Houellebecq se soumet au diable de l’anti-islam

Michel HouellebecqIl ne s’agit pas d’approximations dédaigneuses parsemées d’allusions assassines qu’une haine viscérale déverse sur une religion dévoyée par ses pharisiens et dénaturée par ses fanatiques. Le livre « Soumission » du romancier enfiellé Michel Houellebecq tranche dans le vif et vise l’épine d’une communauté intruse et fait tache dans sa culture et  son imaginaire. La nostalgie d’un passé blanc et pur qu’il faut ressusciter et sauver de l’islamisme rampant, charpente son roman de A à Z. L’auteur de Katiba prend la plume des anciens croisés avec un brin de détachement, s’affuble d’un masque inutile, transparent, seule précaution dérisoire concédée aux bonnes consciences, et met tout son cœur et son talent dans cette œuvre écrite à l’eau bénite pour réveiller de vieux démons. L’œuvre peu convaincante, sauf pour les néo-croisés, ne pêche pas par la beauté ni n’apporte de nouveau au fantasme islamophobe, elle l’exacerbe, le démultiplie. La haine se transformera, son souhait le plus intime, en feu ardent contre les musulmans indésirables, tous les musulmans qui souillent la terre de ses ancêtres.

Le raffinement littéraire en a pâti grandement de la triste et grossière politique-fiction. En 2022, un parti islamiste, bravant l’islamophobie ambiante, déjouant les puissantes campagnes de dénigrements sans cesse croissantes, voit le jour un beau matin sous le mandat de Hollande. En un tour de passe-passe que seul l’écrivain attitré en a le secret, présidera aux destinées de la France et du coup bouleversera tout l’Occident. Les partis politiques se compromettront dans des calculs politiciens et livreront la France pieds et poings liés à l’ogre de demain. La classe intellectuelle est réduite à un spectre amorphe, sous les charmes de l’islamisme, elle tombera dans les vapes. Son héros, lui aussi, finira par succomber. Il se convertira sans regret. La nouvelle France affichera grandeur, paix et prospérité. Si elle n’a jamais connu le plein emploi. Mohamed Ben Abbes, le futur « sultan » doté d’un intelligence supérieure, le leur garantira. Et de quelle façon ! Excepté le cheikh Abassi Madani qui l’a érigé en programme politique, aucun des courants économiques connus n’y avait pensé…

L’œuvre prévoit bien plus que la chute de la France laïque dans les ténèbres de l’Islam. Les femmes, toutes les femmes, porteront le voile et retourneront au foyer où, condamnées à la servitude du mâle dominant, vomiront leurs libertés et leurs droits chèrement acquis. Pire, les grands pôles du savoir humains comme la Sorbonne seront sous la coupe des islamistes. Personne ne pourra y enseigner ou suivre ses programmes s’il n’est pas musulman. Les universités accepteront bien les étudiantes, mais elle y seront pour le plaisir seulement. Les débouchés professionnels pour les filles n’existent pas dans les prévisions de l’auteur, la France soumise à Allah ne les y autorisent plus. Les juifs ne sont pas oubliés par le flair subtil de l’auteur. Ils fuiront le pays des droits de l’Homme devenu inhospitalièr. Autant dire que, pour la société actuelle, Houellebecq, à partir de clichés usés jusqu’à la corde — il manquait les odalisques, les eunuques et le tapis volant — leur livre une vision cauchemardesque qui se donne pour mission de sonner le clairon à un Occident « ensuqué ».

La pilule est trop grosse. Trop grosse. Elle cadre mal avec une star littéraire, elle déprécie sa plume.  Qu’importe si elle bute les musulmans et ameute les fauves griffus. Qu’importe si elle réveille l’esprit Charles Martel. On veut voir le gibier ensanglanté, à genoux, humilié. Les racistes exultent et les médias se complaisent. « Soumission » a fait mouche, on se l’arrache. Tout le monde veut connaître le brillant avenir de la France…

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Allegoria & caricature, Arabe, Forums, Islamisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Houellebecq se soumet au diable de l’anti-islam

  1. LE SPECTATEUR dit :

    Après la chute de l’URSS, l’empire a crée un faux ennemi, ce qu’on appelle les islamistes pour ne pas dire les musulmans, c’est pour cela on a l’impression d’assister à une révolution diabolique sous toutes ses formes contre une révélation divine, et pour cela Satan doit suggérer à ces gens qui ne s’élèvent que par le fait de fouler le sacré par terre, c’est une façon de se rapprocher de Satan.
    Vous savez que dieu a crée ce monde et a fait descendre un règlement, maintenant il se trouve qu’il y a des gens qui sont contre ce règlement divin, il veulent avoir leur propre règlement ils sont libres, .

Les commentaires sont fermés.