un après l’autre, les FISsistes qui jetaient de l’acide sur le visage des femmes. Pour beacuoup le FIS était un DAAECH potentiel et notre haine du pouvoir des militaires qui coulé l’Algérie ne doit pas nous mener dans les bras des Islamistes qui sont aussi monstrueux que les Militaires. On doit se méfier d’eux, puisque depuis quelques temps, il nous chantent les Droits de l’Homme ya Aaadjaba, alors qu’hier ils criaient publiquement : Pas de Loi, pas de Constitution, Dieu a dit Mohamed a dit……N’ayons pas la mémoire courte ya El khawa !
      NB : Si vous êtes des hommes, ne me censurez pas ! wa Choukran

      • Amazigh dit :

        Vous me rassurez, cher compatriote et c’est à votre honneur. On doit respecter l’opinion tout en se permettant de la critiquer dans le respect.
        Pour son histoire avec Khadra, Kamel Daoud est peut etre critiquable, et peu être encore plus sur des points de vue ou des positions, mais de là a le traiter de traître ou d’intellectuel au service de l’Occident, comme l’ont fait certains par ce qu’il ne voulait pas marcher pour Gaza, ceci n’est pas normal. On devrait, quand on a conscience, apprendre à nos compatriotes à respecter l’opinion de l’autre, y compris quand celle-ci est diamétralement opposée à la nôtre. La position de Kamel quand il s’est révolté contre cet unanimisme autour de l’agitation que pour Gaza, mais en précisant qu’il soutenait la cause du peuple palestinien, est compréhensible; il explique qu’il était outré surtout par l’indifférence de la rue arabe quand il s’agissait de milliers de morts dans le monde musulman (entre autres la Syrie) et ailleurs. Salam khouya.

        NB : En fait au sujet des Islamistes, il faut qu’ils arrêtent de traiter d’agent du pouvoir tous ceux qui ne veulent pas de leur Etat islamique, car par exemple la Kabylie, qui a toujours été allergique à l’Etat islamique en Algérie, a été la première à s’opposer aux militaires depuis 1962 et la première cible du pouvoir depuis Benbella jusqu’à Bouteflika qui a promis de dégonfler son ballon de baudruche, comme il l’a dit publiquement..

  2. Amazigh dit :

    Azul felawen ! Le FIS est en train d’essayer de paraître fréquentable zaama, après avoir raté de près l’Instauration de sa République islamique (Pas loin de celle de DAAECH actuel, en réalité) en Algérie en 1992. Les droits l’Homme et la souveraineté du peuple n’étaient bon que pour accéder au pouvoir, par contre après ce qu’il allait en faire était clairement dit et affiché par les Ali Belhadj et autres chefs Salafistes. Pour beaucoup d’Algériens, le FIS propose un régime de dictature et d’hégémonie qui ressemble beaucoup à celui des généraux, puisque il promettait de remplacer la voix du peuple par celle de Dieu, alors que Dieu n’a chargé personne de le représenter sur terre. En clair, après l’imposture des militaires d’Oujda qui ont usurpé le pouvoir en 1962 au nom de la Révolution, le FIS nous propose sa propre imposture au nom de Dieu cette fois-ci. Le FIS et les Généraux c’est Moussa El Hadj et Hadj Moussa. Salam alikoum

