Le salafiste Abdelfatah Hamadache s’arroge le droit de décréter la mort de Kamel Daoud

srgsrt36552sert118

asssadfaSous prétexte qu’il a insulté Dieu, un salafiste algérien « non armé » a appelé au jugement de l’écrivain Kamel Daoud et à son exécution. La fatwa criminelle s’adresse en apparence aux autorités algériennes, mais le ton haineux et le langage virulent ne laissent aucun doute, elle interpelle la passion aveugle des psychopathes de Dieu qui infestent la société algérienne, ceux qui pour un oui ou pour un non sur Dieu ou son prophète sont capables de tuer, massacrer et dévaster tout le pays. La fatwa incendiaire d’Abdelfettah Hamadach ravive les tensions et nous plonge dans le climat des jours sombres et peut mobiliser les têtes brûlées de la religion et les pousser à faire l’irrémédiable.

Le salafiste qui fréquente Ali Benhadj et les hommes du MSP est un fou à lier. Ses réquisitoires contre le régime et l’injustice ne doivent pas nous leurrer. Derrière la lutte contre la corruption et la hoggra se cache une épée qui coupera la tête des Algériens pour des raisons qu’ils ne s’imagineront jamais. Si quelqu’un arrête la prière ou sort de l’Islam, l’épée de Hamadach, une copie conforme à celle de Zitouni, sera là, le moment venu, pour le décapiter.

Combattre le nouveau IBn Taymia qui, jadis, d’un trait de plume, faisait couler le sang des musulmans et des non-croyants et de ceux qui ne se conforment pas scrupuleusement aux dogmes que lui-même a définis pour les musulmans, ne veut pas dire soutenir les thèses et les opinions de Kamel Daoud qui commence à faire des siennes. Mais il ne faut jamais se taire quand son droit à l’expression est menacé par les islamistes radicaux. Jamais un courant religieux, idéologique ou nationaliste ne doit dicter ses lois et ses convictions sur les autres. Le chaos sera au rendez-vous encore une foi si la raison et la loi cèdent le pas aux passions.

Abdelfettah Hamdach, s’il a démontré quelque chose, c’est que ses connaissances religieuses et son intelligence, pas plus d’ailleurs que l’amour dont est capable son cœur, ne sont pas à la hauteur de la tolérance de l’Islam et à la Clémence d’Allah le tout-puissant qui non seulement a créé Kamel Daoud avec son talent et ses défauts, mais créa les deux tiers de l’humanité hors du jardin de l’Islam. Et s’il a réussi quelque chose, c’est d’avoir ameuté tous les islamophobes sur l’Algérie. Il y a comme un boulon qui manque dans le cerveau du salafiste. Les islamistes continuent depuis 14 siècles à tuer les esprits et éteindre les lumières musulmanes. Hram alikoum.

C’est avec satisfaction que l’on a appris que Kamel Daoud a porté plainte contre IbnTaymiya de l’Algérie. Espérons que la Justice soit consciente de la grave et inadmissible dérive qui se joue sous nos yeux.

Les propos incriminés sont apparemment dans la vidéo en annexe où Kamel Daoud parla de la pesanteur de la religion sur la vie publique. On peut y voir que l’écrivain journaliste n’a jamais insulté Dieu et encore moins renier sa religion.

http://www.lepoint.fr/culture/kamel-daoud-sous-le-coup-d-une-fatwa-17-12-2014-1890421_3.php

http://youtu.be/0CorXsfxJ_s

 

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Islamisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Le salafiste Abdelfatah Hamadache s’arroge le droit de décréter la mort de Kamel Daoud

  1. Mounafeq dit :

    Ce hamardache ne nous casse les oreilles que parceque ce pouvoir machiavelique lui donne la parole à travers ses chaines TV tout droit sorties des egouts ; C’est Enahar TV qui a popularisé ces sinistres personnages ( Chemsou , Belahmar , Hamadache) et leur vision retrograde et devalorisante de la religion;
    Ce pouvoir compte sur ses chaines veritables armes d’abrutissement de masses et qui le moment voulues joueront le role des sinistres radio des milles collines responsables rappelons nous du genocide tutsi au Benin;
    Nous aurions tort de ne pas tenir compte du role nefaste de ces chaines sur la santé mentale de la société.
    Pour revenir à la fatwa , en d’autres contrées la justice aurait déjà fait son travail et le sinistre personnage mis hors d’etat de nuire ;

