Tibhirine et le chassé-croisé des têtes

srgsrt36552sert552 sergtywsertyry

Une drôle d’ambiance attendait à Alger la commission rogatoire française chargée d’enquêter sur le crime de Tibhirine. Des regards méfiants, des sourires aigres-doux et des salamalecs protocolaires. N’empêche, les Français sont satisfaits. Après une longue attente et moult reports, le juge Trévidic à la tête de la commission a enfin obtenu le sésame et pu fouler le pays « du crime ». Lui et toute la France attendaient cet instant  depuis dix-huit ans. Tel un assoiffé, perdu dans le désert, à qui l’on rapproche une outre de ses lèvres, le pauvre juge, ne croyant pas ses yeux s’est écrié « c’est un moment unique ! ». Unique pourquoi ? Pour retrouver des assassins des sept moines ?

En effet, tout est unique sur cette terre interdite, maudite, gouvernée par un Rab Edzayer, démon unique dans l’histoire du monde, trônant sur une armée de suppôts les plus sanguinaires de la planète. Une terre tellement maudite qu’elle tente de retrouver tant bien que mal une  dictature policière ordinaire et un gouvernement dut-il être pourri qui lui laisse le temps de souffler, d’oublier le grand traumatisme des années noires et de dire qu’elle vit une époque bénie par la grâce de la tête forte d’un président unique. Au moins les Algériens auront le privilège de savoir qui fait quoi et celui de connaître quel saint désavouer. Au diable les milliards perdus. Tout finira par brûler en enfer. Interrogez-les, les vieux bourreaux qui sont à la frontière de la vie, tapis dans le silence et l’anonymat comme de la vermine aux quatre coins du globe. Au diable leurs vies et leurs richesses. Le poids de leurs vies secrètes et le souvenir d’avoir servi des démons suffisent à les faire souffrir jusqu’à la tombe.

Trévidic est venu chercher la vérité alors que Rab Edzayer tire toujours les ficelles. Bonne chance ! Mais nous avons envie quand même de lui rire au nez. Non pas par méchanceté, mais par la naïveté qui se dégage de sa volonté qu’on dit tenace. Avez-vous jamais vu jouer l’histoire de Don Quichotte ? C’est le moment unique pour le voir en chair et en os. Trévidic n’a pas encore compris que l’Algérie est pour le monde ce que sont les trous noirs pour les galaxies. Elle happe tout et aucune lumière n’y échappe. Un cimetière de vérité, des montagnes de mensonges et d’hypocrisie. Plus hautes que celles qu’a voulu escalader Hervé Gourdel. Encore une tête française qui croyait à la paix sur cette terre alors que Rab Edzayer en est toujours le maître.

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Affaires judiciaires, DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Tibhirine et le chassé-croisé des têtes

  1. superbe votre analyse rien a redire juste une petite chose, quand j’ ai entendu le juge Trevidic prendre des pincettes pour parler de l’ affaire , je me comprends, il n’ osait pas exprimer ses doutes , je me suis dit il joue bien la comedie, c est foutu pour les familles des moines, ils ne sauront jamais la verité car nous, la plèbe, nous la connaissons car les bourreaux nous les cotoyons nous savons ce dont ils s’abreuvent……

Les commentaires sont fermés.