  3. Idhourar dit :

    Vous etes bien naif si vous croyez que les occidentaux n’ ont pas d’ arriere pensée en recompensant leur serviteur Daoud Kamel ,Croyez vous que les criteres des occidentaux ne sont basés exclusivement que sur le talent et que leur prix est attribué en toute objectivité litteraire ? , seulement litteraire.??? Ne serait ce pas que les ecrits de ce mercenaire sont tombe a pic dans une conjoncture? un contexte paranoiaque islamophobe mondial, un contexte de croisade, de complot et de manipulation internationale contre les musulmans, car c ‘est bien de cela qu’ il s’ agit en realité,…… de croisade( notez que je suis agnostique)Pourquoi donc ne pas chercher a comprendre les raisons qui poussent ces gens a commettre des horreurs, alors que les usa et les occidentaux reagissent exactement comme des terroristes en adoptant les memes arguments, c’est a dire par la violence? Les occidentaux et le usa s ‘ils etaient honnetes devraient chercher a identifier les vraies causes( les causes sont connues) pas a combattre les effets . Et si on arrivait a cerner les raisons, on pourrait regler ce probleme definitivement, mais cela ne plairait pas aux occidentaux et aux USA puisque cela va a l’ encontre de leurs interets economiques et hegemoniques mondiale, n’ est ce pas vrai?Si les occidentaux cessaient leur soutien aux regimes despotiques et illegitimes arabes , le terrorisme cesserait immediatement car les terroristes n ‘auraitent plus d’ argument a faire valoir (les regimes despotiques et illegitimes font le lit du terrorisme, c est une evidence) Et s’ il agissait tout simplement de rendre la dignité et instaurer la democratie a ces peuple opprimés qui sont contraints au terrorisme pour se faire entendre ne serait ce pas la solution ideale et………civilisée? Les bombadements ne regleront pas le probleme bien au contraire et les civils vont payer le prix fort..Pour conclure la chariaa veut dire les lois, toutes les lois, regissant la vie et l’ eternité, on peut etre pour ou on peut etre contre, mais on ne peut pas imposer notre propre conception de la chariaa ……. faut pas se parjurer……. ,soyons serieux,signé : un agnostique

    • Amazigh dit :

      Salam, Moi te je te dirai une chose à propos des impérialistes d’Occident; il ne faut pas attendre de cadeaux de leur part, si les petits du monde, que nous sommes, sont récupérable par les puissances occidentales et régionales aussi (Turquie et Qatar qui soutiennent le DAAECH). Le problème est d’abord en Nous, si on est victimes des magouilles américaine. Tant que les Musulmans n’ont pas d’élite digne de ce nom, qui soit capable de critiquer tout le monde : la Société, l’Islam, les gouvernants etc…, tant qu’on n’a pas cette élite révolutionnaire, on restera toujours les larbins de l’Occident. Donc, arrêtons de tout mettre sur le dos des Sionistes et des Américains, quand on sait que la majorité des éléments du DAAECH sont bien de simples musulmans qui veulent mourir pour rejoindre leurs vierges promises au paradis des Faqaqirs. Sinon, pour ma part, je suis un anti-Sionniste et anti-Américaniste (je parle des politiques des Etats), mais je ne suis nullement contre les peuples d’Israel ou des USA. Azul

  4. Idhourar dit :

    PS.pour etre plus clair je suis contre l ‘application de la chariaa.

    • Amazigh dit :

      Pour moi, si les pays du Sud s’ils étaient conscients et engagés, on tournerait le dos à l’Occident qui nous pille toutes nos richesses, mais cela semble bien utopique, vu l’état d’esprit de larbins des leaders de ces pays, souvent non-issus des choix des peuples du tiers-monde, en générale.

      Par contre, si, au nom de la liberté et de la Démocratie, tu laisses accéder au pouvoir des gens comme Ali Belhadj, qui par contre n’hésite pas à dire qu’ils ne reconnaissent ni la démocratie, ni les Droits de l’Homme, au nom de la Charia et du Coran, tu as beau t’opposer après, cela ne suffirait plus, puisque ce serait trop tard. Il faut se rappeler du sort des progressistes (Communiste et socialistes) iraniens qui étaient pourtant les alliés de Khomeini contre la dictature militaire du Chah d’Iran. l’Islamisme qui revendique la Charia et l’Etat islamique, quand il prend le pouvoir, il n’y a plus d’alternance ou de retour en arrière, après. Salam.

  5. Bonny dit :

    Ce Kamel David rejoint Charles le Roumi dans sa traitrise !
    C’est des journaleux au service de leurs maitres occidentalo-sionistes et qui ont vendu leurs âme au diable !

