Kamel Daoud ou le complexe d’infériorité de l’intellectuel algérien dans les tribunes françaises

srgsrt36552sert123

Par Amar Bouzouar

Kamel DaoudAu-delà de M. K.D., la question importante qui me tracasse dans le contexte de ce débat, c’est cette tendance qu’ont certains journalistes et « intellectuels » algériens à suivre le même « chemin » de la remise en cause et la critique d’éléments structurants de l’identité algérienne (comme l’arabe et l’arabité) dès qu’un journaliste français leur tend le micro. Pourquoi se définir en niant une partie de ton identité (historique) ? Et même si tu refuses cette composante, la majorité de tes concitoyens la considèrent comme un élément important de leur identité.

S’exprimer et écrire en français ou en anglais est une richesse, mais renier une composante de l’identité de son peuple et la réduire aux usages de certains arabophones est un signe de pauvreté intellectuelle.C’est aussi une illustration de cette stratégie (inconsciente !) à diviser la société algérienne pour permettre au régime (politique et culturel) de durer. Je demande à ces gens (certains francophones algériens qui ne maîtrisent pas la langue arabe) de considérer la langue arabe comme « un butin de guerre » (au même titre que le français) et d’arrêter de nous casser les oreilles avec ce vieux disque rayé de « la langue algérienne est ma langue ». Ce n’est pas la langue arabe ni l’islam qui nous empêchent d’avancer, c’est l’absence de liberté et de démocratie.
« Nous sommes le résultat de ce que nous avons pensé » Bouddha

———————————————————————————————–
Pour expliquer l’attitude de Kamel Daoud, Rachid Boudjedra invoqua un complexe d’infériorité face aux Français… Kamel Daoud rétorqua dans KBC qu’il ne se produira plus dans des chaînes françaises… A suivre.
El Erg Echergui

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Contribution, Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Kamel Daoud ou le complexe d’infériorité de l’intellectuel algérien dans les tribunes françaises

  1. azul fellawen,
    da chergui ,vous avez bien fait de soulever ce probleme du complexe du colonisé.et nous sommes les seuls sur cette terre. je ne sais pas si vous avez suivi par t.v. les journées de la francophonie de dakar ou hollande s’est montré le maitre arrogant d’afrique encore colonisé et les africains toujours des immatures….nos maghrebins n’echappent pas a cette regle. pire encore des sommités soit disant en algerie comment ils deviennent des leches-bottes ailleurs a londres ,paris,damas,beyrout,dubai… d’aucune moralité.nous sommes devenus des risées du monde entier pire que certains mixicains et certains americains latins envers l’occident et particulierement envers l’espagne. Pour demander la fierté a nos concitoyens les gouvernants maghrébins doivent donner l’exemple. le cirque de marzouki au qatar nous donne a reflichir !
    -quant a kamel daoud certainement n’est pas l’unique,n’est pas le seul il ya des egyptiens,des libanais,des syriens,des tunisiens,des marocains,des lyibiens ,des algeriens et meme des saoudiens qui soulevent ces problemes de langue maternelle. pour les specialistes en langue sont unanimes que cela cree des traumatismes affectifs et autres..!
    tanmirt ar timlillit.

  2. ridwan dit :

    Critiquer les propos de Daoud sans les citer ne serait-ce que pour se faire son propre avis est suspicieux et tendancieux . Pour le coup, ça manque de partialité .

Les commentaires sont fermés.