Après Idir, Aït Menguelet et Rabah Asma dans la poche de Ferhat Mhenni

La haine berbériste gagne du terrain

idir ferhat MhenniIl y a des signes inquiétants, un danger est en gestation. Des choses inhabituelles se produisent. Des artistes kabyles et non des moindres refusent de participer à un festival culturel à Constantine sous prétexte qu’il est destiné à promouvoir la culture arabe. Ce rejet a provoqué l’ire d’une partie de l’opinion dans les réseaux et la presse, dont le journal Echourouk et suscité les regrets et l’incompréhension d’une autre partie.

Des réactions non moins enflammées ont fusé dans le camp berbériste dont les plumes acérées sont parties en guerre ouverte avec les mêmes outils surannés d’antan. Le complexe ridicule « d’arabo-baâthistes » sort des fondrières et entache désormais certains canards qu’on croyait équilibrés. Le triste ralliement des chanteurs Idir et plus récemment d’Aït Menguelet et peut-être d’Asma Rabah à la cause « Amazigh » a, semble-t-il, réveillé les berbéristes radicaux toujours accrochés aux monts et merveilles que le gourou Ferhat Mhenni leur promet.

Si par révérence, je ne peux émettre la moindre critique sur Aït Menguellet et Asma Rabah, malgré la honteuse défection — la première dont j’ai eu connaissance —, en revanche, s’agissant du chanteur Idir, depuis longtemps admirateur de Mhenni et partisan de ses idées, il importe de réagir à son geste inamical et indécent envers la culture arabe. Il a, selon les médias, décliné l’invitation au festival de Constantine pour des raisons «berbéristes». Ce serait lui qui aurait inspiré et mis une pression morale sur les autres chanteurs. C’est triste de voir un talent et un chanteur longtemps adulé et respecté par toute l’Algérie tomber dans la haine de la culture arabe de l’Algérie. C’est d’autant plus révoltant qu’il tourne le dos à son passé d’universaliste pour faire un pied de nez aux «Arabes algériens» avec lesquels les Kabyles partagent tout depuis des siècles. Comment accepter qu’il parraine un festival francophone en France et refuse de participer à un autre dans son propre pays ? C’est triste de rouler et de se comporter selon la volonté d’un gourou passible de la peine capitale.

Voici ce que disait de lui Serge Martin-Desgranges, directeur du patrimoine, de la culture et de la jeunesse à l’Agglomération de Rouen et organisateur d’un festival francophone dont Idir était le parrain. Cet Idir a disparu depuis une funeste rencontre.

B.M. : Le principe du festival est de mettre un pays à l’honneur. Vous avez pourtant choisi la Francophonie en 2007. Pour quelles raisons ?
S.M-D : « Cette thématique va nous permettre de découvrir nombre de cultures qui ont été influencées par la nôtre dans leur histoire. Les régions ou pays représentés seront le Maghreb, l’Afrique Noire, le Liban, le Canada, les Comores… Mais aussi des pays européens de l’Organisation internationale de la Francophonie. Nous verrons entre autres des conteurs tchadiens et burkinabés confronter leurs univers très imagés et oniriques à des expressions françaises. Cette rencontre faite de ressemblances et de différences est une véritable source d’enrichissement ! »
B.M. : D’où le choix du Kabyle Idir comme artiste et parrain de l’édition.
S.M-D : « Tout à fait. Idir est un chanteur porteur d’universalité. Il prône des valeurs de liberté et d’ouverture culturelle. Il fait un travail incroyable sur la mixité entre les langues traditionnelles arabes, le français et d’autres langues ! »

http://www.algerie-focus.com/blog/2015/03/que-cachent-les-attaques-dechorouk-sur-les-artistes-kabyles/

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Berérisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Après Idir, Aït Menguelet et Rabah Asma dans la poche de Ferhat Mhenni

  1. Bonny dit :

    Ferhat est allé rendre visite à ses maitres de Tel Aviv !

    Ce monsieur ne nous représente en aucune manière !

  2. Amokrane dit :

    C’est d’abord le Régime militaire qu’il faut culpabiliser et condamner, car c’est lui est responsable de tant d’extrémismes, de manipulations et de provocations, qui instrumentalise ces zygotos et brobros, qui joue le pourrissement de la situation et l’exacerbation des problèmes, qi élève les uns contre les autres, déplace  » l’axe d’affrontement  » d’une région à l’autre, attise les haines,…….