  6. Idhourar dit :

    je suis d ‘accord avec Bonny, kamel daoud rejoint la longue liste des bougnoules ( new look) de service au meme titre que les fascistes qui l’ ont precedes( moulesshoul alias yasmina sansal boudjedra,sifaoui, etc,) qui ont attirés la sympathie de la meute des antimusulmans . si Tariq ramadan est laureat a un quelconque prix litteraire, en europe ou aux Usa ,alors je retire tout ce que j’ ai dit, chiche! pourquoi pas ? alors je n ‘aurais aucun doute sur la credibilité des jurys qui decernent des prix litteraires….

    • Amazigh dit :

      Tu mélanges les serre-joints et les pâtes alimentaires. Si tu appelles Tarik Ramadhan un écrivain, alors Dostoivski doit être un ramoneur ou cordonnier (respects aux ramoneurs et cordonniers). tu mélanges tout ! Selon toi, on devrait même introniser Ali Belhadj comme prix Nobel de médecine ou de mathématiques. Salam

  7. idhourar dit :

    @Amazigh voila ce qu’on peut lire sur wikipedia a propos du ramoneur , quant à ali BELHADJ vous etes bien mechant car vous prenez soin de ne pas evoquer ses camarades bien plus huppés dans le domaine du savoir (cela vous derange sans doute) comme par exemple maurad dhina (physicien), anwar hadam, (physicien nucleaire)abbes aroua (physicien, electronicien), etc, etc. Evidemment ce sont Tous des sauvages.
    Fiche de renseignement de Tariq Ramadan .
    Professeur
    Philosophe
    Écrivain
    Théologien
    Islamologue
    Naissance le 26 août 1962
    à Genève
    Suisse
    Langue d’écriture Français, Anglais, Arabe
    Genres: Essais
    Romans
    Poésies
    ::://////////voici le lien:
    fr.wikipedia.org/wiki/Tariq_Ramadan
    /////////////////////////
    PUBLICATIONS
    OUVRAGES:
    (fr) De l’Islam, Éd. Tawhid, septembre 2002 (ISBN 2909087808)
    (fr) Aux sources du renouveau musulman – D’al-Afghâni à Hassan al-Bannâ, un siècle de réformisme islamique, Éd. Tawhid, septembre 2002, 478 p. (ISBN 2909087972)
    (fr) Entre l’Homme et son cœur…, Éd. Tawhid, septembre 2001 (2e éd. janvier 2005), 112 p. (ISBN 2909087670)
    (fr) Islam : le face à face des civilisations – Quel projet pour quelle modernité ?, Éd. Tawhid, septembre 2001 (2e éd. janvier 2005), 385 p. (ISBN 2848620498)
    (fr) L’Islam en questions, Éd. Actes Sud, oct. 2000, 231 p. (ISBN 2742737626)
    (fr) Ouvrage collectif, La Spiritualité, un défi pour notre société – Convictions en dialogue et responsabilités communes, Éd. Tawhid & Réveil Publications, septembre 2000, 97 p. (ISBN 9782909087597)
    (fr) L’Islam et les Musulmans, grandeur et décadence, Éd. Al Bouraq, avril 2000, 100 p. (ISBN 284161008X)
    (fr) avec Jacques Neirynck, Peut-on vivre avec l’islam ? Le choc de la religion musulmane et des sociétés laïques et chrétiennes, Éd. Favre, avril 2000 (2e éd. mars 2004), 263 p. (ISBN 2828907848)
    (fr) Être musulman européen : Étude des sources islamiques à la lumière du contexte européen, Éd. Tawhid, septembre 1999 (ISBN 2909087433)
    (fr) Les Musulmans dans la laïcité : Responsabilités et droits des Musulmans dans les sociétés occidentales, Éd. Tawhid, 1994 (2e éd. septembre 1998), 217 p. (ISBN 2909087379)
    (fr) Préface de Yasser Arafat, intime par Isabel Pisano, Éd. Demi-Lune, octobre 2009 (ISBN 9782719112069)
