Cacophonie autour de l’élimination d’Abdelmallek Gouri

srgsrt36552sert126aaalihiefrGuerre de communiqués ? Opération Com orchestrée par les partisans restés loyaux à rab Edzayer ? Ou, simple excès de zèle anachronique de ses derniers relais ? Difficile de voir clair dans la troublante divergence entre les récits de l’élimination d’Abdelmallek Gouri, chef du groupe terroriste Djound el Khilafa. L’opération antiterroriste spectaculaire a été présentée au public tambour battant, mais les journaux ne sont pas tous au diapason du Ministère de la Défense.

La célébrissime Salima Tlemçani d’El Watan avait entamé son article en indiquant qu’au début de l’opération — avant l’élimination de Gourdi — elle et d’autres confrères furent reçus par le chef de la 1re région militaire dans son QG opérationnel en Kabylie. Il leur a exposé les actions et les efforts consentis par l’ANP pour nettoyer les monts Djurdjura des dernières poches du terrorisme. Le général-major Noureddine Haddad en a profité pour leur montrer la détermination sans faille de l’état-major de l’ANP dans cette guerre sans merci et que tous les moyens ont été mis à sa disposition pour réaliser sa noble mission. Présentée ainsi, l’introduction de l’article rassure, le lecteur algérien ne pouvait que se féliciter et souhaiter un succès franc à son armée qui, malgré les crimes qu’elle a commis par la faute de certains généraux barbares — le moment n’est pas aux griefs —, reste un des piliers de l’unité nationale. Quand l’armée régulière prend les choses en main dans un cadre légal et professionnel, le combat contre n’importe quel ennemi gagnera nécessairement en légitimité et par suite en consensus le plus large.

Le récit du déroulement de l’opération dans l’article de Tlemçani n’a pas dérogé à cet esprit. Les acteurs impliqués dans l’opération antiterroriste, évoqués par l’article, se limitaient aux plus hautes autorités de l’armée. Elle parla de l’état-major, du chef de la région militaire concernée, et sur le plan opérationnel, les enquêteurs, les forces de sécurité, les éléments de l’ANP furent mis à l’honneur dans son article. Cette description laisse penser que la chaîne de commandement est solide et que l’ANP agit dans un grand esprit de corps. Ce n’est pas dans sa nature, mais la journaliste d’El Watan avait « pondu » un rapport presque parfait.

L’opération s’est soldée par la mise hors d’état de nuire d’un dangereux groupe terroriste  qui de surcroît inaugura la présence de Daech en Algérie sur l’autel d’un abominable crime contre un ressortissant français. Sur le plan de la gestion médiatique, la communication du ministère de la Défense allait connaître un sans-faute si d’autres journaux et non les moindres n’avaient pas émis un autre son de cloche.
Les quotidiens El Khabar et de l’Expression ont présenté des articles d’une autre facture. Dans la forme, leurs versions divergent de celle d’El Watan. Transmettant les indiscrétions de leurs propres gorges profondes, les deux journaux ont donné les beaux rôles aux… hommes du DRS : les forces spéciales ont mené l’opération de A à Z, et accessoirement sous la gouverne du général Haddad (El Khabar). Il n’est peut-être pas vain enfin de souligner qu’El Khabar n’a cessé de bombarder la présidence avec des articles négatifs tout en ménageant le DRS alors que l’Expression ne jure que par le génie et les prodiges de Bouteflika.

Dans un climat politique sain, la divergence des articles sur un sujet sensible passera presque inaperçue et sans effet sur l’opinion publique, la dualité sourde entre les tenanciers du pouvoir algérien ne permet pas ce luxe tant les enjeux politiques sont grands.
Le panégyrique de l’article de l’Expression envers le DRS est d’un affligeant amateurisme et son récit est à peine croyable. Le DRS aurait infiltré Djound El Khilafa jusqu’au trognon… Il aurait placé ses agents dans la proximité immédiate de l’émir, un coup de maître qui rappelle celui de Djamel Zitouni… Des lieutenants de Gouri informaient « instantanément » le DRS des actions et des projets qu’il fixait. Aussi, le guet-apens que lui avait tendu le DRS, fut-il un jeu d’enfant… L’article n’a pas précisé si les lieutenants télécommandés avaient participé au crime odieux d’Hervé Gouri et s’ils en ont informé le DRS… Une autre similitude entre Abdelmallek Gouri, avec Djamel Zitouni, ils ont été liquidés quelques semaines après des exécutions spectaculaires de ressortissants français.

Au-delà de ces spéculations légitimes, il est à se demander pourquoi des articles dans de grands journaux ont mis de l’ombre aux plus hautes autorités et ont mis en exergue le DRS. D’aucuns n’hésiteraient pas à y voir plus qu’un affrontement à fleurets mouchetés entre les deux généraux de corps d’armée. Rab Edzayer envoie peut-être un message codé aux chancelleries occidentales : le DRS reste maître du terrain et sans lui nul salut…

Enfin, notons que quelques jours plus tard, les médias rapportent une autre information dont la teneur semble remettre les pendules à l’heure en mettant tous  les corps de l’armée sur le même pied d’égalité. Dans un communiqué du ministère de la Défense, le chef d’état-major Gaïd Salah s’est félicité du bilan encourageant dans les efforts consentis par l’armée dans son combat contre le terrorisme. Il a aussi salué le dévouement des «forces de l’armée» et a appelé à davantage de détermination et de vigilance…

http://www.elwatan.com/actualite/plus-d-une-trentaine-de-terroristes-abattus-24-12-2014-282736_109.php

http://www.lexpressiondz.com/actualite/207774-comment-le-drs-a-piege-l-emir-de-daesh.html

http://www.elkhabar.com/ar/autres/440397.html

http://www.elkhabar.com/ar/politique/440856.html

 

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cacophonie autour de l’élimination d’Abdelmallek Gouri

  1. Nait ali dit :

    Moi, je me pose des questions: comment un terroriste rusé qui sait qu’ il est recherché par 10 000 soldats avec toute une armada , des moyens hypers sophistiqués et que toute la region est encerclée , passée au peigne fin, parvient à descendre du djurdjura ,incognito et qu’ ensuite , il est facilement neutralisé en pleine agglomeration …………….urbaine et le plus stupefiant il se balladait …………….en bagnole ? ? ?bizarre! Bizarre!

Les commentaires sont fermés.