Général assassin et djihadiste terroriste, deux visages d’une même violence

L’université d’Émir Abdelkader, produit-elle des universitaires ou des égorgeurs?

Abdelmounim ChitourDans cette période creuse où les bruits de bottes sinistres se sont émoussés quelque peu, ce qui est loin d’être rassurant tant que la tête du serpent est vivante et que son épée de Damoclès se tient toujours pas loin de nos gorges, peut-être est-ce l’occasion de profiter du répit et cogiter, dans nos coins de silence, sur des questions plus ou moins philosophiques, plus ou moins rationnelles. Une attitude humaine qui remonte à la nuit du temps, la multitude de religions en offre une parfaite illustration.

D’abord, on avancerait de plusieurs bonds sur la voie de la connaissance et l’émancipation intellectuelle si le monde invente des vocables liés au sens de «général» devenu une source d’amalgame. Après la décennie rouge et son bilan dramatique, force est de constater que «général» ou général-major est un fourre-tout, il sert surtout de vernis à de grands criminels, pour qui le grade d’officier supérieur justifie les écarts et sert, croient-ils, de blanc-seing à leurs forfaitures. Il existe nécessairement une nécessité de « promulguer et d’officialiser » la nuance entre un général authentique, intègre, combattant selon les règles de l’art les ennemis et le mal partout où il se trouve, sans distinction, y compris dans son propre camp, un profil qui n’a pas encore été enfanté en Algérie, un Rachid Benyelès farouche opposant de l’autocratie politique, mais muet devant les actes criminels et massifs des décideurs militaires qui imposent l’autocratie et la manipulent depuis l’état-major jusqu’aux officines souterraines du DRS, un Mohand Tahar Yalla qui les absous et dénis leurs crimes et enfin un M’henna Djebbar, une machine à tuer dépourvu d’état d’âme. Quatre types de généraux et quatre profils différents. L’Algérie souffre de l’existence d’un grand nombre des trois dernières catégories et pas un seul de la première. Les néologismes ainsi recommandés faciliteront sans aucun doute la tâche aux observateurs et analystes.

Dans le camp des islamistes, la question du cloisonnement sémantique semble avoir été tranchée de longue date. Cela n’a pas été de leur goût, ils rejettent les nuances entre les musulmans (islamistes, obscurantistes, réactionnaires, fondamentalistes, intégristes… jusqu’aux Daechistes qui sortent des entrailles vermoulues des djihadistes terroristes. Pour l’anecdote, dernièrement, au reproche d’appartenance à l’islam radical, un salafiste franco-tunisien à qui la France a enlevé cinq enfants pour « maltraitance » — accusation discutable — avait sèchement répondu : « je ne connais pas ce que veut dire islam radical…»

Les deux camps devraient être saucissonnés et réduits en entités distinctes pour garantir à leur analyse une approche neutre et objective. Refuser de voir dans certains militaires des criminels et dans d’autres des lâches, porte autant de dangers que le silence des islamistes devant les excès d’Ali Benhadj et les crimes des djihadistes. Fuir l’un pour tomber dans les bras de l’autre serait fatal et ne fera que prolonger une situation tragique de violence et de conflit fratricide au grand bonheur des ennemis et au détriment de la nation et de l’Islam. Bien sûr, l’analyse éclairée muni d’outils adéquats a pour but de montrer aux membres non violents des deux camps que le laxisme devant les violences et les excès de certains des leurs représente une complicité d’une extrême gravité. À la longue, ils s’en mordront les doigts quand, trop tard, toute l’Algérie en pâtira.

Devant les crimes abominables que commet Daech, deux attitudes ont marqué les réactions chez les sympathisants islamistes. L’une crie au complot israélo-occidental et n’admet pas que Daech soit une organisation issue du mouvement islamique et l’autre, plus instruite, mais longtemps permissive aux exactions commises par les djihadistes, dont El Qaïda, renvoie aujourd’hui dos à dos les djihadistes et les tyrans des pays arabes. Ils parlent de deux faces d’une même médaille. Ces derniers ont mis du temps pour s’en apercevoir, mais l’aveu tardif reste insuffisant. La remise en question et l’examen de conscience intra-muros peine à se concrétiser. Ali Benhadj ne condamne toujours pas le djihadisme [le recours à la violence] ni les actes de Daech et y vois plutôt des actes isolés et les fourgue dans la même enseigne des dérives criminelles des puissances occidentales qu’il condamne fermement… Les Frères musulmans d’Égypte, de leur côté, ne voient pas d’un mauvais œil une victoire des groupes islamistes de Syrie et même d’El Qaïda au Yémen, passant sous silence leur terrorisme qui a fait des milliers de victimes innocentes depuis leur apparition.

