Rappel de quelques fondamentaux sur l’Algérie

srgsrt36552sert551
Par Mohand Oukaci

asfasdfasdfsdLe drame algérien qui s’est soldé par plus de 200 000 morts et 20 000 disparus environ durant la décennie rouge (1990-2000) a été provoqué sciemment par une poignée de généraux décideurs et souverains qui avaient des craintes pour leurs vies d’une part et pour leurs immenses privilèges d’autre part avec l’arrivée du FIS au pouvoir. Le sort du peuple algérien est le dernier de leurs soucis étant donné qu’ils considèrent par une interprétation erronée de l’histoire contemporaine de l’Algérie que c’est le peuple qui est au service de l’armée et non l’inverse. Après 52 ans d’indépendance, le peuple algérien n’est pas encore souverain : il est toujours pris en otage par sa propre armée qui ne s’est pas encore départie de son ivresse pour le pouvoir politique. L’immense rente en pétrodollars du pays est à l’origine de la pérennité du pouvoir de l’armée et de sa vitrine pseudo-démocratique incarnée par des civils serviles, véreux, corvéables à merci et avec laquelle l’armée partage la rente.

Nos généraux sont fous de pouvoir et d’argent. D’où le non-respect de l’âge de la retraite de nos généraux alors que dans les pays démocratiques et civilisés le général prend obligatoirement sa retraite à 60 ans et pas un jour de plus. Les mêmes lois existent en Algérie, mais personne ne les applique, car le viol des lois en général et de la Constitution en particulier est une spécialité spécifiquement algérienne. Abdelaziz Bouteflika, un homme peu diplômé (bachelier soi-disant au lycée d’Oujda [Maroc], faiblement lettré [Abdelaziz Bouteflika n’a jamais écrit un livre], aigri, revanchard, chétif et ayant une santé des plus fragiles et chancelante avec la prise de l’âge, s’est retrouvé par chance choisi par ces mêmes généraux décideurs, putschistes et génocidaires du peuple algérien pour un premier, un deuxième, un troisième et un quatrième mandat de 5 ans avec une fraude électorale présidentielle inégalée dans l’histoire des nations.

Nos généraux qui n’ont ni formation, ni un minimum de culture démocratique, ni religion, ni valeurs, ni scrupules, ont inventé pour la sauvegarde de leurs immenses privilèges au détriment du peuple le concept du président de la République élu frauduleusement à vie et ce malgré un âge avancé et une santé précaire. L’armée algérienne est dirigée depuis des décennies par des généraux irresponsables, aventuriers et génocidaires. Ces derniers répondront de leurs crimes devant le peuple un jour. Pardonner, c’est bien, rendre justice, c’est mieux.

 

Titre et sous titre de EEE.

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, Hommes du système. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Rappel de quelques fondamentaux sur l’Algérie

  1. je ne crois pas que ces entités soient dotés d ‘un cerveau humain,je crois plutot que ce sont des esprits des tenebres car pour pour preuve d’ autant de cruauté sans avoir le moindre remord,, c’ est sur ce sont des aliennes et le pire c est qu’ ils se multiplient de par leur progeniture et leur don d’envoutement , sauve qui peut.

Les commentaires sont fermés.