    • said dit :

      @Mounafeq:quelle justice? IL n’ existe meme d’ etat, alors pour parler de justice ……. faut pas réver ? ? ? ? ET si c’ etait encore une enieme manipulation des Demoniaques R . S ? Allez savoir! ! au royaume des esprits des tenebres, tout est possible ,!satan lui meme s ‘est enfui (de chez nous).

  2. Bouzwar Amar dit :

    Le geste de d’Abdelfettah Hamadach est condamnable, pas de problème avec ça. Le citoyen Kamel Daoud à déposé une plainte contre le citoyen Hamadach, c’est bien. Mais pourquoi sortir l’artillerie lourde et commencer à tirer dans toutes les directions. (je ne parle pas juste de ton article mais de ce mouvement de pétitions et ces discours qui répondent à la haine par la haine. C’est un individu (UN) qui a parlé. Pourquoi cette «islamistophobie» et pourquoi ces amalgames?

    1-Vous dites que ce salafiste fréquente Ali Benhadj et les hommes du MSP! Pourriez vous nous donner vos sources svp?

    2- Vous dites: «… le nouveau Ibn Taymia qui, jadis, d’un trait de plume, faisait couler le sang des musulmans et des non-croyants et de ceux qui ne se conforment pas scrupuleusement aux dogmes que lui-même a définis pour les musulmans» pourriez vous nous donner le titre et le réalisateur du film d’où viennent ces affirmations?!

    Yahya M. Michot un professeur spécialiste de la pensée du Shaykh Ibn-Teymiyyah dit:

    «Décontextualisés et mécompris, simplifiés et caricaturés, divers écrits du Shaykh de l’Islam syrien Ibn Taymiyya (mort en prison à Damas en 1328) ont joué un rôle dans le développement de l’extrémisme et du terrorisme islamistes au cours de ce que Daniel Benjamin et Steven Simon ont à juste titre appelé « the age of sacred terror »; en gros, les vingt années séparant l’assassinat d’Anouar Sadate (1981) des attentats du onze septembre 2001, période par ailleurs tragiquement ensanglantée par la guerre civile en Algérie (1990-1998).

    Ce fut notamment le cas des fameux fetwas anti-mongols du théologien damascain, qu’on retrouve cités à la fois dans L’obligation absente (al-Farîdat al-ghâ’iba) de ‘Abd al-Salâm Faraj, le cerveau de l’attaque contre le président égyptien, Le traité décisif pour ce qui est de faire face à l’injustice des gouvernants (fasl al-maqâl fî muwâjaha zulm al-hukkâm) du numero deux du Front Islamique du Salut, Ali Belhadj, et la Déclaration de Jihâd (23 août 1996) d’Oussama Ben Laden. Assimilant les dirigeants de leurs pays respectifs aux Mongols contre lesquels le Shaykh de l’Islam syrien avait écrit ses fetwas, Faraj et Belhadj transformèrent des appels à la résistance contre un envahisseur en justifications du tyrannicide et de l’insurrection armée – détournement d’autant plus indû qu’Ibn Taymiyya avait toujours montré le plus grand loyalisme à l’égard du sultan mamlûk dont il était le sujet. Que cela plaise ou non, Ben Laden apparaît de ce point de vue – mais de ce point de vue seulement – comme un taymiyyen plus intelligent et plus fidèle, puisqu’il « mongolisa » les Américains mais refusa toujours de s’en prendre à la famille royale saoudienne autrement que par des mots.

