Voitures : l’Algérie en queue du peloton

La Symbole du retard technologique

RENAULTALGERI      La « Symbole » ne fait pas la vedette dans le monde. C’est une voiture algérienne. Pas plus. L’usine de Renault à Oran, de petite envergure et d’une facture plus salées que celle de sa grande rivale marocaine, fut installée dans des conditions financières et commerciales préjudiciables à l’Algérie. Mais qu’importe, dans le désert technologique algérien, la moindre petite oasis est la bienvenue.

 Espérons tout de même que l’usine d’Oran servira de point de départ à quelque chose de plus prometteur. Y compris celui d’inciter d’autres groupes français et étrangers à venir s’installer chez nous. Si dans deux décennies un tel espoir devient réalité, l’usine d’Oran aura gagné son titre de « partenariat gagnant gagnant » selon le slogan clamé par les gouvernements les deux pays. Pour le moment, seule Renault en tire des bénéfices substantiels.
sayara      Hasard ou non, le tapage médiatique qui a accompagné la sortie de Symbole se limitera à l’Algérie. Sur le marché étranger de l’automobile, les projecteurs sont tournés vers d’autres événements. En Arabie Saoudite, que notre vanité traite de vulgaires Bédouins, une autre voiture vient de sortir des chaînes de montage. Sa spécificité ferait baver.
Entièrement automatique, elle peut circuler sans conducteur. Les Chinois l’ont produit pour le compte du royaume, mais pourquoi au juste une telle voiture futuriste en Arabie saoudite? Elle répond à un besoin unique au monde. Elle satisfait le rite wahhabite qui interdit à la femme de conduire la voiture. Ainsi, on  évitera à la femme de louer les services d’un conducteur source de suspicions et d’ennuis. La religion a ses raisons que la raison ne connaît point…
    Ailleurs, une autre nouveauté commerciale devant laquelle notre Symbole fait piètre figure, a été présentée au grand public. La campagne publicitaire de Nissan annonce ainsi sa toute nouvelle voiture : « conduisez et ne payez plus jamais l’essence… »  L’ère de la voiture électrique a commencé. S’il atteint l’Algérie, dans une décennie ou deux, l’usine d’Oran fermera ses portes…

 

kuyguwefw6346
http://swiftnewz.com/?p=3892

 

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Arabe, Économie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.