Saad Bouakba : «Ce sont les généraux qui choisissent le président et ça ne changera jamais!»

Saad Bouakba1Ainsi, il en est convaincu. L’armée c’est le début et la fin de toute chose en Algérie. Il le dit plus haut que d’habitude. Ce sont les militaires et personne d’autre qui cooptent le président. Les Algériens, dit peuple, eux, ils valident le choix des militaires. Pas plus, pas moins. Saad Bouakba, le «vieux et le grand chroniqueur» d’El Khabar n’est pas le premier à avoir craché le morceau, cette vérité crue et humiliante pour tout ce qui est Algérie : pays, peuple, Etat, Constitution, président, parlement, médias…, mais il vient d’entrer dans le club de ceux qui l’avouent publiquement et qui, frileux, n’osent pas aller plus loin que l’aveu. Un club restreint et ridicule qui grossit à raison d’un ou deux membres par génération ou par décennie. C’est ça l’Algérie hors armée. Des couillons.

Monsieur Bouakba comme tant d’autres membres «courageux», est passé aux aveux au terme d’une vie active de plusieurs dizaines d’années. Depuis sa tendre jeunesse, l’écriture  est son métier, sa passion et sa nourriture biologie comme il le soutint un jour. Dieu sait combien de copies il a pondu dans sa vie. Jamais, jamais, il n’a osé regardé les maîtres de l’Algérie dans les yeux et leur dire, «Assez de la dictature et assez de prendre le peuple pour des cons !». Il a travaillé comme un forcené pour des organes publics totalement contrôlés par l’armée. Il a servi l’armée et les décideurs comme l’ont fait Zahia Benarous, et Soraya Bouamama et comme d’autres le font toujours. Il a embobiné, triché, caché la vérité, enjolivé l’amer réalité et surtout, il a fait croire au peuple qu’il était souverain pendant des années. Aujourd’hui, il passe son temps à écrire avec maestria sur tout sauf, sauf sur l’arbre interdit de peur de qu’il mette les dieux en colère.

J’ai beaucoup de respect pour Saad Bouakba, mais Dieu qu’il est insupportable d’entendre un enfant du système avouer l’inavouable après avoir participé longtemps à la divine comédie. Et qu’après avoir reconnu la triste réalité du peuple soumis, il continue à cibler les marionnettes de la politique…. Un club de couillons jusqu’à mort s’ensuive. Et ça aussi ne changera jamais…

 

https://www.facebook.com/video.php?v=643448079111747&pnref=story

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans armée, Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Saad Bouakba : «Ce sont les généraux qui choisissent le président et ça ne changera jamais!»

  1. salim dit :

    Pour comprendre :
    Les généraux entre eux en fondue la khillafa et applique la ( biia ) !!

Les commentaires sont fermés.