Nouvelle approche française sur la personnalité de rab Edzayer

Le papy qui fait rire les généraux !

Paris-Alger-une-histoire-passionnelleNouvelle approche dans la description du général Toufik a été publiée par deux journalistes en «Safari» à Alger : Christophe Dubois de TF1 et Marie-Christine Tabet de JDD. À la lecture de l’extrait de leur « compte-rendu » sur les maîtres d’Alger et leur relations alambiquées avec Paris, publié en exclusivité à TSA et El Watan, les premiers constats sont maigres, bien en deçà des attentes et très loin de la réalité. L’on s’achemine à coup sûr vers une approche du genre Séverine Labat, la pompeusement affublée du titre «chercheuse du CNRS» : conciliante et peu regardante. De ces journalistes qui devant la même junte se comportent différemment selon qu’ils soient en Chili devant Pinochet ou en Algérie face à ses généraux sanguinaires. Les centaines de milliers de victimes, de par leur religion musulmane, ne seront pas au menu de leur « reportage ». Dans La savane, lieu par excellence de la vie sauvage et de la prédation, on ne s’apitoie pas trop sur le sort des proies. On trouve même que c’est nécessaire au cycle de la vie…

S’ils voulaient être pris au sérieux, c’est raté. Mais il leur reste une chance, ils vont peut-être se rattraper dans les dossiers des seconds violons… De toute façon, ne s’approche pas de rab Edzayer qui veut, un journaliste qui obtient ce « rare privilège » est un traître à la profession, il est déjà dans la poche des généraux algériens. Il n’appellera jamais un chat un chat. D’un autre côté, on peut supposer que si ce rare privilège a eu lieu, il y a fort à parier que le vieux général sent un besoin de «reconnaissance», une apologie déguisée qui viendrait de l’autre côté de la Méditerranéenne. Ainsi espère-t-il palier un tant soit peu le manque criant de crédit chez les relais maison…

Malgré le côté lénifiant et complice des journalistes français, quelques vérités sur la tyrannie du patron du DRS ont pu échapper involontairement à leur tableau idyllique. Aussi faut-il avoir l’esprit délié pour les déceler. Dans l’un des extraits, le plus tyran des militaires algériens de tous les temps est dépeint en gentil «papy»…

Le boss de DRS serait ainsi un monsieur poli et brave dont la mine rassurerait les enfants… Peut-être bien, mais les généraux qui l’entourent, ceux-là mêmes qui détiennent les leviers de l’Algérie, eux, en ont une autre perception. Loin d’être aussi puérile. Quand le « papy » rit, ils rient tous, lit-on. Une manière de dire qu’il a la haute main sur les eux. Mais ce que les deux journalistes n’ont osé préciser, c’est que quand le papy se crispe, c’est toute la gradaille qui fait dans son froc et l’Algérie entière trinque… Les journalistes français ne seront pas invités pour immortaliser la scène. Ils ne pourront pas constater que l’Algérie est conçue et gérée par les humeurs changeantes de l’indéboulonnable «papy»… Elle est là, la tragédie cachée.

http://www.elwatan.com/actualite/paris-alger-une-histoire-passionnelle-un-livre-revelation-qui-sortira-demain-en-france-11-04-2015-292128_109.php

Publicités

A propos El Erg Echergui

Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Periclès
Cet article a été publié dans DRS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Nouvelle approche française sur la personnalité de rab Edzayer

  1. Mohamed dit :

    Bonjour, très étrange que les journalistes n’enquêtent pas également sur les fortunes acquises par les généraux de l’armée, du DRS, seulement le clan présidentiel est cliblé, j’ai l’impression.

    Pourtant, ce sont bien les généraux qui ont ramené Bouteflika avec l’accord de Toufik, et maintenant ce dernier joue le bienfaiteur en sortant quelques dossiers de corruption comme l’autoroute Est-Ouest..

    Pourtant, si je me trompe pas, le clan Toufik est aussi responsable de la dilapidation de l’argent du peuple algérien, le clan présidentiel ne dispose pas de moyens de défense également, comme menacer Toufik et ses acolytes de poursuites devant les tribunaux internationaux pour les crimes commis pendant la décennie noire, sans parler des assassinats politiques ( Boudiaf, Merbah etc…)

Les commentaires sont fermés.