Général Boustila déploie ses hommes pour assurer l’extraction du gaz de schiste

Gendarmerie In SalahLa photo montre des unités de la gendarmerie fermant l’accès  du  site d’exploitation du gaz de schiste aux manifestants d’In Salah. Un site qui s’il n’est pas démonté, détruira  dans quelques années tout dans la région : nappe phréatique, qualité de l’air (vapeur de produits chimiques), faune et flore.  Qui dit gendarme, dit le général Ahmed Boustila. Une ponte discrète, mais à la main lourde. Une grande «expérience» dans la répression féroce et sanglante des années rouge-sang. Dieu sait combien d’Algériens coupables ou innocents ont été tués et torturés sous sa férule. La gendarmerie fut impliquée dans les pires atrocités commanditées par le DRS et les généraux assassins.

Aujourd’hui, Boustila joue au gardien du temple tout en sachant que son vrai rôle est d’être le Cerbère d’une caste de rapaces et de bourgeois qui impose ses lois à une population pacifique et désarmée. Côté corruption, le patron de la Gendarmerie qui devait veiller au grain, s’est révélé une vrai passoire. Des sommes colossales ont été détournées sous son nez. Preuve s’il es est que dans la caboche, nulle jugeote, seulement la trique et le plomb. Il ne s’est jamais donné la peine d’être du côté des faibles, du peuple simplement. En couvrant le coup de force du gaz de schiste, il se compromet une deuxième fois avec les tyrans. Honte à lui et à son espèce. La tyrannie n’a jamais sauvé ou défendu un pays. Les suite du printemps arabe a montré l’ampleur de ses effets pervers. Elle gagne des batailles. Jamais la guerre.

Gendarmerie In Salah

Gendarmerie In Salah 2 Gendarmerie In Salah 1

 

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hogra, Terrorisme d'Etat. Ajoutez ce permalien à vos favoris.