D’après un document, un ancêtre de Bachir Tartag aurait servi la France jusqu’à sa mort

srgsrt36552sert127

Bachir Tartag généralUne curieuse copie d’un document administratif de l’armée coloniale appartenant de toute évidence à la famille de du général-major Bachir Tartag circule depuis peu sur les réseaux sociaux algériens. Le document atteste qu’un certain Ben Ali Abdelkader Tartag est mort au service de la France suite à une pneumonie. Tirailleur du 9e régiment et engagé volontaire depuis 1913, il aurait rendu l’âme à l’hôpital militaire de Compiègne en 1915, autrement en plein Première guerre mondiale.

Rien n’indique qu’il appartient aux ascendants directs du général Tartag, actuellement conseillé à la présidence, mais la copie est présentée en cette qualité. Au-delà du passé de la famille de Tartag, l’apparition de ce document est de tout évidente énigmatique. Eu égard au grade de Tartag, à son titre actuel et surtout de son passé dans le DRS où il fut chef de la DCI pendant plusieurs années, il ne faut pas être un magicien pour y voir une volonté de nuisance. Mais d’où pourrait bien venir ce coup de lapin ? Et c’est là où l’équation devient intéressante pour les parieurs.

Première hypothèse : un hasard incroyable a fait que le document estampillé « Wiki Ahras » tombe entre les mains d’un Algérien qui ne le porte pas dans son cœur et connaît son passé de criminel. Il a voulu venger les victimes en révélant les liens étroits entre la famille Tartag et l’armée coloniale.

Deuxième hypothèse : Rab Edzayer est derrière le coup. D’une part, il « évacue » l’excédent de rage de voir un ancien collaborateur tourner casaque et se jeter dans les bras de son adversaire qui veut sa peau. D’autre part, il lance un avertissement en loucedé à Tartag dont la teneur n’est pas difficile à comprendre : si tu franchis le rubicond en matière des secrets militaires compromettants, d’autres documents suivront. Cette hypothèse pourrait expliquer le timing, mais demeure à peine croyable : il en faut plus que ça pour détruire «l’esprit de corps» malsain du DRS…

Enfin dernière hypothèse, tirée par les cheveux, mais possible. Le général Tartag est victime d’un chantage d’outre-mer. Une main étrangère lui met un couteau à la gorge, elle le presse de collaborer, de vider son sac en temps réel s’il veut garder le passé familial dans le secret. On se demande si l’interdiction de quitter le territoire à M’henna Djebbar ne s’inscrivait pas dans l’optique de lui éviter un tel traquenard…

Un autre mystère au sujet de Tartag est apparu sans rime ni raison en fin de l’année écoulée. Sur son compte Facebook, un présumé ex-agent du DRS (Karim Moulay) a posté une photo et le lui a attribuée. Elle est la première à prétendre à ce titre. Elle n’a pas été appuyée par des preuves tangibles.

Quoi qu’il en soit, Tatag, surnommé le monstre de Ben Aknoun et accusé par plusieurs sources d’avoir été à la tête des escadrons de la mort durant la décennie rouge, doit craindre pour sa réputation déjà bien mal lotie. La mystérieuse apparition de ce qui est présentée comme la preuve d’une mauvaise naissance, indique qu’il est dans le collimateur d’une force occulte. Il est à craindre que si elle n’obtient pas satisfaction, Wiki Ahras ne tardera pas à se manifester. Au bout de la ligne, on se demande ce qui pourrait bien agiter aujourd’hui son esprit. Être la cause de la mort  de milliers de victimes innocentes et se retrouver simple pièce mineure d’une partie d’échecs entre des maîtres chanteurs, quel gâchis et quel misérable destin ! L’opulence, les appas de la présidence et le confort du monde entier ne les justifiaient!
L’année 2015, sera-t-elle l’année de l’effondrement du mythe DRS ? La guéguerre entre les deux vieux croulants n’est peut-être pas finie. Wait and see.

le père de Targtag

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour D’après un document, un ancêtre de Bachir Tartag aurait servi la France jusqu’à sa mort

  1. Mounafeq dit :

    Les algeriens morts pour la France sont des dizaines de milliers; Selon le site Algeria watch : »Entre 1914 et 1918, près de 200 000 soldats algériens partent à la guerre, 87 000 engagés et 82 000 recrutés par voie d’appel. Les autorités sont surprises par la forte proportion d’engagés. Les raisons sont diverses : pour certains, c’est la prime d’incorporation. D’autres font le pari que ce sacrifice permettra d’obtenir plus de droits. Il s’agit de jeunes citadins éduqués imprégnés des idées républicaines. Mais les engagements forcés, sous la pression de l’administration, sont aussi une réalité. »
    Qu’un Tartag ( qui peut etre un homonyme au demeurant ) se trouve dans le lot ne change rien au SCHMILBLICK .
    J’ai ai eu l’occasion de jeter un oeil sur un vieux registre d’etat civil pour chercher la date de naissance de mon grand pére ; J’etais sidéré par le nombre cas ou il etait mentionné avec une ecriture soigné au porte plume  » mort pour la France » ; Alors des papiers que celui présenté il y’en aurait dans chaque famille algerienne si l’on se réfère au nombre de mobilisé;
    Que les morts reposent en paix ; Quant au vivant continuez à dénoncer leurs turpitudes ;

  2. Condor dit :

    franchement surpris par votre attitude. je ne suis l’avocat de ce Tartag, mais mon attention est attiré par le fait que vous reproduisez un document qui reste à authentifier, servi, comme un menu empoisonné, par un compte « FB » que vous connaissez mieux que quiconque: qui le gère et qui l’alimente. Etes vous aspiré par le vortex de RD? certains indices, constatés ces derniers temps, portent à le croire.