    Quant à Ferhat, il n’est qu’un valet et ponce-pilâte », un  » manipulateur manipulé « ,  » accrédité  » en France auprès de la Diaspora Kabyle par le DRS. Sinon, comment peut-il agir en France s’il dérange vraiment la Junte militaro-mafieuse d’Alger, avec laquelle la France est liée d’une » sainte alliance « , et il y’a eu des précédents fâcheux qui nous renseignent, tels les assassinats de Mécili, de l’Imam Sahraoui, d’un Militaire dissident (à Orléans), de Monique Gandant-Benzine, de l’arrestation du physicien M. Dhina, de l’expulsion de certains opposants (vers le Burkina Fasso, etc.…..

    Tout ce que fait ce mégalomane Ferhat est destiné à » parvenir au point de non retour, à l’achèvement » de la » la division totale, la séparation définitive, l’isolement complet et la délégitimation (discrédit) politique de la Kabylie (une région, plusieurs départements, proche du lieu symbolique et géographique du pouvoir), pour la neutraliser, et assurer ainsi un » sursis garanti » pour le Régime prédateur et criminel, qui pille et accapare les richesses, réprime et embrigade la population, et hypothèque l’avenir du pays tout entier, et qui est l’Ennemi principal, l’Ennemi commun, le Mal originel, le démiurge…..

    A vrai dire Ferhat, Idir, Ait Menguellet sont dans la » communion artistique » avec le public, mais pas vraiment en » interaction politique » avec la population, le peuple. C’est d’abord l’argent qui les intéresse, et c’est bien pour cela qu’ils investissent la cause amazigh (juste, légitime, populaire…)….Ils ont su trouver des créneaux pour percer, et ils ont réussi : Ferhat avait enfilé les costumes de Jean Ferrat, Viictor Jara et Mikis Theodorakis, avec des adaptations réussies….Idir puisait dans les airs traditionnels qu’il avait réadapté, Ait Menguellet dans le style mohandien, du nom du poète révolté, Muhend Oumhend…..Le dénominateur c’est la revendication populaire qu’est Tamazight et la volonté de ne pas déranger les Généraux au pouvoir ! En 1992, Idir disait que ce n’était pas un Coup d’Etat. Quelle aberration ! Tandis que Ferhat ( ( au RCD à l’époque) et Ait Menguelet avait soutenu directement….

    Et puis, pourquoi glorifier autant ces chanteurs, et croire qu’il est possible de puiser une substance intellectuelle pour comprendre la tragédie nationale, comme si nous n’avons pas d’intellectuels et politistes capables de produire des idées. Nous fesons alors ce que dit » l’anthropologie coloniale » de nous » indigènes » réduit au chtah oua rdah…..capables uniquement de danser et chanter !

  3. Amokrane dit :

    C’est dans un entretien qu’il avait accordé à Algérie Actualité. Idir n’a jamais caché son alignement pour  » l’éradication finale « , c’est à dire la politique des Janviéristes criminels et mafieux. En tout cas, ce n’est pas un opposant, il n’a jamais remis en cause le Pouvoir militaire, jamais dit la  » nature militaire et mafieuse du pouvoir en place « , ni condamné les crimes de masse et les attentats perpétrés par les sanguinaires du DRS…..

    Idir est originaire d’Ait Yenni, commune de Kasdi Merbah, alias Khalef Abdellah, Chef de la sinistre SM, et  » main de fer  » de Boumédienne, et la direction technique et logistique de ladite Police politique secrète  » gestapiste  »  » état issue dans le  » triangle  » Ait Yenni-Ouacif-Tassaft, selon le  » mode de recrutement  » par alliance (frères, cousins, proches, amis, pour  » la cofinance « ), l’axe est déplacé vers  » la Vallée de la Soummam  » à l’arrivée de Médiène (de Guenzet, des Ait Yala)…..

    Bref, je ne connais pas d’opposants à Ait Yenni, à part Mohammed ARKOUN…..

    Cordialement.

Les commentaires sont fermés.