L’armée réquisitionne un camion, mobilise le camionneur et le tue ensuite

Accès de terrorisme dans la glorieuse ANP

dossiers puantsenfant de disparuL’armée, une ligne rouge, un tabou absolu, une zone interdite, un champ sacré… Attention de toucher son intégrité, ce sera une trahison. De la haute trahison et une pente glissante vers le poteau d’exécution morale et physique. Les matamores, l’index sous l’œil, le clament à tout bout de champ. Le silence s’impose et les têtes s’inclinent. L’armée, le dernier recours, l’armature du pays, la défense de la patrie, l’armée, le bastion et l’âme de l’Algérie, l’armée c’est le soldat qui se sacrifie et l’officier qui veille sur notre sécurité. La gloire gonfle, gonfle, gonfle à n’en plus finir. Une divinité se crée.

La glorification de l’armée dans les médias et dans les tribunes officielles, a pris une dimension si fantastique si solennelle que la moindre réserve, la moindre remise en cause, dans un sujet aussi ordinaire qu’une action d’intérêt public, sera perçue comme un sacrilège et une atteinte à l’honneur de l’armée. Les généraux, illico, lanceront leurs matamores à l’assaut des « traîtres » et des « détracteurs de l’armée »… Et pourtant, elle tourne… L’armée se trompe, l’armée commet des crimes, en Algérie et ailleurs dans le monde.

Le même processus qui conduit les intégristes tout droit vers la folie meurtrière se produit dans l’armée «au-dessus de tout soupçon». Vénérer l’armée et la ceindre d’un halo religieux entraîne systématiquement l’apparition, de soldats, d’officiers et de généraux criminels qui, profitant de l’immunité contre les critiques et le contrôle des instances républicaines, laissent s’exprimer un vil instinct destructeur. L’armée et l’état-major se compromettent et se souillent en gardant le silence sur leurs crimes. En temps de guerre et en temps troubles, certains militaires au nom des autres s’érigent en dieu tout-puissant et n’hésitent pas à décimer des populations entières. Les crimes qui se sont produits durant la décennie rouge découlent du même processus. L’armée et la République en général refusent de mettre fin à l’esprit de l’impunité, initié au temps d’Abdelhafid Bousouf. Aucun régime s’appuyant sur une armée de barbares n’a été éternel.

Parmi les milliers de morts tués par les l’armée, les hommes qui ont porté des armes contre le régime furent des cibles prioritaires, cela va de soi, c’est dans l’ordre des choses. Mais quand sous l’Emprise de la haine, les militaires n’épargnent pas les familles des rebelles, leurs proches, leurs voisins… Ils basculent dans le terrorisme. L’amok a touché l’armée, en particulier le DRS, aussi bien que les terroristes. Des personnes choisies au hasard, sacrifiées sur l’autel du terrorisme pédagogique, mais également des victimes qui ne présentent aucune menace ni aucun intérêt. Par oisiveté, pour l’exemple ou la mise à niveau des tortionnaires en herbe ou on ne sait quel motif sinistre, des Algériens ont été foudroyés et leurs familles brisées. Le père de l’homme qui, dans la vidéo en annexe, livre son témoignage la mort dans l’âme en est un exemple cruel et une preuve matérielle accablante de la démence militaire couverte par l’état-major et la République. L’armée décide de mobiliser le camion d’un commerçant, un monsieur Tout-le-Monde, elle le force à coopérer et le conduit sous bonne escorte à la garnison. Pour le remercier, elle le jette en prison et, enfin, le fait disparaître. Comme ça, sans rime ni raison.  Son nom rejoindra la longue liste du terrorisme de l’armée.

L’armée a privé une famille de leur père. Les enfants ont grandi sans connaître sa chaleur et ses sourires. Ils n’ont pas joué avec lui. Jamais ils ne le verront. Telle fut la décision de l’armée, sans aucun motif valable. Rien qui puisse réhabiliter l’armée et de se dire qu’il fut un acte isolé ignoble.

https://www.youtube.com/watch?v=0ZI-gRawOUU

 

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, DRS, Terrorisme d'Etat. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’armée réquisitionne un camion, mobilise le camionneur et le tue ensuite

  1. iziri dit :

    ce n’ est pas le premier, ni le dernier, ils sont des milliers a avoir été eliminés sans aucune justification par les maitres de l’ algerie.Des monstres qui n’ ont aucun etat d’ ame ni humanité et qui n ‘ont de compte à rendre a personne .Ils sont partout.Comment l’ algerie pourra t elle echapper à leur griffes?

  2. miloud dit :

    Dans le prolongement de ton article lire absolument ceci qui revele l’abominable monstruosité de ceux qui nous gouvernent (qui sont en fait les commanditaires et les cerveaux des operations) http://lequotidienalgerie.org/2015/02/03/les-oeuvres-macabres-des-patriotes-miliciens-durant-les-annees-de-san

  3. eliamine dit :

    citation:
    « Parmi les milliers de morts tués par les l’armée, les hommes qui ont porté des armes contre le régime furent des cibles prioritaires, cela va de soi, c’est dans l’ordre des choses. Mais quand sous l’Emprise de la haine, les militaires n’épargnent pas les familles des rebelles, leurs proches, leurs voisins… »

    ton parti prie est flagrant, ceux qui ont mis le pays à feux et à sang deviennent donc de simple cibles prioritaires ou de romantiques rebelles à l’image de Daech. Pour quoi se plaindre alors que ces romantiques rebelles nous disaient kama toudinou toudhane. Ta compassion est très surfaite et à géométrie variable. Mais sachez qu’en répétant un mensonge 1000 foi, il n’en deviendra pas pour autant une vérité.

Les commentaires sont fermés.