    (fr) Ouvrage collectif, Le Coran : Nouvelle traduction française du sens de ses versets, Éd. Tawhid, novembre 2006, 760 p. (ISBN 2848620854)
    (fr) Traduction Le Saint Coran – Chapitre Amma avec la traduction en langue française du sens de ses versets (par Tariq Ramadan) et la translittération phonétique en caractères latins, Éd. Tawhid, septembre 2003 (ISBN 284862003X)
    (fr) Yusuf Islam (trad. T. Ramadan), La Vie du dernier prophète, Éd. Tawhid, septembre 1999 (ISBN 2909087492)
    (en) The Messenger, Éd. A.Lane (ISBN 0713999608)
    (en) Western Muslims And the Future of Islam, Éd. Oxford University Press, États-Unis (ISBN 0195183568)
    (en) Islam, the West, and Challenges of Modernity, Éd. Islamic Foundation (ISBN 0860373118)
    (en) To Be a European Muslim, Éd. Islamic Foundation (ISBN 0860373002)
    (en) Muslims in France, Éd. Islamic Foundation (ISBN 0860372995)
    (en) In the Footsteps of the Prophet: Lessons from the Life of Muhammad, Éd. Oxford University Press, États-Unis (ISBN 0195308808)
    (es) Reformismo Musulman, El – Desde Sus Origenes, Éd. Bellaterra (ISBN 8472901459)uin 2004), 69 p. (ISBN 2848620455)
    (fr) De l’Islam, Éd. Tawhid, septembre 2002 (ISBN 2909087808)
    (fr) Aux sources du renouveau musulman – D’al-Afghâni à Hassan al-Bannâ, un siècle de réformisme islamique, Éd. Tawhid, septembre 2002, 478 p. (ISBN 2909087972)
    (fr) Entre l’Homme et son cœur…, Éd. Tawhid, septembre 2001 (2e éd. janvier 2005), 112 p. (ISBN 2909087670)
    (fr) Islam : le face à face des civilisations – Quel projet pour quelle modernité ?, Éd. Tawhid, septembre 2001 (2e éd. janvier 2005), 385 p. (ISBN 2848620498)
    (fr) L’Islam en questions, Éd. Actes Sud, oct. 2000, 231 p. (ISBN 2742737626)
    (fr) Ouvrage collectif, La Spiritualité, un défi pour notre société – Convictions en dialogue et responsabilités communes, Éd. Tawhid & Réveil Publications, septembre 2000, 97 p. (ISBN 9782909087597)
    (fr) L’Islam et les Musulmans, grandeur et décadence, Éd. Al Bouraq, avril 2000, 100 p. (ISBN 284161008X)
    (fr) avec Jacques Neirynck, Peut-on vivre avec l’islam ? Le choc de la religion musulmane et des sociétés laïques et chrétiennes, Éd. Favre, avril 2000 (2e éd. mars 2004), 263 p. (ISBN 2828907848)
    (fr) Être musulman européen : Étude des sources islamiques à la lumière du contexte européen, Éd. Tawhid, septembre 1999 (ISBN 2909087433)
    (fr) Les Musulmans dans la laïcité : Responsabilités et droits des Musulmans dans les sociétés occidentales, Éd. Tawhid, 1994 (2e éd. septembre 1998), 217 p. (ISBN 2909087379)
    (fr) Préface de Yasser Arafat, intime par Isabel Pisano, Éd. Demi-Lune, octobre 2009 (ISBN 9782719112069)
    (fr) Ouvrage collectif, Le Coran : Nouvelle traduction française du sens de ses versets, Éd. Tawhid, novembre 2006, 760 p. (ISBN 2848620854)
    (fr) Traduction Le Saint Coran – Chapitre Amma avec la traduction en langue française du sens de ses versets (par Tariq Ramadan) et la translittération phonétique en caractères latins, Éd. Tawhid, septembre 2003 (ISBN 284862003X)
    (fr) Yusuf Islam (trad. T. Ramadan), La Vie du dernier prophète, Éd. Tawhid, septembre 1999 (ISBN 2909087492)
    (en) The Messenger, Éd. A.Lane (ISBN 0713999608)
