El Merzouki enjambe les obstacles de la haine

srgsrt36552sert107

Moncef El Merouki    Ni islamiste ni laïque, l’obédience de Moncef El Merzouki sont la Tunisie, le peuple rassemblé et une société unie. La diversité idéologique rime avec confrontation et haine seulement pour les assoiffés du pouvoir et les ennemis extérieurs qui veulent une Tunisie soumise et conçue à leur image pour mieux servir leurs intérêts. S’il avait voulu, El Merzouki pouvait surclasser en rien de temps son adversaire en jouant lui aussi les Saïd Saadi, Khalida Toumi… Autrement il pouvait se servir de son talent d’orateur pour mépriser ses concitoyens avec qui il diverge politiquement et se sentir plus proches des Européens chez qui il pleurnicherait et salirait ses adversaires. La patrie n’est plus un territoire et un patrimoine commun, mais, croit-il, une idéologie commune. L’intellectuel qu’est El Merzouki ne mange pas de ce pain. Il a acquis suffisamment de clairvoyance pour éviter le piège infernal de la fracture idéologique (islamistes-laïcs) tendu aux pays musulmans et aux Arabes tant par l’absolutisme interne que par les visées hégémoniques externes.

L’Occident en général ne porte pas dans son cœur les mouvements de l’extrême droite qui se nourrie et sème la haine. Pourtant, il ne leur confisque pas leurs droits et ne les méprise pas au point de les jeter en pâture et de faire d’eux des cibles à abattre. Les régimes démocratiquement élu, les stratèges et les médias y sont assez intelligents et réellement soucieux de l’harmonie de leurs sociétés pour ne pas mettre en danger l’unité nationale. Israël fait de même. Dans ce pays, les extrémistes sont arrivés au pouvoir et en détiennent les leviers. Il n’y a eu aucune guerre entre les partis politiques. Tous les pays du monde tiennent à l’unité de leur pays sauf nous.

Dans la vidéo suivante, le président El Merzouki donne une leçon de civisme et de patriotisme à son adversaire Béji Caïd Essebsi qui outragea d’un seul coup trois millions d’électeurs. Comment puisse-il établir la paix, la stabilité des conditions sine qua non pour la prospérité, si au départ il parie sur les divisions politiques et les graves dissensions graves ?

http://www.france24.com/fr/lentretien-france-24/20141125-interview-exclusive-marzouki-elections-tunisie-essebsi-terrorisme-ancien-regime-ben-ali-islamistes/

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Tunisie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.