    De plus d’un des nouveaux orientalistes français (Gilles Kepel, Guy Sorman…) on aurait espéré que, faisant leur travail critique d’académiques, ils dénoncent l’invalidité des lectures farajienne et belhâdjienne des fetwas anti-mongols d’Ibn Taymiyya, plutôt que de leur donner une apparence de vérité en les relayant simplement. Il est vrai qu’on a depuis lu pire, notamment sous la plume de Natana J. Delong-Bas qui accuse le Shaykh de l’Islam damascain, non seulement d’appeler au tyrannicide, mais de prôner une « division absolue du monde en dâr al-kufr et dâr al-Islâm » et de « traiter de mécréant toute personne n’adhérant pas à son interprétation particulière de l’Islam ». »

    Voir le reste de l’article:
    http://www.huffpostmaghreb.com/yahya-michot/lecture-de-printemps-arab_b_3565733.html

    • Amar bouzwar dit :

      Pour le lien 1: la photo de la salle Harcha, il n’y a pas juste Ali Blelhaj et Mokri dans la salle, juste à coté il y a Jilali Sofiane, donc suivant ta logique on peux dire que Hamadache fréquente Jilali Sofiane et si j’étais moi dans la salle ce jour là, tu vas dire que je fréquente ce Monsieur !?

      Pour le lien 2: le texte présente une version d’Ibn Taymia que je respecte mais à laquelle je n’adhère pas. Je préfère celle de Yahya M. Michot : https://www.youtube.com/watch?v=MNAvtshKl0Y

      Je pense que pour vaincre le blocage politique en l’Algérie il faut radicalement changer notre façon de penser en mettant de coté cette pensée binaire (les méchants c’est les islamistes) qui est la pièce maîtresse de la mécanique des dominants qui monopolisent le pouvoir et refusent le changement démocratique. Il ne faut pas transformer un fait divers en une occasion pour sortir le fantasme et l’épouvantail islamiste comme étant un danger et une priorité. Le citoyen Kamel Daoud à déposé une plainte contre le citoyen Hamadach. c’est bien.

  3. et si c’etait encore un coup du DRS, maitre es manipulation, pour detourner l’ attention ? ? Decidement les gouvernements arabes et musulmans , de par leur cupidité,n ‘inspirent que dégout et mepris de la part du reste du monde.

  4. LALIGATOR dit :

    Il n y a ni manipulation ni Amar Bouzwar;
    Le salafiste a cru trouvé en KD la victime ideale pour lancer sa premiére fatwa , car il y’en aura d’autres; Il faut etre naif pour croire que que les islamotakfiristes vont lacher prise si facilement ; Quiconque ne rentre pas dans le moule est un ennemi potentiel à fortiori si cet ennemi affiche ouvertement des idées qui soient hors du moule voir carrément contre ;
    Nous n’avons rien à cirer d’ibn Taymya ni d’ibn abdlawahab ni de quiconque appel au meurtre d’etres humains ; Il ne faut jamais accepter de jouer sur leur terrain car c’est accepter de de croire qu’ils puissent avoir raison;

    • Amar Bouzwar dit :

      L’ALLIGATOR Tu dis: Nous n’avons rien à cirer de…
      C’est qui NOUS, stp en donnant TON opinion ne parle pas au nom des autres….ne fait pas comme celui que tu critiques et qui parle au nom de l’islam et des musulmans.

      Aussi, que l’on sois d’accord avec lui ou pas Taqî ad-Dîn Aḥmad ibn Taymiyyah fait partie de notre patrimoine culturel.

      • LALIGATOR dit :

        Je suis désolé tovaritch Amar bouzwar; Ce bonhomme ne fait pas partie de mon patrimoine culturel .Ni lui , ni les wahabites , ni les Daech autres egorgeurs de femmes et d’enfants ne sauraient etre de mon patrimoine culturel ; Maintenant si certains s’en reclament ou se le representent comme modéle c’est leur probléme et ils doivent s’assumer et non pas nous l’imposer ; En matiére de patrimoine , vous avez largement le choix dans le marché maghrebin ; Ibn badis; la Zitouna , la Rahmania , la Kadiria , les modernistes Arkoun et Benabi etc…
        La mode des fetwas cathodiques et autres insanités télévisuelles ne sont pas une invention locale; Cet horrible personnage de Hamadache qui a fait ses classes dans le royaume des al Saoud c’est trompé de peuple et de pays ; Nous ne sommes pas dans une monarchie orientale moyenâgeuse , même si nous traversons actuellement une zone de turbulence par la faute d’un pouvoir corrompu et incompetent ;
        Last but not least le patrimoine d’un peuple n’est pas de se reclamer de tous les assassins de masses parce que de meme religion , mais cest de prendre ce qu’il y’a de meilleur dans l’etre Humain quelque soit sa race ou sa religion. Tout

