Le desert médical en Afrique

srgsrt36552sert82

sdgsertwertEffarante statistique que vient de publier le magazine scientifique FutureMag.fr. L’Afrique « exporterait » à son corps défendant, la moitié des médecins qu’elle forme au prix fort, vers l’Europe et le monde occidental. Les médecins africains, comme tous les corps professionnels au demeurant, s’exilent massivement vers des pays accueillants et des cieux cléments. Autrement vers l’univers de l’homme blanc. Il n’est pas exagéré de parler d’exode dantesque ruineux pour l’Afrique.  Sans répit le continent du Sahara et de la Savane agonise et saigne de sa matière grise. Les médecins la fuient comme la peste et laissent les populations dont ils sont issus dans un grand désarroi. Des millions d’habitants en pâtissent. A l’échelle du médecin, le drame est invisible, chacun a ses déboires et a sa petite histoire pour déguerpir ailleurs, mais au niveau national et continental, la situation est alarmante ; il s’agit bel et bien d’un phénomène politique. Une sorte d’un pied au nez à tous les régimes pourris qui infectent l’Afrique. De vastes régions voire des grandes villes se trouvent ainsi sans une couverture médicale adéquate.

En Algérie, l’état du système de santé ferait « fondre les pierres ». Le délabrement, la corruption, la triche dans la formation et les diplômes des médecins et la qualité médiocre des soins qui affectent le monde médical algérien sont tels que la population fait sa dernière prière avant de rentrer dans un hôpital. Les pontes et les nababs ne s’y aventurent guère. Même pour des consultations psychologiques, nos kmakem ne veulent pas des Algériens. Le général Nezzar, l’ex-homme puissant de l’Algérie, celui qui nous a légué toute la fiente politico-militaire de l’après 92…, rendait visite régulièrement à un cabinet de psychologie suisse pour tenter d’arrêter le tabac, l’Algérie qu’il a « sauvé » ne sauve rien. Dans le Sud algérien, la situation dépasse l’entendement, Les populations y sont des sinistrés médicaux. Depuis l’avènement du DRS et de Bouteflika, à l’instar d’autres secteurs, la santé est au plus mal et la situation n’est pas prête de connaître une fin.

L’humiliant constat du magazine scientifique, tenu à coup sûr d’une source officielle, examiné sous l’angle de l’actualité déprimante que ne cesse de fournir l’Afrique, autorise certaines réflexions plus ou moins philosophiques. Si l’Afrique est le berceau de l’Humanité, elle est surtout le fief inexpugnable des tyrans et les fous de ce monde et le foyer des guerres, des maladies et tous les fléaux dévastateurs. Si le monde « libre» accueille à bras ouverts ses médecins, sa matière grise, ses richesses détournées, ses dictatures et leur progéniture, il ne doit pas s’indigner si l’Afrique lui exporte également des virus mortels et des maladies contagieuses. Un juste retour de bâton d’un continent sale et noir exproprié par des continents propres blancs.B1MQThqCQAEk4H-

http://www.futuremag.fr/infographie/en-finir-avec-les-deserts-medicaux

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans International, Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.