    • Condor dit :

      Merci, tout d’abord pour votre réponse. S’agissant de votre « interrogation », permettez moi de vous dire que, moi aussi, mon souhait est que la réponse ne soit pas par « un oui ». Que votre blog et compte FB soient un plus pour rétablir ou de remettre, du moins par la Plume, certaines vérités sur de bonnes rails.
      D’emblée, nous sommes d’accord que personne, ni vous ni moi, n’a l’intention de se constituer en avocat de défense pour ce sinistre « Ghoul de BA » que l’Histoire le rattrape à chaque instant.
      Pour revenir aux « zones d’ombre » qui entoure ce compte, il est significatif, voir indicatif, de constater: 01 il s’attaque à des personnalités évoluant dans l’orbite de Boutef/// 02: « Le modus operandi » est connu, recyclé jusqu’à l’usure. on l’a déjà vu à l’oeuvre, à travers certains titre de la presse, contre le Drabki et contre la dynastie des Boutef ( via les Benchicou et A. Hicham). Indéniablement, il porte le cachet de « RD ». En principe, un renseignement collecté ou produit par une institution de l’Etat, peu importe son objet, doit rester la propriété de l’Etat, donc de la collectivité nationale, et ne peut en aucun cas, être squatté ou détourné pour en faire un « un archive privé ». Nous savons qui a sous la main les archives « les plus sensibles » hérités par l’Algérie indépendante. Abderrahmane Mahmoudi, Rebbi yerahmou, avait osé, un jour, en dire quelque chose dans son « Hebdo-Libéré ». Ils ont traversé, dès 1990, la route menant vers cheraga, pour atterrir juste au delà (SIC). A connaitre le berger qu’on y est placé, depuis, 2013, peut apporter de l’eau au moulin.
      je dis ceci, en partant de l’hypothèse que ce document sur « GBA » est authentique, car, franchement, certains point soulevés par notre ami Eliamine au sujet de son nom patronymique demeurent, à mon sens, très pertinents. Cordialement votre.

  3. aghilas-koseila dit :

    azul fellawen,
    @ da sincere,pour ne pas dire mounafek, Dabord je voudrais savoir combien de pourcentage de jeunes indegenes habitants les villes coloniales !
    Quant au sujet,d’apres nos humbles informations peut-etre un homonyme le document est de teniet el-had (ouancharis)departement d’alger de l’epoque.quant au general serait de tala-oulmane puis colbert du righa departement de constantine toujours de l’epoque.
    pendant la revolution il y avait des paradoxes, des vrais chouhadas dont les fils etaient du coté francais,l’inverse etait vrai .en algerie chacun est responsable et comptable de ses actes bonnes ou mauvaises.Beaucoup de joueurs de notre equipe nationale F.L.N avaient des parents tirailleurs et policiers cela ne les a pas empechés d’etre des valeureux ambassadeurs par le football de notre cause.En verité il ya certains harki mieux que les certains moudjahidines.il ya certaines moudjahidines pire que les collaborateurs…idem pour certains enfants de chouhada et certains des moudjahidines…sans oublier les faux moudjahidines qui ont joués tous les roles jusqu’au jour d’aujourd’hui.Quelle appellation doit-on donner a ces perfides qui nous gouvernent qui negocient avec les egorgeurs de tout acabit en secret sur notre sort…!Quelle appellation doit-on donner a ceux qui baisent les mains de nos ennemis !Quelle appellation doit-on donner a nos deputés de quaradhaoui et des invalides et ceux qui les ont coptés dans tous les rouages de l’etat ! LES VRAIS QUI ONT FAIT CET ETAT ANSI LEURS ENFANTS SUBISSENT LES HUMILIATIONS QUODITIENNES,VIVENT DANS LE DENUEMENT TOTAL.on les voit tout les jours souffrir avec des retraites et des pensions de misere.se plient en quatre pour joindre les deux bouts dans un pays de certains et leur certaine BAHBOUHA ou opulencialite.
    tanmirt ar timlillit.

  4. eliamine dit :

    de plus Tartag est un pseudonyme comme l’est Toufik pour mohamed lamine Medienne. Donc ce n’est pas en partant d’un pseudo qu’on fait une recherche généalogique mais du nom de l’état civil. Toujours dans la manip.

  5. eliamine dit :

    Athman Tartag est son nom de code que lui a attribué le service son prénom est Bachir et son vrai nom est un peu connu mais vous qui connaissait leur grands et petits méfaits vous êtes incapable de le savoir

  6. OHOHO dit :

    Il me semble que son vrai nom est Bachir Sahraoui. Donc ce document est à mon avis un mauvais coup du clan d’en face.

Les commentaires sont fermés.