Les primaires font rage dans les coulisses du pouvoir. Le défi est de percer l’opacité du système

aaasaad1

Le général-major Abdeghani Hamel fut ajouté à la liste au dernier moment. A la réflexion, l’idée de sa candidature expliquerait bien des choses. Notamment la surprenante attaque qui l’a visé par le slogan d’une police manipulée. Le DGSN serait peut-être, à son insu ou non, en route pour gagner le fameux consensus. Mais des forces hostiles, jugeant sérieuses ses chances, voulaient lui barrer la route. D’où le slogan et la campagne de dénigrement. Quoi qu’il en soit, par précaution, son nom est inséré dans la liste. Chacun en jugera selon ses lectures de l’actualité.

Ce n’est pas un sondage d’opinion proprement dit, mais… des paris sur un processus plus ou moins aléatoire. Les photos des «présidentiables» du système, tous impopulaires sans mérite, ont été mis en colonne suivant les chances décroissantes de chacun d’eux. Cet ordre est le pronostic de l’animateur du blogue. A vous de faire le vôtre. Le sondage expire dans une semaine

aaasaad

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Élections, Hommes du système, Politique algérien. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les primaires font rage dans les coulisses du pouvoir. Le défi est de percer l’opacité du système

  1. Ouas Ziani dit :

    En général, aucun des candidats médiatisés n’est retenu. Rappelez-vous Bendjedid, Boudiaf et Zeroual, tous trois inconnus et sortis de la poche d’un magicien. Sur cette liste, je ne vois pas deux sérieux prétendants : le général Benhadid et le chanteur Ferhat M’henni !

Les commentaires sont fermés.