Gaz de schiste : Tamanrasset, ville morte

srgsrt36552sert136

Tamanraset se soulèveHier, les commerces de Tamanrasset ont baissé les rideaux en signe de contestation de l’exploitation du gaz de schiste et par solidarité de la ville d’Insallah à laquelle ils doivent l’eau du robinet. L’eau potable arrive de la nappe phréatique d’In Salah via des centaines de kilomètres d’aqueduc. L’action citoyenne sans précédent de la capitale du Hoggar marquera peut-être un tournant dans l’histoire de cette ville qui peu à peu prend conscience de sa particularité et soulève des revendications politiques et culturelles jusque-là taboues.

Le risque de voir cette dynamique se développer en conscience politique subversive se nourrit du dédain du pouvoir, de la corruption, du sentiment de hoggra et des tracasseries sans fin auxquelles se heurtent les habitants de la région soumis de nature un climat très rude. Imputée non sans raison à l’exploitation du gaz de schiste, la pollution des nappes phréatiques du Sahara, une ressource plus précieuse que le pétrole, du sud menace leur environnement écologique et leur existence tout court. Leur soulèvement, leur détermination sans précédent annonce un bouleversement géopolitique important que le pouvoir semble prendre à la légère.

De contestation en contestation, le sud dérive, le nord ne remue ni pied ni patte. De nombreux observateurs perçoivent dans la succession inquiétante des mouvements sociaux au sud un début d’une faille tectonique dans la conscience nationale. Les niets et l’indifférence que leur oppose le gouvernement risquent de dégénérer en revendication politique qui mettra en charpie l’unité nationale. Avec le coup de force du gaz de schiste, le pouvoir joue avec le feu.
Supportant un climat des plus durs de la planète, Tamanrasset, Ouargla et d’autres grandes villes du grand sud, les moins bien lotis à tout égard, se lèvent et se défendent  corps et âme contre une mort programmée. Le nord tète le sud et dort.

Tamanraset se soulève 4 Tamanraset se soulève 3 Tamanraset se soulève 2 Tamanraset se soulève 1

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Économie, Hogra, Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Gaz de schiste : Tamanrasset, ville morte

  1. boukezouha abdelouahab dit :

  2. aghilas-koseila dit :

    azul fellawen,
    Les gens du nord tete exactement comme les gens du sud.sont dans le meme sac,deja ce que pensent beaucoup de gens.et la mamelle de timalalin (blanche ) en targui veut dire vache parceque les vaches des touareg sont blanches,en kabyle timalalin (ouefs) est reservée a l’etat et ses courtisans…l’etat a joué ,a encouragé ses divisions entre le peuple.!
    -une chose me taraude,ces décideurs qui veulent tout prés ce gaz de shiste ,est-ce que ils habitent eux et ils famillent chez nous! est-ce que sont des nationalistes ou des moudjahidines ceux qui veulent pollués nos nappes phreatiques ! est-ce que ce sont nos amis ,ceux qui massacrent les femmes,les petits enfants a aghlit,adrar iforas pour des terres rares,du petrole,de l’uranium !et,ceux qui les autorisent a y passer,pour massacrer les gens sans defense. est-ce-que sont des algeriens et des moudjahidines !
    -ceux qui massacrent notre flore ,notre faune,les ames de nos enfants qui commanditent les massacres de ghardaya et sa region,est-ce sont nos freres !
    -est-ce que ceux qui massacrent ,commanditent les jeunes kabyles a fleurs de l’age ,ce sont egalement des nationalistes,des moudjahidines…!
    -est-ce qui commanditent le massacre de ce peuple a huit clos ,en otage entre les militaires et les terroristes,est-ce que egalement sont des nationalistes et des moudjahidines ! frachement je doute fort ! les femmes d’IMMIDI atlas du maroc en greve depuis deux ans contre la pollution de leur nappe phreatique. mais en vain….pour dire les pouvoirs a certain degré sont les memes…. «  »yewen u’aakez igh’yuthen «  » c’est a dire entre le sud et le nord,entre les pays du maghreb nous subissons les memes injustices,les memes frustrations. exeption fait aux amazigh consients subissent en plus une frustration identitaire et culturelle. l’agréssion a commencé en 1963 lorsque BENBELLA a remis les braves touaregs poingts et mains liés au pouvoir de bamako (mali) exécuté le jour de l’aid…en 1977.a 1980 .les freres des pays du golf continuent a massacrer notre faune et nos humains. et nos amis francais continuent leurs essais atomiques,des etudiants lybiens pendus,saida mnebhi liquidée en prison,nos etudiants kabyles emprisonnés;torturés pour avoir reclamer leur droit d’expression et culturel ! -est-ce- nos décideurs sont des moudjahidines,sont des nationalistes ! encore une fois je doute fort ! est-ce qu’ils aiment leur peuple ,je doute fort egalement !.enfin on n’a rien de ceux la. on attend de ces jeunes qui battent les pavés,qui veulent un changement et jettent les passerelles d’esperance.
    tanmirt ar timlillit.

Les commentaires sont fermés.