Sur la photo, on voit un « journaliste » d’Echourouk coiffé du pakol, le béret afghan, imitant un acte cruel. Il s’appelle Abdelmounaïm Chitour. Il serait diplômé de l’université islamique de l’Émir Abdelkader de Constantine. Il prône un islam radical. Dans un débat avec Abdou Semmar d’Algérie-focus, il a publiquement rejeté la démocratie. Dans son compte Facebook, il justifie l’immolation du pilote jordanien par Daech dont il soutient les dogmes fondateurs, mais désapprouve du bout des lèvres ses crimes spectaculaires… Ce type, s’il avait été inscrit à l’école du DRS, il serait un grand M’henna Djebbar ou une réplique parfaite Ghoul Benaknoun. Rien ne retient son âme sadique des crimes ; amour de Dieu ou amour de la patrie, il trouvera toujours une excuse pour les commettre.

http://youtu.be/WBQHPpoR6WA

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS, idée fortuite, Islamisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Général assassin et djihadiste terroriste, deux visages d’une même violence

  1. miloud dit :

    Bonjour , je n ‘ais pas pu rester silencieux après avoir entendu des tas de betises sur l’ ensemble des medias français et internationaux a propos des vraies causes qui engendrent le terrorisme.Il me semble que tous soit atteints de cecité ou alors ils tentent d ‘induire tout leur monde en erreur.. Tous les pays s ‘acharnent aveuglement et sans etat d’ ame à combattre…………les effets du terrorisme et non les causes ? Pourquoi ne pas refléchir et se poser la question ? pourquoi ces gens ont recours a la violence? Pourquoi? Pourquoi ne pas rechercher les vrais origines? la religion n ‘explique pas tout, meme si la faillite des ideologies, des doctrines et du liberalisme est un argument tentant. L’ ISLAM devient le refuge ideal de bon nombre de jeunes opprimés par les differents systemes. .Je m ‘explique: les causes du terrorisme sont crées par des occidentaux hypocrites et cupides qui par interets soutiennent les regimes despotiques arabes et musulmans, si les occidentaux cessaient leur soutien aus regimes illegitimes le terrorisme disparaitra immediatement. .Autre tentative de falsification des occidentaux concernant cette fois ci ce que l ‘on appelle improprement les actes antisemites , cet « antisemitisme » est en fait la reaction des arabes a l ‘agression d ‘israel contre les palestiniens , CE que vous passez sous silence c’ est que des juifs français, americains, belges, hollandais, etc, vont en israel revetir l’ uniforme de soldat passer leur service militaire , donc tuer des arabes paestiniens, puis reviennent gentiment dans les pays ou ils sont nés, comme si de rien n’ etait. ( des Docteurs jekyll and mister hyde moderne)Comprenez donc qu’ ils sont des civils dans leur pays natal et soldats en israel! ! Les juifs vont faire la guerre en palestine et reviennent dans leur pays natal s’etonner pourquoi ils sont la cible des arabes! ! !Comme cet hypocrite de rabin de paris ou le CRIF et bien d’ autres politiques qui tentent de tromper tout leur monde en declarant qu’il ne comprenait pas cette montée de l ‘antisemitisme en France ! Non messieurs, il ne s’ agit pas pas d ‘antisemitisme, ces juifs qui partent en israel vetir l’ uniforme militaire, tuer des arabes, sont des israeliens , ce n’ est plus de religion qu’ il s’ agit, mais de nationalité, ces juifs ont optés pour la nationalité israelienne et française, ce n’ est qu’ à ce titre qu’ils son agressés, parcequ’ils vont en israel tuer des arabes et reviennent en france ,mais ils sont toujours en état de guerre contre les arabes ,ce sont eux(les juifs israeliens) qui l ‘ont decidé, il ne faut pas l’ oublier . Le monde entier s’ offusque et reprouve les arabes qui tuent des juifs en europe, ou aux usa , alors que ce sont ces memes juifs qui partent en israel tuer des arabes, n’ est ce pas un acte de guerre de la part de juifs qui partent en israel faire leur service militaire et qui tuent des arabes?En fait les juifs sont des pacifistes en europe et aux USA et des guerriers en Israel, bizarre ! ! ! Expliquez moi pourquoi le monde entier permets aux juifs d’ aller en israel tuer des arabes et condamne les arabes qui sont en etat de legitime defense, alors que ce sont les juifs qui tuent en premier.Par la faute de ces juifs qui partent faire le service militaire en israel, les arabes la perçoivent comme en etant en guerre partout dans le monde contre les israeliens, n’ est ce pas logique et legitime?Les juifs ont créés cet amalgame en se rendant en israel passer le service militaire.Autre important argument occulté volontairement par les medias qui peut expliquer en partie le terrorisme, c’ est que les juifs ont créé israel en 1948 en chassant les palestiniens de leur terre, ce qui a créé chez beaucoup d ‘arabes un sentiment d injustice et de revolte.ça aussi personne n’ en parle pour justifier la reaction violente et legitime des arabes.Pourquoi tant d’ ommission des medias? N’ y a t il pas là des tentatives de tromper et d’ induire en erreur ceux qui ne savent pas pourquoi les arabes sont devenus des terroristes? En particulier induire en erreur l’ opinion internationale notamment les plus jeunes qui ne maitrisent pas la politique!

Les commentaires sont fermés.