    (en) Western Muslims And the Future of Islam, Éd. Oxford University Press, États-Unis (ISBN 0195183568)
    (en) Islam, the West, and Challenges of Modernity, Éd. Islamic Foundation (ISBN 0860373118)
    (en) To Be a European Muslim, Éd. Islamic Foundation (ISBN 0860373002)
    (en) Muslims in France, Éd. Islamic Foundation (ISBN 0860372995)
    (en) In the Footsteps of the Prophet: Lessons from the Life of Muhammad, Éd. Oxford University Press, États-Unis (ISBN 0195308808)
    (es) Reformismo Musulman, El – Desde Sus Origenes, Éd. Bellaterra (ISBN 8472901459)
    (fr) De l’Islam, Éd. Tawhid, septembre 2002 (ISBN 2909087808)
    (fr) Aux sources du renouveau musulman – D’al-Afghâni à Hassan al-Bannâ, un siècle de réformisme islamique, Éd. Tawhid, septembre 2002, 478 p. (ISBN 2909087972)
    (fr) Entre l’Homme et son cœur…, Éd. Tawhid, septembre 2001 (2e éd. janvier 2005), 112 p. (ISBN 2909087670)
    (fr) Islam : le face à face des civilisations – Quel projet pour quelle modernité ?, Éd. Tawhid, septembre 2001 (2e éd. janvier 2005), 385 p. (ISBN 2848620498)
    (fr) L’Islam en questions, Éd. Actes Sud, oct. 2000, 231 p. (ISBN 2742737626)
    (fr) Ouvrage collectif, La Spiritualité, un défi pour notre société – Convictions en dialogue et responsabilités communes, Éd. Tawhid & Réveil Publications, septembre 2000, 97 p. (ISBN 9782909087597)
    (fr) L’Islam et les Musulmans, grandeur et décadence, Éd. Al Bouraq, avril 2000, 100 p. (ISBN 284161008X)
    (fr) avec Jacques Neirynck, Peut-on vivre avec l’islam ? Le choc de la religion musulmane et des sociétés laïques et chrétiennes, Éd. Favre, avril 2000 (2e éd. mars 2004), 263 p. (ISBN 2828907848)
    (fr) Être musulman européen : Étude des sources islamiques à la lumière du contexte européen, Éd. Tawhid, septembre 1999 (ISBN 2909087433)
    (fr) Les Musulmans dans la laïcité : Responsabilités et droits des Musulmans dans les sociétés occidentales, Éd. Tawhid, 1994 (2e éd. septembre 1998), 217 p. (ISBN 2909087379)
    (fr) Préface de Yasser Arafat, intime par Isabel Pisano, Éd. Demi-Lune, octobre 2009 (ISBN 9782719112069)
    (fr) Ouvrage collectif, Le Coran : Nouvelle traduction française du sens de ses versets, Éd. Tawhid, novembre 2006, 760 p. (ISBN 2848620854)
    (fr) Traduction Le Saint Coran – Chapitre Amma avec la traduction en langue française du sens de ses versets (par Tariq Ramadan) et la translittération phonétique en caractères latins, Éd. Tawhid, septembre 2003 (ISBN 284862003X)
    (fr) Yusuf Islam (trad. T. Ramadan), La Vie du dernier prophète, Éd. Tawhid, septembre 1999 (ISBN 2909087492)
    (en) The Messenger, Éd. A.Lane (ISBN 0713999608)
    (en) Western Muslims And the Future of Islam, Éd. Oxford University Press, États-Unis (ISBN 0195183568)
    (en) Islam, the West, and Challenges of Modernity, Éd. Islamic Foundation (ISBN 0860373118)
    (en) To Be a European Muslim, Éd. Islamic Foundation (ISBN 0860373002)
    (en) Muslims in France, Éd. Islamic Foundation (ISBN 0860372995)
    (en) In the Footsteps of the Prophet: Lessons from the Life of Muhammad, Éd. Oxford University Press, États-Unis (ISBN 0195308808)
    (es) Reformismo Musulman, El – Desde Sus Origenes, Éd. Bellaterra (ISBN 8472901459)

Les commentaires sont fermés.