Une petite carte postale au général Hocine Benhadid

fgdfhdgÂmes sensibles s’abstenir
C’est la Saint-Valentin et quelques jours de plus. Tant pis, quand il s’agit d’evoyer des voeux d’amitié et de reconnaissance aux personnes qu’on aime, mieux vaut tard que jamais. D’un autre côté notre éducation insiste sur un point fondamental : rendre à César ce qui convient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu.

Bon, bon, pour faire court, c’est le moment de rendre un hommage à nos illustres généraux grâces à qui l’Algérie, au prix de 200 000 morts et 20 minables disparus, baigne dans le plus grand bonheur… Aujourd’hui, peut-être faut-il rendre hommage à l’un d’eux en particulier : Hocine Benhadid. Ce général, dit-on, était à la tête d’une division mythique. Il participa à la répression sanglante et barbare à Bechar, il traquas les islamistes partout, dans les moindres recoins et n’hésitait pas à les torturer, à les brûler au chalumeau et souffler leurs maisons ou les maisons de leur parents.

Pour ces grands faits d’arme il convient de lui envoyer une carte postale de Gaza. Elle montre une petite fille adorable comme un ange. L’armée israélienne qui bombarda des quartiers entiers, lors de la dernière agression, l’a transformé en charbon. Comme elle, les victimes se comptent en milliers. Ils n’ont jamais frôlé la conscience des militaires algériens.

Quelques photos supplémentaires ont été incluses pour rappeler les Algériens qu’ils ont une armée invincible. Grâce à des généraux comme Benhadid, elle est prête à répondre au tac-au-tac à toute agression étrangère. Un vraie agression… pas de Daech ou Aqmi…

Il parraît que les arabes ont des une armée et des généraux

 

S’ensuit ce que peut faire l’Otan d’une ville algérienne. Rien ne les empêche de reproduire en Algérie ces spectacles produits à Kobané. On sera, d’un coup, tous carbonisé .
Kobané déluge de feu Kobané ville détruite

 

Enfin, place au bonheur que les généraux, dont Hocine Benhadid, ont créé en Algérie. Il saute aux yeux.

Khelil pognon

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Arabe, armée, Terrorisme d'Etat. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Une petite carte postale au général Hocine Benhadid

  1. Bouzouar amar dit :

Les commentaires sont fermés.