Mari modèle, père de famille affectueux et relais du pouvoir

Amrou Adib dans tous ses états

amrou adib Le mal absolu des Arabes vient en grande partie de deux amalgames sémantiques. Les théologiens sont pris pour des savants (oulama) alors qu’en fait, d’une langue captivante, ils ne parlent que de croyance, de mœurs ou d’un monde que personne n’a vu. Les plus éclairés d’entre eux se contentent de sensibilisation et de prévention strictement morale ; ils mettent chacun de nous devant sa conscience. C’est l’esprit des prophètes et des apôtres. Les oulama islamistes, quant à eux, œuvrent dans une optique toute autre. Ils visent l’établissement du royaume de Dieu. En clair un régime fasciste. Les vrais scientifiques, ceux qui sur une base expérimentale, découvrent les lois de la nature ou les exploitent pour notre bien-être, n’ont pas trouvé un nom pour se démarquer des «sciences occultes».

De l’autre côté, des propagandistes assumés au service d’un pouvoir souvent totalitaire passent pour des journalistes ou des hommes et des femmes de la presse. L’image d’Amrou Adib hors de lui se donnant en spectacle, offre une caricature vivante de ce qu’est le «journaliste du pouvoir». Le «journaliste» égyptien n’a pas idée de la gravité de sa compromission avec des généraux sanguinaires et le mal qu’il fait à son pays.

Entre les deux catégories les masses vadrouillent.

Advertisements

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans Hommes du système, Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.