        ———————————————————————–
        N’étant pas berbérophone, je ne sais si «tovaritch» sied ou non à un débat apaisé. Si c’est le cas, il suffit de le signaler, le terme sera effacé… séance tenante. Merci de préserver un climat sain dépourvu de vulgarité et ce même si la passion le nourrit.
        El Erg Echergui

        • LALIGATOR dit :

          Cher EEC
          Je ne me permettrais pas d’abuser de votre genérosité;
          tovaritch est un mot russe qui veut dire « camarade » .
          J’espére que le frére Amar Bouzwar ne le prend pas mal non plus; Faut dire que cette histoire de fatwa reveille de vieux démons que nous croyons avoir à jamais dépassé;

        • Amar Bouzwar dit :

          Je trouve amusant l’importance que tu donnes à Monsieur Hamadache et la publicité que tu lui fais. Moi c’est la première fois que j’entends parler de lui. En ce qui concerne Kamel Daoud, je lis sa chronique dans le quotidien d’Oran depuis la fin des années 90. Je suis parfois d’accord avec lui et d’autres fois non. Mais passons.

          Tu dis : «…ni les wahabites, ni les Daech autres égorgeurs de femmes et d’enfants ne sauraient être de mon patrimoine culturel»

          Il ne faut pas noyer le poisson, je n’ai jamais parlé ni des wahabites, ni des Daech!

          Tu dis : «Maintenant si certains s’en réclament ou se le représentent comme modèle c’est leur problème et ils doivent s’assumer et non pas nous l’imposer»

          Là tu vas trop loin et tu sors carrément du sujet. Personne ne parle de ça.

          Tu dis : «…En matière de patrimoine, vous avez largement le choix dans le marché maghrébin ; Ibn badis; la Zitouna, la Rahmania , la Kadiria , les modernistes Arkoun et Benabi etc.…»

          J’ai une question pour toi, tu dis «vous avez largement le choix» si je ne partage pas tes choix, tu vas sortir une fatwa contre moi! disons une fatwa Laïque 🙂

          On ne choisit pas son «patrimoine» dans un pays en excluant des personnalités historiques en fonction de notre humeur ou de notre idéologie propre. Cette logique d’exclusion est le fondement des gens que tu critiques.

          Un patrimoine n’est pas nécessairement « positif».

          Le terme «patrimoine» désigne simplement l’héritage commun d’un groupe, il n’est pas obligatoire que les gens acceptent ou pas le contenu (ou la pensé) de cet héritage. Napoléon fait partie de du patrimoine commun des français même si pour certain français, c’est un colonisateur et un criminel de guerre.

          Ne créant pas des monstres avec nos paroles (ces monstres n’existent peut-être que dans notre tête). C’est ce que veulent les dictatures pour dire : on est les seules capables de vous protéger et vous garantir la stabilité.

  5. LALIGATOR dit :

    @ Amar Bouzwar,
    C’est vrai que ce Hamadache n’est qu’une brute épaisse avec un cerveau atrophié ; Ce n’est pas lui qui m’interresse mais ce qui le mettent en avant et le manipule ; Ce pouvoir diabolique et certaines chaines de TV qui sont utilisées pour un asséchement de l’intelligence ; C’est à croire qu’elles sont créees spécialement pour terminer le travail de sape commencer par l’ecole qui forme des analphabetes ; Si ce n’est ENAHAR TV qui aurait entendu parler effectivement de ce triste individu ?
    Moi je suis convaincu qu’un jour ou l’autre ces médias finiront par nous entrainer dans la gueule du loup;
    Pour ce qui est du triste sir voici un lien qui te permettra de faire connaissance avec le personnage

    Bonsoir

Les commentaires sont fermés.